Reboisement 2022 : 221,92 hectares de superficies prévisionnelles

0

Les services des eaux et forêts compte élaborer une approche méthodologique de reboisement, cette année, avec leurs différents partenaires et acteurs afin de contribuer à l’amélioration du taux de réussite des reboisements. Le taux est estimé à moins 50 % au cours des dix dernières années.

 

Le cumule des  superficies reboisées au cours des dix dernières années, selon les données de la direction nationale des eaux et forêts, s’élève à 436 567,97 ha au Mali. Pour un  taux de réussite moyen de  47 %.

L’insuffisance pluviométrique et le manque d’entretien des parcelles sont deux grandes raisons avancées qui expliquent ce faible taux de réussite, selon les spécialistes.

Le reboisement au Mali face à d’autres contraintes, atteste la direction nationale des eaux et forêts dans un document récemment présenté.

Ces contraintes sont, entre autres, liées à l’insécurité foncière, la persistance des feux de brousse, le développement de l’orpaillage et à une insuffisance d’entretien.

Le manque d’information, de sensibilisation et de formation des acteurs et la surcharge des calendriers en milieu rural de même que l’insuffisance dans la sécurisation des réalisations s’ajoutent à la liste des contraintes.

En marge de la campagne nationale de reboisement dont le Mali s’apprête à lancer, la direction générale des eaux et forêts s’est entretenue avec les différents partenaires et acteurs de reboisement, en mi-juin à Bamako.

Une rencontre au cours de laquelle, elle a présenté les approches méthodologiques adoptées par le service afin de contribuer à l’amélioration du taux de réussite des reboisements en vue d’améliorer le couvert végétal.

Selon la directrice nationale des eaux et forêts, l’inspecteur général Kanouté Fatoumata Koné, le service a détenu quelques conditions qui peuvent leur permettre de réussir le reboisement de cette année. « Nous avons demandé qu’on ait des essences utilitaires. Des essences autochtones hautement appréciées par les populations de par leurs intérêts médicinaux, économiques, culturels et écologiques », a indiqué la directrice.

L’entretien des plants, en particulier leur arrosage, est l’une des conditions évoquées par les services des eaux et forêts. Pour Kanouté Fatoumata Koné, l’eau constitue un facteur déterminant pour le reboisement. «  Quand on fait le reboisement si les plants ne bénéficient pas suffisamment d’eau, c’est sûr que serait un échec », a-t-elle fait savoir.

Les services des eaux et forêts dans leur approche demande également la clôture des parcelles reboisées, l’arrosage et la surveillance des plants pendant au moins 2 ans, la recherche de partenaires pour appuyer les activités de reboisement et l’information et sensibilisation des acteurs bénéficiaires.

Aux dires de la directrice, ces dispositions sont définies avec les partenaires qui désirent faire le reboisement.

« Ce sont ces acteurs eux-mêmes qui veilleront à ce que ces conditions soient réunies pour réussir les reboisements.  Les forestiers ne sont pas très nombreux. Ils ne pourront pas veiller sur tous ces reboisements », ajoute-t-elle. Quant au suivi et l’évaluation des espèces reboisées, elle rappellera que les services eaux et forêts veilleront à faire des missions d’évaluation sur le terrain.

Pour une meilleure appropriation de ces conditions, la direction prévoit l’organisation aux niveaux national et régional une rencontre d’échange avec l’ensemble des partenaires et acteurs.

Dans les prévisions de la direction nationale des eaux et forêts, 221,92 hectares de superficies seront reboisées, au cours de la campagne de reboisement spécial 2022, à travers l’ensemble du territoire.

 

Kadiatou Mouyi Doumbia 

xxx

DEFORESTATION :

Des alternatives pour le Mali

100 000. C’est le nombre d’hectares de forêts que perd le Mali chaque année à cause de la déforestation, selon les sources officielles. La Direction nationale des eaux et forêts au Mali s’implique pour inverser la tendance en invitant les partenaires à aller vers le reboisement de Paulownia, « qualifié d’arbre du futur ».

 L’arbre Paulownia était au centre des échanges entre les services des eaux et forêts et ses partenaires et acteurs de reboisement à la quinzaine de l’environnement 2022.

Originaire d’Asie de l’Est (Chine, Corée, Japon…), le Paulownia est un arbre de la famille des Paulowniacées. Une famille qui compte, à ce jour, 17 espèces recensées, estiment les spécialistes.

En tant que pays sahélien, exposé à l’exploitation du bois, l’arbre peut servir d’alternative au Mali, de l’avis de l’inspecteur général Kanouté Fatoumata Koné, directrice nationale des eaux et forêts. « Le Paulownia est une espèce d’avenir parce que ça permet beaucoup de choses. L’arbre contribue à l’écologie, crée des conditions pour l’agroforesterie », soutient la directrice.

Le reboisement Paulownia présente de nombreux avantages au tout long de sa croissance, estime la direction nationale des eaux et forêts. Selon elle, on n’a pas besoin d’attendre la coupe du bois pour le rentabiliser. « Dès la deuxième année, on peut exploiter ou vendre des feuilles vertes ou sèches pour fourrage des animaux, fournir les fleurs au goût de vanille à l’industrie du parfum, ou bien produire un miel des plus recherchés ». Ses feuilles, dont la taille peut atteindre environ 75 cm de diamètre, contiennent environ 20 % de protéines de qualité, dit-elle, mentionnant que la production de bois de l’arbre commence dès quatre ans ou avec un meilleur rendement au bout de huit ans.

Autre avantage précisé par les services techniques. L’arbre se régénère après la coupe. On peut également obtenir entre cinq à six coupes sans devoir replanter l’arbre, soutiennent-ils.

Pour l’inspecteur général Kanouté Fatoumata Koné, « l’arbre a déjà montré ses bienfaits au Maroc et peut également faire ses preuves chez nous ».

En cette veille du lancement de la campagne nationale de reboisement, les eaux et forêts, à travers sa directrice nationale, a invité les partenaires à aller vers le reboisement de cet « arbre du futur ».

 

Kadiatou Mouyi Doumbia

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here