Accrochages sanglants entre Bergers à Mopti – Bilan : un mort et des blessés graves

    0

    La « Venise malienne » se souviendra, pendant longtemps, de cette dramatique journée du samedi 14 décembre 2006. Le plus révoltant, toujours… au même endroit : la plaine de Djalloubé. Du coup, la population braque un œil accusateur sur certains responsables de la ville…rn

    En dépit des mesures de prévention, lancées chaque année sur les ondes, par le Maire de la Commune de Djalloubé, les accrochages meurtriers persistent à signer, leurs bilans en morts et en blessés.

    rn

    D’un côté, ce sont des empoignades entre bergers ; de l’autre, des tiraillements entre bergers et propriétaires de champ. A croire que chaque année, une main invisible attise ces querelles, histoire de tirer ses marrons du feu. Et le hic –qui fait tiquer –c’est que les autorités de tutelle ne semblent guère disposées à instruire des mesures pour décourager de telles pratiques.

    rn

    Ce matin du 14 Décembre et le jour suivant, la gendarmerie était noire de monde : tous les propriétaires de troupeau s’y étaient donnés rendez –vous, puisque leurs bergers y avaient élu domicile.

    rn

    La raison du branle –bas ? Dans la plaine de Djalloubé, des bergers en sont venus aux mains, disons plutôt aux bâtons, sabres et couteaux. Pour de fallacieux motifs de « partage » de pâturages. Les injures sont passées aux menaces, pour virer à l’algarade meurtrière. Au cours de laquelle deux bergers mordirent le carreau, pardon, l’herbe : l’un est assommé à coup de bâton, et l’autre succombe à ses blessures. Quatorze bergers sont interpellés, mais seuls deux d’entre eux ont pris part à la sanglante bagarre.

    rn

    Aux dires de Alpha Mody Cissé, un propriétaire de troupeau, les « gens- d’armes » ont arrêté, pèle –mêle, les bergers rencontrés en chemin, au cours de leurs recherches. Contraignant ainsi des propriétaires de troupeau à débourser, chacun, 18.000 FCFA, pour libérer leurs bergers arrêtés. Innocents ou coupables, peu importe ! Il semble que le remède trouvé, pour cette « guerre des bergers », c’est de les coffrer sans autre forme de procès, pour les libérer ensuite… contre espèces sonnantes. Les rumeurs ont vite fait de se répandre comme une traînée de poudre…, au sein d’une population, dont la crainte du gendarme est plus forte que la douleur de débourser de l’argent.

    rn

    Cette guéguerre entre bergers et paysans, devenue une coutume, s’est transformée en profit à relents mafieux, au fil des années. Selon un haut responsable de la région, ces arrestations massives sont devenues une aubaine, pour les pandores et les juges en charge de l’affaire.

    rn

    Et presque toujours, à la même période, le scénario se reproduit. Le notable Boury Samassékou ne s’en fait guère d’illusion : « Ce sont les autorités même qui incitent souvent les bergers et les cultivateurs à la querelle. Pour mieux en profiter, on les ramasse tous et on les boucle à la gendarmerie. Car, convaincus que les propriétaires de troupeaux viendront délivrer leurs bergers, à n’importe quelle condition. Disons que ces esclandres représentent un marché très lucratif pour certains juges et gendarmes ». Vu sous cet angle, on doute que les SOS pressants du maire de la commune de Djalloubé puissent rétablir l’ordre. Encore moins arrêter ce commerce juteux !

    rn                                                                                                            O. Diawara

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER