Affaire Mamadou Sidibé : Rendez-le à sa Famille !

    1

    C’est  en principe demain mardi,  12 décembre 2017, que le sieur Mamadou Sidibé  comparaîtra devant la justice de son pays-Militant associatif, engagé dans le combat politique, il est emprisonné depuis plus d’un mois. C’est donc un prisonnier politique. Mais, que lui reproche t – on ? N’est – il pas victime d’un acharnement politique ? D’une vengeance qui ne dirait pas son nom ?

    Son arrestation n’avait pas fait grand bruit pour la simple raison que le sieur Mamadou Sidibé n’occupait pas un premier plan sur la scène politique. Or,  les observateurs  qui le connaissent, se rendent compte  qu’il est un grand militant associatif.

    Avec ” Tarata Woulé, ” une des associations des jeunes de Bamako, il a été dans de nombreux combats : problème du Nord, sort des émigrés, etc. Avec la plateforme ” Antè Abana, ” il avait fourni beaucoup d’efforts contre le projet de réforme constitutionnelle concocté par le pouvoir. payerait – il aujourd’hui cela ?

    En tout cas, il comparaitra demain devant  la justice. Selon nos sources, on lui  reprocherait  d’avoir ” menacé quelqu’un de mort “.

    Une telle  accusation tiendrait -elle devant la justice ? N’est – elle pas légère pour priver ce jeune  homme, père de  famille cependant de  trois petits orphelins de sa liberté durant plus d’un  mois ? Il parait  que Mamadou Sidibé  aurait proféré des propos de menaces de mort contre l’un de ses camarades d’association, que ce dernier  aurait enregistré ses propos sur son téléphone avant de les rapporter au Procureur de la République. La suite est connue.

    Mais depuis quand les enregistrements audios constitueraient une preuve devant la justice ? N’est-ce pas une méthode des  régimes, policiers pour  abattre les adversaires politiques ?

    Dans les régimes policiers, on le  sait, l’on  enregistre les conversations mêmes dans les marchés, les écoles, les rues. Avec les nouvelles technologies, l’on peut ” travailler ” les voix  pour fabriquer des preuves. Cela  ne serait-il pas le cas avec Mamadou Sidibé ” ?

    Certainement, gageons que la justice de son pays  saura se mettre au-dessus des querelles politiciennes. Pour  l’histoire, pour l’honneur  et la crédibilité de la justice, l’on ne devrait pas continuer à priver le pauvre de sa liberté. En le rendant à sa famille, auprès de ses  trois  enfants  orphelins de mère, l’on rendrait du coup un énorme service à la  société. Nulle prétention de défendre ici l’indéfendable mais de prendre fait et cause pour un jeune citoyen victime, à nos yeux, d’un  acharnement politique. En ne le libérant pas, la justice  ferait de lui un martyr des causes nobles.

    B. Koné

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    Comments are closed.