Après la grève de 72 h dans les Banques : Le syndicat appelle les militants à la vigilance Le ministre invite à la retenue

    2

    Après la grève de 72 h observée les 25, 26 et 27 novembre par le Syndicat national des Banques et Etablissements financiers, l’heure est à la responsabilité des différentes parties.

    C’est bien dans ce cadre qu’Aguibou Bouaré a organisé, le vendredi 4 décembre, une Assemblée générale des travailleurs à 10 h, pour faire le point de la situation. Deux heures auparavant, le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra, avait convoqué l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (APBF) dans son bureau pour échanger sur la même situation.

    Au sortir de ces deux rencontres parallèles, il nous est revenu de fausses informations selon lesquelles une marche et une grève illimitée auraient été programmées par le syndicat.

    Joint au téléphone, Aguibou Bouaré nous a expliqué qu’il n’avait jamais été question ni de l’une ni de l’autre, encore moins des deux à la fois. « L’ordre du jour de notre rencontre portait sur les remerciements aux travailleurs suite à l’observation du mot d’ordre de grève.

    Ensuite, nous leur avons demandé d’éviter la provocation et l’amalgame, en leur faisant comprendre que nous ne sommes pas en conflit avec la justice, mais avec certains magistrats qui s’adonnent à des abus.

    Nous nous battons pour la sécurité judiciaire et nous demandons à nos militants d’être vigilants et de rester mobilisés. Nous n’avons rien contre nos employeurs ni contre le ministère de l’Economie et des Finances, nous voulons simplement une sécurité judiciaire».

    Concernant la rencontre APBEF – Ministre de l’Economie et des Finances, il nous est revenu qu’ils sont sur la même longueur d’onde. En effet, les patrons des banques ont été réceptifs aux messages du ministre, portant sur la sagesse, la retenue et la préservation d’un climat social serein, donc favorable aux affaires et aux investisseurs.

    Le ministre et ses hôtes de vendredi se sont engagés à s’impliquer, là où cela est possible, pour un dénouement rapide de ce malentendu. Parallèlement à ces rencontres, le ministre de la Fonction Publique s’active également de son côté pour éviter une éventuelle nouvelle grève dans les banques et établissements financiers.

    Rappelons que cette incompréhension du Syndicat national des Banques et Etablissements financiers est consécutive à l’inculpation d’un de leurs, qui a fait payer un chèque de 60 millions de FCFA sur imitation d’une signature que le propriétaire nie avoir apposé, se plaignant que la banque ait effectué le paiement sans son accord et sans même un simple coup de fil pour vérifier l’authenticité du paraphe.

    A suivre.

    Chahana Takiou

    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. Lamentable Chahana Takiou vous tomber également dans des errements. Il ne s’agit pas d’une signature imitée ni de 60 millions de Fcfa. Il s’agit de plusieurs points au nombre de sept (07) d’un client indélicats à tout point de vue qui a signé so,n chéquier à blanc et remis à son trésorier. Allez y à l’information c’est votre rôle.
      SALAM

    Comments are closed.