Coup de fil du lundi : Bonjour mon frère N’Golo de Barcelone

    1

    N’Golo, c’est depuis le marché hebdomadaire du village que je t’appelle ce matin pour te donner les nouvelles de la famille, du village de Dèssèbougou et du pays des hommes Allah ka Tinyèn Dèmèn et au-delà  m’enquérir de tes nouvelles, depuis Barcelone (Espagne).

     Mon frère, c’est  toujours à cœur joie que je t’appelle aujourd’hui. L’origine de cette joie, selon le secrétaire général de notre coopérative, la CMDT s’est engagée à verser l’argent de nos premières récoltes de coton d’ici la fin de l’année.

    Vrai ou faux ? Une chose est sûre, tout le village attend impatiemment l’argent du coton en vue de finir en beauté l’année 2015. A cet effet, je prie le PDG de la CMDT d’honorer ses engagements envers les producteurs. Ça y va de son intérêt et du nôtre aussi. Travailler la terre est si difficile, que faire tarder les fruits de celui-ci est encore pire.

    Mon frère, tu ne vas pas me croire, mais déjà les sous de la vente du coton sont déjà programmés par la majorité des paysans.

    Imagine, ce que ton ami  d’enfance, Ousmane Zié envisage. Tu ne vas pas le croire, mais il a déjà fixé la date de son 3è mariage. Si tout va bien, les cérémonies auront lieu début janvier. Je dis si tout va bien, car selon lui c’est l’argent du coton qui sera mis à profit pour organiser les festivités.

    N’golo, ton ami Zié n’est pas le seul, d’autres producteurs aussi ont juré de suivre la même voie.

    Par ailleurs, certains se sont engagés à payer des grosses motos appelées SANILY.

    Que de projets en stand bail à Dèssèbougou qui animé aujourd’hui comme une grande ville. Tout le monde est content. La bonne campagne agricole en est la principale raison.

    Cependant, je reste inquiet à propos de la vente à vil prix des récoltes. Nos paysans sans chercher à comprendre sont en train de dilapider leurs productions à des spéculateurs de tout bord.

    Et mon frère grâce à tes conseils, je refuse de faire comme eux.

    Avec l’argent du coton,  j’envisage de payer des équipements agricoles, et d’aménager une plantation d’orangers, de manguiers et autres. Et s’il m’en reste encore, je paierai un panneau solaire pour ma volaille. Ah pour la volaille, car chez les hommes sont déjà servis en électricité. Cela grâce à ton appui et aux sous gagnés l’année passée à travers la vente de nos productions.

     Mon frère, grand-mère se porte bien et te salue pour les efforts consentis pour la famille.

     

    N’golo, tes bouramoussos me chargent de te saluer également et de te transmettre leur message qui est de les envoyer deux téléphones.

    Mais en hors antenne, je te déconseille de faire ça, car qui va alimenter ces appareils en crédit de recharge. Pas moi quand même.

    Mon frère grâce à dieu, le minibus noir n’a emporté personne vers l’autre côté du village. Tout le monde se porte bien.

     

    Mon frère voilà  en quelques lignes les informations concernant la vie du village.

     

    Par ailleurs, selon la radio Kibaru, le président du Pays des Hommes Allah Ka Tiyèn Dèmèn a séjourné durant 5 jours dans la région de Ségou. Son séjour a été marqué par des inaugurations, des poses de premières prières et de simples visites de courtoisie.

    En effet, cette mission du président est appréciée à en croire le directeur de notre école par plus d’uns. Ainsi, c’est comme un seul homme que les populations de la 4èm région sont sorties pour accueillir l’hôte de marque, IBK qui a promis de revenir avec d’autres projets dans le sac.

    Mais IBK a dénoncé le fait qu’à Bla on dort en obscurité. Ainsi, il a promis de mettre les choses dans l’ordre en vue de permettre aux 34 000 âmes de Bla de dormir sous la lumière.

     

    Merci, IBK d’avoir sillonné cette région qui est l’un des moteurs économique du Mali.

    N’golo pour la première fois, les femmes ont voté en Arabie Saoudite.

    Aussi, un accord a été trouvé à paris sur la protection de l’environnement. C’était lors du congrès de la COP21. La diplomatie parisienne est à saluer pour les efforts consentis a dit la radio RFI que j’écoute désormais. Tu vas rire de moi, car je ne suis pas allé à l’école comment je peux comprendre la langue de Molière. Mais, mon frère, à Dèssèbougou, tout le monde comprend maintenant des mots en français. La présence des outils de communication (téléphone, télé, radio) en est la principale raison.

    A bientôt mon frère, que dieu te protège et protège notre grand pays.

    Amen !

    A lundi prochain sans faute

    Ton frère Zana de Dèssèbougou 

    Source : La Boussole  

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. Cher il fallait écrire que Rfi diffuse en mandekan maintenant donc vous comprennez l’actualité internationnale. Complément.

    Comments are closed.