Coup de fil du lundi : Bonjour mon frère N’Golo de Barcelone

    0

    N’Golo, c’est depuis le marché hebdomadaire du village que je t’appelle ce matin pour te donner les nouvelles de la famille, du village de Dèssèbougou et du pays des hommes Allah ka Tinyèn Dèmèn et au-delà  m’enquérir de tes nouvelles, depuis Barcelone (Espagne).

     

     

    Mon frère, c’est sans espoir que je t’appelle aujourd’hui. L’origine de cette déception,  les rumeurs qui circulent dans le village à propos de la CMDT. Ces rumeurs indiquent que, cette compagnie n’est plus disposer à nous verser nos dus avant la fin de l’année. Et selon le secrétaire général de notre coopérative, la CMDT dit avoir des problèmes avec le gouvernement ou le trésor ou la banque, lui-même ne sait pas trop.

     

    Mon frère, je jure que le sort de nous les hommes d’en bas ne préoccupent personne. C’est chaque année on nous maltraite comme ça. Comme il est dur de cultiver pour être traité de la sorte. C’est pourquoi chaque année j’ai envie de ne pas cultiver du coton, mais que faire face au coton qui rapporte gros par rapport aux autres spéculations de rente. A cet effet, je ne peux que supplier  le PDG de la CMDT d’honorer ses engagements envers les producteurs. Ça y va de son intérêt et du nôtre aussi. Mon frère, tu ne vas pas me croire, mais déjà les sous de la vente du coton sont déjà programmés par la majorité des paysans.

    Voilà en quelques mots les nouvelles qui concernent le village qui n’a plus la tête aux fêtes de noël, maouloude et de saint sylvestre.

    Mon frère, si on ne nous paye pas on ne fera pas la fête, c’est sûr.

    Pitié ! Pitié !

    Par ailleurs, selon la radio Kibaru, le président du Pays des Hommes Allah Ka Tiyèn Dèmèn a participé à la réunion de la CEDEAO à ABUJA. Courant la même semaine, le président IBK a rouvert l’hôtel Radisson symbole de la résistance contre la barbarie.

    Par ailleurs, mon frère des bandits armés ont assassiné un journaliste à Tombouctou avec deux étudiants.

    En outre, on signale que le Premier ministre Modibo Keita a profité de son statut pour octroyer des logements sociaux à sa femme, ses enfants et autres amis. Pourtant ce monsieur était considéré comme clin.

    Comme le pouvoir peut changer les hommes !

    Mon frère étant triste je ne peux que te dire ces quelques mots cette semaine

    A bientôt mon frère, que dieu te protège et protège notre grand pays.

    Amen !

     

     

    A lundi prochain sans faute

    Ton frère Zana de Dèssèbougou  

    PARTAGER