Cour d’Assises : Pour avoir détourné plus de 45 millions à la perception de Bougouni en 2009 : Lassana Samaké condamné à une peine de sept ans d’emprisonnement avec sursis

    2

    La Cour d’Assises a, dans son audience d’hier mercredi, condamné le sieur Lassana Samaké à une peine de sept ans d’emprisonnement avec sursis et au paiement de plus de 34 millions FCFA. Comptable de fonds publics à Nébala au moment des faits, M. Samaké comparaissait devant la Cour d’Assises pour atteinte aux biens publics.

    Les faits datent de décembre 2009 lorsqu’une mission de contrôle a débarqué à la perception du cercle de Bougouni, dans la région de Sikasso avec pour objectif de vérifier les comptes de ce service au titre de la même année. A l’issue du contrôle, qui a pris en compte l’ensemble des dépenses de janvier à décembre 2009, un solde de plus de 128 millions FCFA a été constaté.

    Après déduction de plusieurs montants dont plus de 21 millions FCFA, plus de 10 millions FCFA et de plus de 478 356 FCFA, le solde est revenu à la somme exacte de 95 891 782 FCFA. Sur cette somme, l’accusé n’a pu justifier que 50 513 333 FCFA. Il reste donc plus de 45 millions FCFA qui n’ont, malheureusement, pas pu être justifiés par M. Samaké, alors comptable du service          .

    De l’enquête préliminaire à l’instruction, l’accusé a totalement reconnu les faits selon lesquels effectivement un trou de plus de 45 millions FCFA a été décelé à l’issue du contrôle de la trésorerie de Sikasso. Cependant, il a soutenu que cette somme injustifiée ne résultait pas d’un détournement, mais plutôt d’un déficit. Ce qui, de l’avis du ministère public, ne signifie pas grand-chose en matière de droit.

    A la barre, l’accusé a affirmé ne pas savoir ce qu’il est advenu de cet argent s’appuyant sur le fait qu’en comptabilité il peut arriver que des sommes soient égarées et souvent on ne les retrouve même plus. Il a révélé, par ailleurs, que la somme manquant à la caisse n’a pas été détectée par les contrôleurs. ” C’est moi-même qui l’ai décelée et j’en ai fait part aux contrôleurs “, a-t-il dit.

    De surcroit, dès l’entame des procédures judiciaires lancées à son encontre, Lassana Samaké, ayant reconnu sa culpabilité, a commencé à payer ce qu’il doit à l’Etat. C’est ainsi qu’il eut payé onze sur les 45 millions FCFA. ” Je tenais à rembourser avant même cette session (Cour d’Assises, ndlr), mais le dossier que j’ai monté pour vendre mes deux concessions en vue de remettre l’Etat dans ses droits a été sans suite “, a-t-il dit à la barre.

    En effet, selon le conseil de M. Samaké, son client avait l’intention de vendre ses deux concessions dont les expertises ont leur valeur à plus de 50 millions FCFA. Entretemps, les deux maisons auraient été saisies par la trésorerie de Sikasso. Chose qu’ils n’ont pas pu justifier et aucune ordonnance de saisie n’a été versé au dossier par le juge d’instruction.

    En tout cas, les explications n’ont pu convaincre la Cour qui a fini par condamner l’accusé à sept ans d’emprisonnement avec sursis et au paiement du reste de la somme qu’il doit à l’Etat (34 309 646 FCFA). Cela grâce aux circonstances atténuantes.

    Aboubacar DICKO

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. Un percepeteur qui a 2 concessions extimées à plus de 5O Millions de Francs CFA.Combien lui il touche alors par mois comme salaire.En plus,lui et son Avacat osent dire ça devant la cour.
      Rien qu’au Mali on voit de telle chose.
      Du deniers publi volé sans crainte.

    Comments are closed.