Crise au sein du lotissement de Kabalabougou : Sept personnes sous mandat  d’enquête judiciaire

    0

    Le bras de fer qui oppose la Commission de réhabilitation de Kabalabougou à la Commission de crise de lotissement de Kabalabougou, n’a pas encore connu son épilogue. Au contraire, il aurait pris une tournure inquiétante après l’inculpation, le mardi 25 octobre 2011, de 7 membres de la Commission de crise par le Tribunal de Kati.

    Faut-il le rappeler, les travaux de réhabilitation de Kabalabougou, au départ, avaient donné naissance à un bras de fer qui opposait  le Maire de la Commune du Mandé, le chef de village de Kabalabougou, non moins président de la Commission de réhabilitation, les autorités du Cercle de Kati à  la Commission de crise de lotissement de Kabalabougou. Grâce à ses actions multiples à travers des réunions, des négociations, la Commission de crise était parvenue à convaincre le Maire que le dialogue est la seule voie pour trouver une solution à la crise qui prévaut au sein du lotissement de Kabalabougou. C’est pourquoi, le Maire de la Commune rurale du Mandé, Mamourou Balla Keïta a, dans un Arrêté, notamment l’Arrêté N° 009/CRDM/11 du 15 août 2011, autorisé la création d’une Commission spéciale pour le règlement des différends engendrés par la réhabilitation du village de Kabalabougou.

    Cette Commission, en plus des 1er et  2ème adjoints au Maire, est composée de trois représentants de la Commission de crise de Kabalabougou et de deux représentants du chef de village. Aussi, avait-il ordonné de surseoir à toute activité de réhabilitation sur le terrain. Malgré tout, la situation s’est dégénérée, le lundi 26 septembre 2011, suite à un affrontement violent entre les partisans du chef de village et les partisans de la Commission de crise, occasionnant des blessés des deux côtés. Il a fallu l’intervention des agents de la Brigade Territoriale pour minimiser les dégâts. Le lendemain, c’est-à dire le mardi 27 septembre 2011, les deux parties ont été toutes convoquées et entendues à la Brigade Territoriale.

    Selon nos informations, les gendarmes ont, dans leur PV, évoqué les coups et blessures réciproques, avant de conseiller les deux camps à éviter ce genre d’affrontement et à se donner la main pour le développement du village. Les partisans du chef de village qui, apparemment, n’ont pas été satisfaits de l’intervention des agents de la Brigade Territoriale, ont immédiatement porté plainte devant le Tribunal de Kati contre les membres de la Commission de crise pour coups et blessures volontaires. Ainsi, les deux parties ont été entendues, le jeudi 13 octobre 2011 par le Procureur de Kati qui, comme les gendarmes, aurait invité les parties à une résolution à l’amiable, faute de quoi, il sera obligé d’appliquer la loi.

    Sensibles à la médiation du Procureur et soucieux d’un retour à la paix, les membres de la Commission de crise de lotissement de Kabalabougou ont formé une délégation qui a rencontré l’autre partie, afin qu’ils puissent enterrer la hache de guerre. C’était peine perdu, puisque le chef de village et ses partisans ont refusé la main tendue de leurs adversaires.

    Le mardi 25 octobre 2011, les deux parties ont été de nouveau attendues au Tribunal de Kati. Comme elles ne sont pas parvenues à une résolution à l’amiable, le Procureur a ordonné l’instruction de l’affaire. C’est ainsi que 7 membres de la Commission de crise de lotissement de Kabalabougou ont été inculpés et placés sous mandat d’enquête judiciaire avec interdiction de quitter le pays. Aussi, ils doivent se présenter, chaque 15  jours, devant le juge d’instruction.

    Au regard des tentions qui prévalent actuellement dans le village de Kabalabougou, nous avons bonne raison de craindre qu’une quelconque arrestation ou emprisonnement ne fera qu’envenimer la situation, car la population n’entend pas abandonner leurs défenseurs dans le collimateur de la justice.  Encore une fois de plus, la clémence du Procureur est demandée afin d’éviter le pire. Affaire à suivre !
    Moussa TOURE
    Collaborateur extérieur     

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER