Groupe scolaire de Souleymanebougou : Le CGS accuse l’ex-directeur de détournement de fonds

    0

    Muté de l’école fondamentale de Souleymanebougou après la rentrée scolaire 2018-2019, Amada dit Sambaly Coulibaly serait parti avec 530 000 F CFA de l’établissement.  Le Comité de gestion scolaire (CSG), après avoir alerté la mairie et le Centre d’animation pédagogique de Sangarébougou (Cap), veut poursuivre l’ex-directeur en justice.

     

    Dans une correspondance en date du 20 décembre 2018, le CGS de l’école de Souleymanebougou a informé le directeur du Cap de Sangarébougou, le maire de Moribabougou, le Syndicat national de l’éducation de base, le coordonnateur des chefs de village de la Commune de Moribabougou “du différend qui existe entre lui et l’ex-directeur du second cycle en la personne de Adama dit Sambaly Coulibaly”.

    “Le problème en question est d’ordre financier. Il concerne plus précisément les fonds émanant des transferts des élèves pour le compte des années scolaires 2014-2016 et 2018-2019″, indique le CGS dans sa lettre. Il prie aussi les destinataires de s’impliquer afin qu’ils ” puissent disposer des fonds de l’école. Il s’agit de 200 000 F pour l’année 2015-2016 et 330 000 F CFA pour l’année 2018-2019″, précise le président du CGS, Zoumana Dao.

    Selon M. Dao, l’ex-directeur avait demandé au comité de garder les frais de transferts de 2015-2016 en vue de faire face à certains besoins de l’établissement. “Nous avons accepté mais contre des factures à l’issue de chaque opération. A ce jour, il n’a fourni aucun reçu”, dénonce le président du CGS.

    Joint par téléphone, Adama dit Sambaly affirme avoir remis 25 % des 200 000 F CFA au CGS. Une affirmation rejetée en bloc par Zoumana Dao. “C’est une contre-vérité. Son incapacité de fournir les factures de sa gestion a même révolté les autres enseignants qui ont bloqué les cotisations des élèves de l’année 2016-2017 estimées à 400 000 F CFA”, soutient le président du CGS.

    Pour l’année 2018-2019, l’ex-directeur a reconnu avoir effectué des transferts. “Beaucoup sont des cas sociaux. J’ai accepté beaucoup d’enfants déshérités sans prendre un rond”, se défend Adama dit Sambaly Coulibaly.

    Pour le CSG, M. Coulibaly a effectué 33 transferts. “Tous les parents ont payé 10 000 F CFA ce qui fait les 330 000 F que nous réclamons à M. Coulibaly”, insiste le président du CSG.

    Le directeur du Cap de Sangarébougou, Amadou Boré n’a pas voulu réagir. Il reconnait avoir reçu la correspondance du CSG. “Le fonds du transfert est informel”, se borne-t-il à dire.

    L’affaire est pendante devant la mairie de Moribabougou qui a déjà écouté les deux parties. En attendant, le président du CSG entend attaquer l’ex-directeur en justice.

    Maliki Diallo  

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here