Mort accidentelle ou crime ? Le mystère règne toujours sur la disparition d’un chauffeur sénégalais retrouvé mort à 200 m de sa chambre

    0

    Deux mois après la disparition de Bassirou Lo, le mystère reste entier sur les circonstances réelles de sa mort. Aussi, en dépit du fait que le commissariat central de Bamako ait interpellé la copine du disparu, ses proches sont aujourd’hui en train de remuer ciel et terre pour que les enquêtes avancent le plus rapidement possible. En témoigne leur présence régulière dans les locaux dudit commissariat.

    L’affaire dont il est question remonte au mois d’août dernier. Lorsque l’ambassade du Sénégal a été informée de la découverte, le lundi 22 août au centre commercial du grand marché de Bamako du cadavre d’un ressortissant sénégalais. Lequel a été par la suite identifié comme étant celui de Bassirou Lo, chauffeur âgé de 36 ans. Selon les informations qui nous sont parvenues, ce dernier était arrivé à Bamako le samedi 20 août 2011. Il devait retourner à bord du bus  Renault-savi 2M immatriculé DK-3884-AH dont il était le chauffeur titulaire.

         C’est dans ce bus qu’il avait convoyé jusqu’à sa destination finale les marchandises (vêtements et chaussures) affrétées par Idrissa Traoré, un commerçant malien de la place.

    L’enquête ouverte par la brigade de recherches du premier arrondissement n’a pas encore pu déterminer les circonstances exactes dans lesquelles la mort de Bassirou Lo est survenue.

    Cependant, elle révèle que son cadavre a été découvert tôt le lundi 21 août. Après que le commissariat eut été informé par des passants qu’un corps non identifié gisait dans une mare de sang. Pour l’instant, la seule certitude des enquêteurs est que le décès est survenu de façon violente et probablement à la suite d’une bagarre.

    Puisque le corps a été découvert torse nu à plus de 200 m de la chambre de la victime sans aucune trace de sang.L’interpellation récente de la petite amie du disparu n’a pas permis d’éclairer les enquêteurs.

      Nous y reviendrons

    Abdoulaye DIARRA

     

    Commentaires via Facebook :