Baguineda : Le maire, Salia Diarra, victime de dénigrements et de calomnie ?

0

Depuis un moment, le maire de la commune rurale de Baguinéda, M. Salia Diarra, fait face à des détracteurs qui veulent le ruiner politiquement. Pour y parvenir, ils  recourent à tous les moyens possibles. Ainsi, ils accusent le  maire de détournement de   près de 529 millions de francs CFA, sans preuve.

529 millions de francs CFA ; c’est le fameux montant que le maire  Salia  Diarra est accusé d’avoir détourné des caisses  de la mairie de Baguinéda. Une situation  qui fait sourire l’élu local qui se pose la question de savoir  comment il peut détourner, tout argent, tout seul, une somme aussi faramineuse. En réponse, il dira   à notre micro que   d’autres détracteurs  ont peut être pu faire ce détournement  à son insu. En tout cas, pas lui,  il en a aucune connaissance. Selon lui, tout cela n’est qu’une campagne d’intoxication destinée seulement à ternir son image et sa réputation dans le but  de l’enterrer politiquement, puisque depuis son arrivée à la tête de la commune, la gestion des affaires n’est fait que sur la base du désir croissant d’un développement  socioéconomique accéléré au bénéfice de toute   la population de  la commune de Baguinéda.

Donc,  le maire Salia Diarra est victime de jalousie et de méchanceté   causée par  sa bonne gestion des affaires de la commune.  La seule chose qui importe beaucoup plus aux yeux du maire, c’est pourquoi il  n’hésite pas à qualifier  tout le reste à des choses inutiles. Il laisse entendre qu’il n’a pas besoin de détourner un franc dans  une  caisse qu’il s’est lui-même engagé  d’agrandir et de développer en y mettant de  la transparence. Au contraire, selon lui, son devoir était de  contribuer et non de détourner.

Concernant les 529 millions, le maire   Diarra  dira que c’est une affaire qui remonte bien avant qu’il ne soit maire, et qui concernerait une zone lotie par l’ancienne équipe de la mairie.  Une zone d’habitation dont les occupants avaient même commencé  à s’installer. Mais, le maire dira que  tout récemment,  le gouvernement a pris des mesures  pour  annuler la décision de la mairie,  en raison de la construction des logements  sociaux, obligeant la mairie   à  recaser  les propriétaires  sur un autre site. Un recasement effectué  avec toutes les mesures  d’accompagnement comme l’exonération, la suspension du paiement pour le permis. Des faveurs que la mairie a tenu à bien respecter parce que  la plupart des occupants sont de la commune.

Ce qui  concerne  le rapport du vérificateur général, le vérificateur  s’est rendu à deux reprises à la mairie,  mais il n’a rien prouvé comme détournement. Depuis  l’arrivée  de Diarra à la tête de la commune,  son premier combat a été de lutter farouchement  contre les spéculations foncières. Une lutte qui l’avait conduit à déchirer à l’époque  des faux bulletins  devant leurs propriétés. Selon lui, depuis cette date,  il n’a plus eu de la tranquillité   avec  ses détracteurs fonciers. C’est un combat qui l’oppose également aux spéculateurs fonciers. Par ailleurs, concernant ses réalisations, on peut enregistrer des forages, des routes, des centres de santé, des châteaux d’eau,  l’alimentation de certains villages en électricité, sans oublier aussi la construction à Baguinéda et dans beaucoup de  villages des mosquées,  des écoles. Des travaux qui lui ont valu une  décoration  par les autorités du cercle de Kati. Donc,  ceux qui pensent que le maire Salia Diarra a construit son lycée et ses villas avec l’argent de la mairie se trompent  car, le maire avait  de  l’argent avant son entrée  à la mairie.

Lassi SANOU

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here