Litige foncier à Zirabacoro (près de Sénou) : Plus de 400 maisons démolies

0

Des centaines de maisons ont été démolies, le jeudi 28 février dernier  à  Zirabacoro, non loin de Sénou en commune VI. Ces actes troublants sont, selon des témoins, l’œuvre d’une dame mariée à un ancien militaire qui,  bien que son titre de propriété soit contestée, affirme être  la propriétaire de ces lieux d’habitations.

La zone concernée a été en grande partie livrée aux propriétaires actuels par la mairie de Sénou. Et cela rentrait, témoigne une victime, dans le cadre du recasement.

La position de la mairie de Sénou est critiquée  dans ce litige foncier, car cette municipalité semble avoir vendu les 2/3 de ces terrains d’habitations aux habitants. Et la plupart d’entre eux, y siégeaient depuis plus de dix ans et détiennent des permis de construire et de vente  de ladite mairie. Aussi, la supposée  propriétaire  serait soupçonnée de démolir lesdits terrains  afin de les revendre  aux riches  à des prix  importants. Ce qui n’a  pas empêché  aux populations locales de dénoncer cette injustice avant d’inviter les autorités à prendre à bras le corps  cette situation qui expose plus de 400 chefs de familles à des difficultés.

M Alassane Maiga, une victime a déploré l’inefficacité des élus communaux  vis-à-vis de la situation dont  leurs interventions ont été selon lui  en deçà des attentes  et de dénoncer  de passage, les  graves violations des droits de l’homme.  « Comment peut-on penser, dans un pays sous pression foncière, qu’une seule personne  détienne des vingtaines d’hectares de terres habitables  et se lève un petit matin  pour  mettre au dehors  des centaines de chefs  de familles»,  s’interroge  Aminata  Traoré avec des  larmes yeux.  Pour l’entrepreneur Oumar Daou, la responsabilité incombe à la mairie  de Sénou car, explique-t-il, « elle nous avait assuré que les lieux  d’habitations qui nous ont été vendus n’appartenaient à personne ». « Le Mali est victime du laxisme de ses dirigeants», a-t-il martelé. Aussi, les victimes  ont invité les autorités, particulièrement celles qui sont  en charge des affaires foncières, à s’impliquer dans ce dossier pour un dénouement heureux de la situation.

Yacouba COULIBALY

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here