L’Assemblée Nationale condamne «cet acte terroriste»

Le Président de l­­­­'Assemblée Nationale du Mali, les Députés et l'ensemble du personnel parlementaire ont appris avec stupeur et effroi la prise d’otages qui s'est déroulée ce vendredi 20 novembre 2015, à l’hôtel Radisson de Bamako; un triste événement qui s'est soldé par une vingtaine de morts, parmi lesquels des Maliens et des ressortissants de pays amis.

0

L’Assemblée Nationale du Mali condamne avec la dernière rigueur cet acte terroriste perpétré par des individus égarés en rupture totale avec toutes les valeurs humaines. Elle salue la mémoire de l’ensemble des victimes, présente ses condoléances à leurs familles et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Au nombre des victimes figure M. Geoffrey Dieudonné, haut fonctionnaire au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles en Belgique, membre de la délégation d’experts de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, présente à Bamako dans le cadre d’un séminaire de renforcement des capacités des fonctionnaires parlementaires maliens, organisé par l’APF en partenariat avec l’Université Senghor d’Alexandrie.

L’Assemblée Nationale du Mali salue le professionnalisme, l’humanisme et les qualités personnelles de l’illustre disparu, de même que sa détermination, son engagement et son attachement à notre pays et à la francophonie. Elle présente ses sincères condoléances à son épouse et à ses deux enfants, douloureusement éprouvés, de même qu’au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, à l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, aux autorités et au peuple du Royaume de Belgique.

Le Président de l’Assemblée nationale, les Députés et l’ensemble du personnel parlementaire saluent le courage et le professionnalisme de nos forces de défense et de sécurité et des forces des pays amis qui nous ont prêté main forte, tout en renouvelant leur soutien ferme et résolu au Président de la République et au Gouvernement dans cette dure épreuve.

L’Assemblée Nationale du Mali lance un appel aux pays amis et à l’ensemble de la Communauté internationale afin qu’ils soutiennent notre pays dans son combat contre le terrorisme international et pour la paix, la réconciliation et le développement.

Bamako, le 20 novembre 2015

Le Secrétaire Général

Dr. Madou Diallo

Chevalier de l’Ordre national

 

L’UA veut «la mise en place rapide d’une force d’intervention»

Le Présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, condamne fermement l’attaque terroriste ignoble perpétrée ce jour contre un hôtel dans la capitale malienne, Bamako.

Elle exprime la pleine solidarité de l’UA avec le peuple et le Gouvernement maliens, au moment où ils font face, une fois encore, au fléau du terrorisme, ainsi que le soutien du Continent à leurs efforts visant à promouvoir durablement la paix et la sécurité dans leur pays, et ce à travers la mise en œuvre effective et diligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation signé par les parties en mai et en juin 2015.

Elle exprime les condoléances les plus attristées de l’UA aux familles des victimes, et souhaite prompt rétablissement aux blessés. La Présidente de la Commission souligne que l’attaque intervenue aujourd’hui est une illustration supplémentaire de la menace croissante que posent le terrorisme et l’extrémisme en Afrique.

Aussi renouvelle-t-elle l’appel de l’UA à tous les États membres pour qu’ils renforcent leur coopération dans le cadre des instruments africains et internationaux pertinents. En effet, seuls des efforts africains collectifs, coordonnés et holistiques permettront de faire effectivement face au terrorisme et à l’extrémisme et de débarrasser le continent de ce fléau.

De façon plus spécifique, la Présidente de la Commission réitère la nécessité de la mise en place rapide d’une force d’intervention à déployer dans le nord du Mali, pour combattre les groupes terroristes et criminels opérant dans cette partie du pays, tel qu’envisagé par les pays membres du Processus de Nouakchott sur le renforcement de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.

A cet égard, la Commission est en train de prendre des dispositions pour assurer le suivi des Conclusions de la réunion des Ministres de la Défense des pays de la région tenue à Bamako, le 4 septembre 2015.

Addis Abéba, le 20 novembre 2015

 

Le Chef de la MINUSMA «condamne avec fermeté»

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSMA (RSSG), M. Mongi Hamdi, condamne avec la plus grande fermeté l’attaque terroriste contre un hôtel de Bamako durant laquelle un nombre encore indéterminé de civils ont été tués et blessés.

Le RSSG exprime sa solidarité avec le Gouvernement du Mali, présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées au cours de cette attaque odieuse.

Durant toute la durée de l’intervention, la MINUSMA a soutenu les autorités maliennes et pris part aux opérations, en renforçant de manière significative le dispositif de sécurité sur le terrain. La MINUSMA a mis également en place une cellule de crise pour assister les blessés.

Cette attaque intervient au lendemain de la tenue de la sixième réunion du Comité de suivi de l’Accord (CSA) à Bamako, qui s’est déroulée en présence du Gouvernement malien, des représentants de la Coordination des Mouvements de l’Azawad et de la Plateforme ainsi que les partenaires internationaux.

Le RSSG se félicite de la déclaration commune des parties signataires (CMA et Plate-forme) qui ont réitéré leur engagement, malgré l’attaque d’aujourd’hui, dans la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord de paix.

La MINUSMA reste résolument engagée dans ce sens, au moment où des progrès importants sont réalisés avec les parties signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

La MINUSMA réaffirme sa détermination à soutenir le Gouvernement du Mali, ainsi que les parties signataires de l’Accord, durant cette étape cruciale du processus de paix.

Bamako, le 20 novembre 2015

 

L’URD prône «l’union sacrée autour de nos forces armées et de sécurité»

L’URD a appris avec consternation que des terroristes ont attaqué, tôt ce jour 20 novembre 2015, l’hôtel Radisson Blu de Bamako et y ont pris en otage plusieurs personnes.

C’est avec une immense émotion que le Parti adresse ses sincères condoléances aux familles des disparus lors de cette attaque barbare et odieuse. L’URD souhaite également prompt rétablissement aux blessés.

L’URD condamne avec la dernière énergie cet acte barbare intolérable. L’URD exige que les responsables de ces actes criminels, que rien ne saurait justifier, soient recherchés, poursuivis, jugés et punis.

L’URD félicite nos forces armées et leurs alliées pour leur courage leur engagement et pour la promptitude et le professionnalisme avec lesquels elles ont réagi. Le parti leur renouvelle sa confiance et son soutien. L’URD souhaitait un dénouement heureux et rapide de la prise d’otage.

Face à la gravité de la situation, l’URD prône l’union sacrée autour de nos forces armées et de sécurité, demande à la communauté Internationale de renforcer son assistance au Mali et l’exhorte à poursuivre ses efforts de sécurisation et de stabilisation sur toute l’étendue du territoire national, aux côtés de nos Forces Armées et de Sécurité.

Bamako, le 20 novembre 2015

Le Secrétaire à la communication

Me Demba Traoré

Officier de l’Ordre National

 

Le Parena «s’incline pieusement devant la mémoire des victimes»

Le Comité Directeur et l’ensemble des militants du Parena s’inclinent pieusement devant la mémoire des victimes innocentes tombées à l’Hôtel Radisson Blu de Bamako ce vendredi 20 novembre.

Les ressortissants de plusieurs pays résidaient à l’hôtel. C’est bien le Mali et toute la communauté internationale qui étaient les cibles des tueurs.

Nous présentons nos condoléances aux familles, aux gouvernements et aux peuples des pays endeuillés et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

Le Parena salue l’action des forces de sécurité du Mali et de leurs alliées. De nombreux enseignements doivent être tirés, le moment venu, de la tragédie du Radisson.

Bamako, le 20 novembre 2015

Le Comité Directeur du PARENA

PARTAGER