Sur les traces des auteurs de l’attentat à Radisson : La Justice a obtenu 140 scellés à examiner

5
Mali: une seconde revendication de l’attaque de l'hôtel Radisson
L'hôtel Radisson à Bamako REUTERS/Joe Penney

Près de deux semaines après l’attentat terroriste perpétré à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, l’enquête judiciaire confiée au Procureur Boubacar Samaké du pôle juridique de Bamako spécialisé de la lutte contre le terrorisme, semble avancer. En plus de deux présumés complices arrêtés depuis le jeudi dernier, le Juge Samaké annonce avoir 140 scellés en cours d’examen.

Beaucoup d’expertises et de réquisitions sont en cours d’exécution au niveau du Pôle juridique de Bamako, pour permettre de mettre la lumière sur ce qui s’est passé ce jour-là à l’hôtel Radisson.

Concernant  Adama Maïga et Seïdou Diepkilé, arrêtés la semaine dernière dans les quartiers périphériques de Bamako, le Juge Samaké rappelle que ces derniers ne sont pas des complices. « Ce sont des suspects et c’est différent des complices », a-t-il insisté.

Ont-ils parlé ? « Ils ont été interrogés, mais je ne pourrais pas vous dire à cet instant ce qui en résulte exactement », répond le Juge.

A la question de savoir qui est derrière cette attaque, le juge rappelle qu’il ne souhaiterait pas rentrer dans certains aspects des investigations, mais que, de plus en plus, ils ont des éléments qui les orientent vers un groupe dont  il ne souhaiterait pas dire le nom, en attendant.

Dès le début de ce travail de fourmi qui demande de patience et de minutie, le juge et son équipe disent avoir bénéficié de l’assistance internationale. Pour sa part, l’assistant de la Minusma est celui qui a réalisé l’expertise sur les deux armes retrouvées avec les assaillants sur la scène du crime. Chose qui leur a permis de tracer ces armes, selon le juge.

Dans les investigations et expertises en cours, le Mali qui veut pour une des rares fois concrétiser une action judiciaire contre le terrorisme, est assisté par plusieurs pays amis. Et pour ce faire, le juge lance un appel aux citoyens de porter à la connaissance des autorités compétentes, toutes les informations et faits susceptibles d’avoir un lien avec l’attaque de l’hôtel Radisson.

Seul élément nouveau : le Juge Samaké spécialisé de la lutte contre le terrorisme, et qui est chargé du dossier, dit avoir 140 scellés en cours d’examen, et que bientôt beaucoup sera su sur l’attentat qui a intervenu une semaine après celui de Paris.

Il faut rappeler que l’attentat à Radisson a été perpétré le vendredi 20 novembre 2015. Selon des sources officielles, il a fait 22 morts et plusieurs blessés. Il a été revendiqué par trois groupes jihadistes basés dans le nord et le centre du Mali.

Issiaka M Tamboura (maliweb.net)

  

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. “L’attaque de Hotel Radisson est selon le Centre de Recherche sur la Globalisation (globalresearch.org) une attaque sur les interets de la Chine et de la Russie” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    C’est impensable, le nombre (et surtout l’ampleur!) des conneries qui peuvent se dire ou s’écrire ici ou là!

    mais je dois dire que celle-là, celle “des interets de la Chine et de la Russie” au mali 😀 😀 😀 😀 c’est quand même UNE DES MEILLEURES DE TOUTES! 😀 😀 😀 😀 😀 😛 😛

    Je ne dirais qu’un mot: IL FALLAIT Y PENSER! 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: 😛 😀

    Moi, je me demande plutôt si l’attentat du Radisson ne serait pas le fruit d’un complot fomenté par les directeurs du Salam, de l’Amitié et du Kempisky, et financé par le Qatar, la Corse, et le Lesotho réunis! 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Quoi? 😆
    Ce n’est pas plus stupide que la fumeuse trouvaille du “coup porté aux…………. intérêts Chinois et Russes” 😀 😀 😀 😀 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  2. L’attaque de Hotel Radisson est selon le Centre de Recherche sur la Globalisation (globalresearch.org) une attaque sur les interets de la Chine et de la Russie, lisez la suite de cet article tres informative que j’ai pris soin de traduire (de l’anglais au Francais a l’aide de google translate, excusez les fautes de grammaire) afin que les Maliens puissent le lire. Voici l’article ci-dessous:

    Venant à la suite de l’attentat terroriste à Paris, le tournage de masse et le siège à l’Hôtel Radisson Blu à Bamako, la capitale de la nation africaine du Mali, est encore une preuve supplémentaire de l’escalade du terrorisme dans le monde entier. Alors qu’il a déjà été beaucoup écrit sur l’incident dans les deux médias occidentaux et non occidentaux, un angle critique sur cette histoire a été entièrement ignoré: le motif.

    Pour bien il est vrai que la plupart des gens pensent du terrorisme comme entièrement idéologique, avec des motifs d’être religieux ou culturel, il est également vrai qu’une grande partie de ce qui sera défini comme «terrorisme» est en fait la violence politiquement motivée qui est destiné à envoyer un message au groupe ou d’une nation ciblée. Donc, il semble que l’attaque au Mali pourrait très bien avoir été juste une telle action nouvelles des victimes a soulevé des questions très sérieuses sur ce que le motif de ce crime odieux aurait pu être.

    Les médias internationaux ont confirmé qu’au moins neuf des 27 tués dans l’attaque étaient chinois et russe. Bien que cette seule serait en effet curieux, ce sont les identités et les positions des personnes tuées qui est particulièrement frappant. Les trois victimes chinoises étaient des figures importantes dans China Railway Construction de Chine (CRCC), tandis que les Russes étaient des employés de la compagnie aérienne russe Volga-Dnepr. Que ce sont ces personnes qui ont été tués dès le début de l’attaque suggère qu’ils étaient les cibles probables de ce qui pourrait peut-être à juste titre être appelé une opération d’assassinat terroriste.

    Mais pourquoi ces hommes? Et pourquoi maintenant?

    Pour répondre à ces questions, il faut avoir une compréhension des rôles de ces deux sociétés au Mali et, à la plus grande échelle, les activités de la Chine et la Russie au Mali. En outre, l’assassinat ciblé doit être considérée à la lumière de l’assurance croissante des deux pays contre le terrorisme en Syrie et à l’étranger. Considérant le partenariat stratégique entre les deux pays – un partenariat qui se développe en apparence tous les jours – il semble que la lutte contre le terrorisme est devenue encore un autre point de convergence entre Moscou et Pékin. En outre, il doit être rappelé que les deux pays ont eu leur part d’attaques terroristes au cours des dernières années, chacun ayant fait le contre-terrorisme un élément central de leur stratégie de sécurité nationale, ainsi que de leur politique étrangère.

    Et donc, compte tenu de ces faits de base, il devient clair que l’attaque au Mali avait pas d’acte aléatoire de terrorisme, mais une opération soigneusement planifiée et exécutée conçu pour envoyer un message clair à la Russie et la Chine.

    L’attaque, les victimes et l’importance

    Le vendredi 20 Novembre, 2015, un équipe de “hommes lourdement armés et bien formés” auraient attaqué un hôtel de renommée internationale à Bamako, au Mali. Alors que les rapports initiaux étaient un peu vague et contradictoire, dans les jours depuis l’attaque et le siège qui a suivi, de nouveaux détails ont émergé qui sont indéniablement inquiétant car ils fournissent un motif potentiel pour les terroristes.

    Il est a depuis été annoncé que trois ressortissants chinois ont été tués au début de l’attaque: Zhou Tianxiang, Wang Xuanshang, et Chang Xuehui.

    Mis à part le fait évidemment tragique que ces hommes ont été assassinés de sang-froid, il faut examiner attentivement qui ils étaient en ordre pour avoir une idée complète de l’importance de leurs meurtres. M. Zhou a été le directeur général de (CRCC) groupe international de la China Railway Construction Corporation, M. Wang était le directeur général adjoint du groupe international de CRCC, et M. Chang a été directeur général de la division Afrique de l’Ouest de la CRCC. L’importance devrait devenir immédiatement évident que ces hommes étaient les principales liaisons entre Pékin et le gouvernement malien dans les grands investissements ferroviaires que la Chine a fait au Mali. Avec la construction de chemin de fer étant l’un des programmes d’infrastructure et de développement économiques clés dans enclavé Mali, le décès de ces trois ressortissants chinois est clairement à la fois une attaque symbolique et très tangible sur le partenariat de la Chine avec le Mali.

    À la fin de 2014, le président Ibrahim Boubacar Keïta du Mali a voyagé en Chine pour participer au Forum économique mondial à Tianjin. En marge du forum le président malien scellé un certain nombre d’offres de développement critiques avec le gouvernement chinois, le plus haut profil qui étaient la construction de chemin de fer et des accords d’amélioration. Chef parmi les projets est la construction d’un 8 milliards $, ferroviaire 900 km reliant la capitale du Mali de Bamako avec le port atlantique et capitale de la Guinée, Conakry voisine. Le projet, considéré par de nombreux experts comme essentiels pour amener malien richesses minérales aux marchés mondiaux, est essentielle pour le développement économique du pays. En outre, CRCC a également été exploité pour la rénovation de la ligne ferroviaire reliant Bamako avec la capitale du Sénégal de Dakar, avec le projet portant une étiquette de près de 1,5 milliard $ de prix.

    Ces deux projets étaient seuls une valeur de près de 10 milliards $, tandis qu’un certain nombre d’autres projets, y compris la construction de routes dans tout le nord en proie au conflit du pays, ainsi que la construction d’un nouveau pont bien nécessaire dans une impasse en proie Bamako, a la valeur cumulative des investissements chinois à proximité (ou plus) le PIB total pour le Mali (12 milliards de $ en 2014). Ces investissements massifs dans le pays étaient évidemment d’une grande importance pour le gouvernement malien à la fois en raison de leurs qualités sur le plan économique de transformation, et aussi parce qu’ils avaient solidifié Chine comme peut-être le seul investisseur le plus dominant au Mali, un pays depuis longtemps sous l’économique post-coloniale joug de la France, et de joug militaire des États-Unis.

    Il semble hautement improbable, pour dire le moins, qu’une attaque terroriste aléatoire uniquement intéressé à tuer autant de civils que possible aurait pour ses trois premières victimes de ces trois hommes, peut-être trois des hommes les plus importants dans le pays à l’époque. Mais les coïncidences invraisemblables ne cessent pas là.

    Parmi les morts sont également six Russes, qui sont tous dit avoir été des employés de la Russie cargaison commerciale aérienne Volga-Dnepr. Bien qu’à première vue, il peut sembler sans importance que les victimes russes travaillaient pour une compagnie aérienne, il est en fait très révélateur car il indique un motif semblable à l’assassinat de ressortissants chinois; spécifiquement, la Volga-Dnepr est, selon sa page Wikipedia, “un leader mondial sur le marché mondial pour le mouvement du fret aérien surdimensionné, unique et lourd … [Il] sert organisations gouvernementales et commerciales, y compris les entreprises leaders mondiales dans l’huile et industries du gaz, de l’énergie, de l’aérospatiale, de l’agriculture et de télécommunications ainsi que les secteurs des services humanitaires et d’urgence. “La compagnie a transporté tout de pelles gigantesques avions, des hélicoptères, des mini-usines et les centrales électriques, pour ne pas mentionner les machines lourdes utilisées dans l’énergie extraction.

    Ce fait est important, car il est fort probable, voire probable, que la compagnie aérienne a été transporte la majeure partie de l’équipement lourd, surdimensionné utilisé par les développeurs chinois et d’autres à travers le pays. En effet, l’équipage russe a fait partie de l’évolution économique en cours et les investissements étrangers dans le pays. Et donc, de leur mise à mort, comme celle des cadres CRCC, est une grève symbolique contre les investissements chinois et en russe dans le pays. Et peut-être plus important encore, l’attaque était une attaque symbolique de la nature même de la collaboration et du partenariat sino-russe, en particulier dans le contexte du développement économique en Afrique et le Sud Global.

    Il serait intéressant d’ajouter que la Volga-Dnepr a également été impliqué dans les services de transport militaire pour l’OTAN et les Etats-Unis au moins jusqu’au début du conflit Ukraine et la réunification de la Crimée avec la Russie. Si ce fait a une incidence sur les employés étant ciblée, ce serait de la pure conjecture. Qu’il suffise de dire que si la Volga-Dnepr a aucune compagnie aérienne ordinaire, mais qui faisait partie intégrante de l’ensemble de l’initiative de développement économique au Mali. Et ce qui est vraiment le point clé: la Chine et la Russie sont des partenaires de développement pour l’ancienne possession coloniale française et de l’état fantoche des États-Unis.

    L’avenir de la Chine, la Russie, et le Mali

    La Chine et, dans une moindre mesure, la Russie sont devenus les principaux partenaires commerciaux et de développement pour le Mali au cours des dernières années. Mis à part les projets de chemin de fer et la construction de routes lucratives mentionnés ci-dessus, la Chine a élargi ses partenariats avec le Mali dans de nombreux autres domaines. Par exemple, en 2014 la Chine doué Mali une subvention de 18 milliards de francs CFA (près de 30 millions $) et un prêt sans intérêt de 8 milliards de francs CFA (près de 13 millions $). En outre, la Chine a établi un programme qui offre 600 bourses à des étudiants maliens sur la période 2015-2017. En outre, le gouvernement chinois a annoncé la construction d’un secteur de la construction centre de formation et d’enseignement axé sur l’ingénierie et, ainsi que l’achèvement du Centre technique agricole dans la ville de Baguinéda au sud du Mali, non loin du centre de la capitale et de la population de Bamako.

    Bien sûr, ces sortes d’offrandes chinois ne sont que la pointe de l’iceberg que Beijing a également étendu ses contrats avec le Mali dans les transports, la construction, l’énergie, l’exploitation minière et d’autres secteurs importants, y compris un accord pour la Chine de construire au moins 24.000 abordable unités de logement, ce qui rend la propriété d’un logement décent possible pour beaucoup de ceux qui seraient autrement jamais avoir une telle opportunité. Allant plus loin, comme l’African Leadership Magazine a rapporté en 2014:

    Mali repose également sur la Chine à investir dans de nouvelles centrales électriques pour briser la crise de l’électricité qui affecte le pays. Ce système est censé mettre à la disposition de l’électricité moins cher pour le développement industriel … Un barrage hydroélectrique sera construit dans la région de Dire dans le nord du pays; une plante hybride de puissance à Kidal dans le Nord-Est et un autre à Tombouctou, qui est dans le Nord ainsi. Les centrales solaires seront également créés dans d’autres régions du pays et tous ces infrastructures seront connectés au réseau national d’électricité … Une usine de production de médicaments en cours de construction dans la banlieue de la capitale sera agrandie pour être le plus grand Afrique de l’Ouest … Plus de 95 pour cent de l’usine a été achevée et il sera opérant sur Janvier, 2015 … Les banques chinoises qui ne sont pas encore présentes au Mali sont censés contribuer à créer de petites écailles entreprises et industries.

    Pour être sûr, la Chine ne propose pas de tels accords au Mali uniquement sur l’altruisme et dans l’esprit de générosité; naturellement la Chine attend de se enrichir et garantir l’accès aux matières premières, les ressources et les marchés au Mali, maintenant et dans l’avenir. Ceci est le genre de “gagnant-gagnant” partenariat jamais vanté par la Chine comme la pierre angulaire de son aide et de l’investissement à travers l’Afrique. En effet, à bien des égards, le Mali est un excellent exemple de la façon dont la Chine tout fonctionne sur le continent. Plutôt que d’un modèle d’investissement purement exploitation (les exemples FMI et Banque mondiale viennent à l’esprit), la Chine se livre à un véritable partenariat. Et, contrairement à ce que beaucoup ont fait valoir (que la Chine est simplement une puissance impérialiste rival en Afrique), les activités de la Chine en Afrique sont en grande productif pour l’ensemble des pays où la Chine investit, quelques mauvais exemples flagrants de côté.

    La Chine est un ami de l’Afrique, et il a démontré que plusieurs reprises tout au long de la dernière décennie. Et peut-être il est juste ce genre d’amitié qui était sous attaque dans l’Hôtel Radisson Blu à Bamako.

    De même la Russie a été engagé au Mali, mais certainement loin dans la mesure où la Chine a. La Russie était l’un des principaux contributeurs à l’effort de secours humanitaire au Mali après le coup de 2012 et la guerre subséquente contre les groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda. La Russie a fourni des vivres indispensables, des vêtements et des soins médicaux de base, tout en fournissant plus avancé, et essentiel, au matériel médical aux hôpitaux maliens essayant désespérément de faire face à l’afflux de personnes blessées et déplacées.

    En outre, Moscou est devenu l’un des principaux fournisseurs d’armes et autre matériel militaire au gouvernement du Mali dans sa guerre contre le terrorisme en 2013. Selon Business Insider en 2013, Anatoly Isaikin, chef de la Russie exportateur d’armes appartenant à l’Etat Rosoboronexport “, a révélé que Moscou avait contacts militaires récentes avec le gouvernement du Mali … Il a dit de petites quantités d’armes légères ont été déjà livrés au Mali et que les ventes étaient en cours de discussion. «Nous avons livré des armes à feu. Il ya littéralement des deux semaines une autre voiture a été envoyé. Ce sont les livraisons complètement juridiques … Nous sommes en pourparlers sur l’envoi de plus, en petites quantités. »

    Enfin, le Mali dispose d’une connexion culturelle de longue date avec la Russie à travers le parrainage de milliers d’étudiants maliens qui ont étudié dans les universités soviétiques du début des années 1960 à travers les années 1980, de l’Union soviétique. Comme Yevgeny Korendyasov du Centre pour les relations russo-africaines à l’Académie des sciences de Russie a expliqué: «Nous avons eu des liens très étroits au Mali à travers l’histoire récente … Bien que les estimations financières globales de l’aide soviétique reçus par le Mali sont difficiles à trouver, la participation de Moscou avec le pays était englobe tout. “En effet, les Soviétiques instruits responsables maliens et de l’intelligentsia, ainsi que leurs enfants, ont développé l’infrastructure locale, et cartographiées abondantes ressources naturelles du pays. Ces liens de longue date, moribonds si elles peuvent paraître aujourd’hui, ont encore un héritage durable dans le pays.

    Alors que le monde a été transpercé par le terrorisme de l’attentat contre l’avion de ligne russe en Egypte, aux attaques inhumaines dans Paris et Beyrouth, pas assez d’attention a été accordée à l’attaque au Mali. Peut-être une des raisons pour l’épisode n’a pas obtenu le contrôle nécessaire et enquête est la série apparemment sans fin des attaques terroristes qui ont transpercé les consommateurs de nouvelles dans le monde entier. Peut-être qu’il est tout simplement bon vieux racisme fashioned qui voit l’Afrique comme un peu plus d’une collection d’états chaotiques constamment en conflit, la violence et la mort étant la norme.

    Ou peut-être la vraie raison presque personne n’a brillé une lumière sur cet épisode est en raison des implications mondiales des tueries, et le message qu’ils ont envoyé évidente. Alors que les organisations de médias semblent avoir délibérément ignoré l’implication des attaques du 20 Novembre au Mali, on peut être assuré que Pékin et Moscou ont reçu le message fort et clair. Et on peut aussi être assuré que les Chinois et les Russes sont bien conscients des véritables motifs de l’attaque. La question demeure: comment ces pays de répondre?

    Eric Draitser est un analyste géopolitique indépendante basée à New York, il est le fondateur de StopImperialism.org et OP-ED chroniqueur pour RT, exclusivement pour le magazine en ligne “Perspectives New Orient”.

  3. « Ce sont des suspects et c’est différent des complices » 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    C’EST TRES DIFFERENT… 🙄 🙄 🙄 🙄
    Quel est ce juge, et d’où sort-il? 😯 😯 😯 😯

    Merci beaucoup Monsieur le juge pour cette remarque particulièrement INTELLIGENTE! 🙄 😯

    Mais pour peu que nous ayons été scolarisés, nous connaissons TOUS la signification du mot “suspect” et celle du mot “complice”! 😯 😯 😯 😯

    Et jusqu’à preuve du contraire, s’ils sont SUSPECTS, c’est bien de COMPLICITE qu’ils sont suspecté! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Dites nous “ils ne sont que suspects pour l’instant, tant que leur complicité n’est pas encore avérée”, ok!
    Mais nous dire que suspect et complice “c’est différent”, merci bien! On ne vous avait pas attendu pour le savoir! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 N’importe quoi!

    Enfin, en tant que juge officiellement “chargé de l’enquête” depuis le premier jour, oser déclarer « Ils ont été interrogés, mais je ne pourrais pas vous dire à cet instant ce qui en résulte exactement » (:roll: 😳 😯 ) ça laisse un peu rêveur! 😯 😯 😯 😯

    A mon avis, les experts-enquêteurs Français et Minusma associés aux investigations ne doivent pas en croire leurs oreilles! 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳

    Encore une vedette je suppose, ce juge “spécialisé anti-terrorisme”! 😥 😥 😥 😥 😥 !

  4. Par la grâce de DIEU nous allons rattraper tous les suspects et leurs complices incha allah qu'Allah nous protège et nous en garde amen

  5. Par la grâce de DIEU nous allons rattraper tous les suspects et leurs complices incha allah qu'Allah nous protège et nous en garde amen

Comments are closed.