Témoignage d’un rescape : “Le tireur s’est dirigé vers la cuisine pour se faire griller un morceau de viande, le manger avant de repartir poursuivre son massacre”

0

Depuis son lit d’hôpital, Ali Yazbeck, le cou et le dos percé par deux balles, se livre d’une voix blanche : “Dans ma tête, je ne fais que voir les blessés. Dieu soit loué, je suis vivant”.

Ce pâtissier de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, un établissement luxueux, fréquenté par des hommes d’affaires, des diplomates, des équipages de compagnie aérienne et la bourgeoisie locale, est un miraculé. Alors que le petit commando jihadiste venait de pénétrer aux environs de 7 h du matin dans le hall d’entrée en mitraillant clients et employés, il a tout d’abord tenté de mettre à l’abri ceux qui étaient venus prendre leur petit déjeuner au 1er étage.

“On a traversé la cuisine pour aller au niveau de l’ascenseur pour descendre au sous-sol, raconte-t-il. Un terroriste nous a trouvés là. Il m’a d’abord tiré dessus, puis il a visé des Blancs, des Chinois, des Arabes avant de partir”. Ce n’était qu’un répit.

“Blessé, j’ai été me réfugier avec deux serveuses dans le bureau. Le terroriste nous a retrouvés. J’ai fait comme si j’étais mort, mais Sarah a paniqué. Elle a pris deux balles, mais n’est pas morte. Awa, elle, a été tuée. Il n’a jamais rien dit. Il a seulement tiré”.

Puis, Ali Yazbeck décrit une scène stupéfiante où le tireur, “noir et très mince”, s’est dirigé vers la cuisine pour se faire griller un morceau de viande, le manger avant d’ouvrir le gaz des cuisinières et repartir poursuivre son massacre.

Avec le Monde

PARTAGER