Terrorisme, Russie, grogne générale: un expert revient sur le désengagement français au Mali

1

La France a mis un point final à l’opération Barkhane au Mali en retirant ses derniers soldats du pays. Un échec qui s’explique par différents facteurs, comme l’explique un expert malien à Sputnik.

Une page s’est tournée au Mali ce 15 août, avec le départ du dernier détachement français encore présent dans le cadre de l’opération Barkhane. Les derniers soldats ont passé la frontière avec le Niger, a annoncé le ministère français des Armées. Arrivée dans le pays en 2013 avec l’opération Serval, la France repart donc sans tambours ni trompettes. Après avoir aidé les forces maliennes à reprendre les régions de Gao, Kidal et Tombouctou, l’armée française n’a pas su venir à bout de la menace djihadiste.

L’opération Barkhane, qui a pris la suite de l’opération Serval, a fini par s’attirer l’hostilité des autorités maliennes et d’une partie de la population, comme l’explique à Sputnik Zoumana Saïf Koné, directeur exécutif de l’Institut sahélien de recherche et d’analyse pour la transformation du conflit (Tirac-Sahel).

“Les Maliens ont applaudi ce départ français, car selon eux il n’y a pas eu de résultats […] Tout cela est dû à la situation sécuritaire et à la pression de la population”, souligne-t-il.
L’expert rappelle que l’intervention française n’a pas été exempte de zones d’ombre, notamment lors de la reprise de la région de Kidal, ancien fief des rebelles du MNLA, dont l’accès a longtemps été refusé aux forces maliennes.

Rapprochement avec Moscou

La France a aussi eu du mal à digérer le rapprochement du Mali avec la Russie, souligne Zoumana Saïf Koné. Un tournant amorcé avec l’arrivée au pouvoir d’Assimi Goïta, épaulé par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga.

“Depuis ce jour, la politique étrangère malienne a changé. Ils ont voulu réchauffer le partenariat avec la Russie, ancien allié du Mali, ce qui n’a pas plu à l’armée française. Il y a eu beaucoup d’incidents diplomatiques jusqu’à l’expulsion de l’ambassadeur français. L’armée française a finalement décidé de quitter le Mali d’elle-même”, explique ainsi l’expert à Sputnik.

Ce 15 août, Moscou a d’ailleurs réaffirmé son soutien à Bamako, après un mois meurtrier, marqué par des attaques terroristes ayant fait plus de 40 morts.

La France avait pour sa part annoncé son retrait du Mali en février dernier. Il aura fallu six mois aux forces françaises pour évacuer le pays, sur fond de manifestations parfois hostiles. Ce 14 août, des protestataires étaient encore descendus dans les rues de Gao au cri de “Barkhane dégage!”

Source: https://fr.sputniknews.com/

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Que c’est mal raconté en effet il est écrit :”Après avoir aidé les forces maliennes à reprendre les régions de Gao, Kidal et Tombouctou, l’armée française n’a pas su venir à bout de la menace djihadiste”
    La France vient aider le Mali en hâte ..libère le Mali et il est écrit que l’armée Française n’a pu venir à bout de la menace Djihadiste …En oubliant que c’est aux troupes maliennes de libérer son territoire !!!
    PEUT-on comprendre que la Russie n’a pas proposé son aide dès 2012 au moment où la France présentait à l’ONU son aide au Mali ..
    La France n’a pas été contente des Russes car ceux çi mettaient en place des MERCENAIRES et non des soldats
    A noter que la Russie propose son aide en 2022 soit 9 années après le début de la guerre !!!!
    On se demande quels intervenants agiront car la Russie a du mal a mettre à genou la formidable armée de l’UKRAINE , et que beaucoup de soldats russes ont été tués
    A REMARQUER QUE LA D’INFUSION A ÉTÉ FAITE PAR SPUTNIK agence de presse Russe

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here