Acharnement sur les Rohingyas : Un projet d’extermination musulmane en cours ?

3

À Arkan se passent de véritables violations de droits de l’homme perpétrées contre la population musulmane minoritaire, les Rohingyas. Elles rappellent l’antisémitisme allemand, une extermination orientée contre les juifs. Ces violences contre les Rohingyas, ne seraient-elles pas la réalisation d’un projet d’extermination des musulmans ?

L’islam n’est pas la seule religion dans le monde. Elle n’est pas la première à voir le jour. Mais c’est elle la plus confrontée à d’innombrables problèmes. D’après des textes islamiques, elle est la dernière religion derrière laquelle tous doivent s’allier. Hélas ! Dans ces dernières années, nous constatons que tous les troubles dans le monde s’effectuent autour de cette religion. Ses pratiquants sont qualifiés de tous les maux, notamment d’êtres des terroristes. Cela conduit à leur mise à l’écart. L’islam est ainsi directement réduit à une religion de la violence.

En conséquence, une lutte acharnée est orientée contre cette religion et tous ses pratiquants de part et d’autre le monde. C’est ce qui explique que dans la majeure partie des pays européens, les musulmans sont les déclassés sociaux. Ils ne sont pas libres dans la pratique de leur religion comme le veut la liberté de culte ou de conscience. Le cas des Rohingyas en est un cas illustratif. Cette ethnie musulmane minoritaire reste la proie à d’innombrables violations de droits de l’homme à Arakan, soi-disant qu’ils ne sont pas répertoriés dans les différentes races ethniques de ce pays. Cette population musulmane minoritaire représente 1 million dans un pays qui compte près de 3 millions de bouddhistes. Considérés comme des réfugiés illégaux, les Rohingyas subissent tout genre d’atrocités occasionnant la fuite de près de 300 000 personnes, des viols de femmes, des exécutions sommaires, des villages incendiés, des disparitions forcées, de la torture, de l’esclavage.

Ces exactions contre cette population musulmane ne peuvent-elles pas être traduites sous la même rubrique que les expulsions de musulmans dans certains pays ? Ne peuvent-elles pas être rangées dans la même catégorie que les poursuites contre un Tariq Ramadan ? Ce qui est sûr, c’est que cette montée de tension, s’elle n’est pas stoppée, risque d’aboutir à un génocide qui peut rappeler l’antisémitisme dirigé contre les juifs en Allemagne par Hitler. C’est ce qu’auraient compris les Nations-Unies qui ont lancé un appel à la communauté internationale pour des fins d’enquêtes sur cette situation dont elles tiennent pour responsable l’État-major birman pour tentative d’extermination des Rohingyas.

Tout porte à croire que cette situation contre les Rohingyas vise implicitement l’islam et serait un projet orienté essentiellement contre les musulmans. Ce qui se passe aujourd’hui dans cette localité d’Arkan contre cette population musulmane si elle n’est pas efficacement contrecarrée risque de se répéter ailleurs et en conséquence alimenter d’autres feux qui emporteront le monde dans la géhenne.

Fousseni TOGOLA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. EHHH , Fousseni TOGOLA, I SABALI……!

    Fousseni TOGOLA, DE GRACE, NE TRAITE PAS UN SUJET QUE TU NE MAITRISE PAS !!!

    JE TE DONNE UN BREF HISTORIQUE DE CETTE CRISE.

    Alors que l’Arabie saoudite préparait en 2013 une armée en Jordanie et finançait les jihadistes en Syrie, elle créait également à La Mecque le « Mouvement pour la foi », devenu depuis « Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ».
    Comme pour la Syrie, elle y mêlait d’authentiques birmans et les mercenaires qu’elle utilise habituellement un peu partout dans le monde.
    Ainsi le leader de ce groupe est un Pakistanais qui fit ses armes aux côtés de Ben Laden en Afghanistan contre les Soviétiques.

    Les jihadistes birmans sont armés par les États-Unis et le Royaume-Unis. Ils sont formés dans des camps d’entrainement en Arabie saoudite et au Bangladesh. En août dernier, ils étaient évalués à au moins 5 000 hommes.

    La Birmanie n’a jamais connu la paix depuis la colonisation britannique et japonaise. C’est une mosaïque de 135 ethnies qui, à la différence de la Syrie, se font la guerre les unes aux autres.

    Une dictature militaire était parvenue à maintenir un semblant d’ordre sur une grande partie du pays au prix d’une cruelle répression.
    Il y a 2 ans et demi, l’armée a accepté de partager le pouvoir avec la prix Nobel de la paix Aun Sang Suu Kyi afin de résoudre ensemble les problèmes inter-ethniques.

    Le nouveau gouvernement a notamment créé une commission consultative pour résoudre les discriminations dont les Rohingyas sont victimes. Elle était présidée par Kofi Annan et comportait des personnalités étrangères comme le Libanais Ghassan Salame et des Birmans comme le guide d’un ordre soufi.

    Les travaux de cette Commission ont été sabotés comme ceux de la Commission de la Ligue arabe en Syrie, en 2011-12. Le jour-même où elle rendait son rapport, le 25 août, l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan attaquait simultanément 24 commissariats de police et casernes, tuant 71 policiers et soldats.

    Fousseni TOGOLA, LA BIRMANIE EST “LA SYRIE” DE L’ ASIE DU SUD-OUEST….

    Fousseni TOGOLA, LE MALI N’ EST-IL PAS “LA SYRIE” DE L’ AFRIQUE OCCIDENTALE ???

    • Merci WAZEKWA TOLO DOE, MAITRE VODOOU pour votre analyse du 29 Août 2018 at 08:02 somme toute très complète, heureusement que des gens comme vous savent éviter les pièges tendu par ces manipulateurs, il faut surtout éviter aussi que ces pauvres se fassent instrumentaliser par ces déstabiliseurs!
      Bref paix à tous, ne nous laissons par manipuler et instrumentaliser par ceux qui veulent tenter de nous diviser pour mieux régner !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here