Donald Trump refuse d’être tenu responsable en cas d’utilisation de désinfectant contre le coronavirus

0

Plusieurs gouverneurs ont fait état d’une hausse du nombre d’appels aux centres anti-poisons après les propos du président. Lequel affirme ne pas comprendre pourquoi.

ÉTATS-UNIS – Donald Trump a eu beau assurer après coup que ses propos sur le désinfectant pour lutter contre le coronavirus étaient “sarcastiques”, le mal était fait. Dans les jours qui ont suivi, plusieurs États ont fait remonter une augmentation significative du nombre d’appels à ce propos. Un phénomène que Donald Trump a affirmé ne pas comprendre ce lundi 27 avril.

Malgré la tentative de la Maison Blanche pour éteindre l’incendie, la déclaration de Donald Trump a fait le tour du monde et suscité nombre de moqueries. Ulcéré, le président américain en est arrivé à suspendre son point presse quotidien pendant le weekend: les médias “font des audiences record et les Américains n’en retirent rien si ce n’est des Fake News. Perte de temps et d’énergie!”, a-t-il tweeté, laissant présager une changement de sa stratégie de communication.

Ce lundi, l’exécutif américain a cependant donné rendez-vous aux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche. Avant d’annuler. Puis de finalement maintenir le point presse.

Cette fois, Donald Trump a opté pour un ton plutôt apaisé, louant de “très bons échanges” avec les gouverneurs dont il avait critiqué la gestion de la crise et se tenant à l’écart d’échanges trop vifs avec les journalistes. Mais il n’a pas échappé à une question sur le désinfectant.

Pendant le weekend en effet, au moins deux gouverneurs ont évoqué dans les médias une augmentation significative du nombre d’appels aux autorités sanitaires. “Nous avons eu des centaines d’appels sur les lignes d’urgence du département de santé pour demander si ingérer du Clorox ou des produits nettoyants allait aider à combattre le virus”, a ainsi rapporté le gouverneur du Maryland, appuyé quelques jours plus tard par sa collègue du Michigan.

Dans l’Illinois où le même phénomène a été constaté, la directrice du département de Santé publique a précisé qu’un appel concernait notamment une personne qui avait utilisé une solution détergente en pulvérisation nasale et une autre en bain de bouche.

Dans les jardins de la Maison Blanche, Donald Trump a donc été interrogé sur ce point. Interrompant le journaliste, le dirigeant américain a plusieurs fois répété qu’il “ne peut pas imaginer pourquoi” le nombre d’appels pour des ingestions avait augmenté. Avant d’affirmer que “non”, il n’en était nullement responsable. Et de lancer immédiatement une autre question.

Par Jade Toussay – HUFFINGTONPOST.FR – 27.04.2020

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here