La société civile burkinabè réaffirme son soutien au peuple malien face aux sanctions de la CEDEAO

1

Des organisations de la société civile et des personnalités burkinabè ont lancé mardi l’”Initiative de Soutien au Peuple malien (ISPM)”, face notamment aux sanctions récemment décidées par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre le Mali.

“Si ces sanctions visent à contraindre les autorités de la transition à organiser des élections (…), elles sont si sévères (et) vont précipiter les Maliens dans une crise humanitaire”, ont estimé les ONG dans un communiqué.

L'”Initiative de Soutien au peuple malien” est une union de personnalités dans divers domaines (médias, culture, sciences, politique…) “apolitique et à but non lucratif” ouverte à tous ceux qui sont désireux de soutenir la cause des peuples malien et africain, a déclaré mardi, lors d’une conférence de presse, son porte-parole Bassolma Bazié.

“L’engagement individuel des Africains et de toute personne nous semble indispensable”, a soutenu Bassolma Bazié par ailleurs ancien secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B).

“L’initiative ne vise aucunement à soutenir la junte. Du reste, nous condamnons également la mauvaise gouvernance”, a rappelé Bazié.

Samedi, le Collectif des Organisations de la Société Civile pour le Sahel (COSC pour le sahel), avait déjà exprimé son soutien au peuple malien.

La Cédéao avait annoncé, le 9 janvier courant, une série de sanctions contre le Mali notamment la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays membres et le Mali, la suspension de toutes les transactions commerciales, à l’exception des produits de première nécessité.

En réponse à ces sanctions et à l’appel des autorités de la Transition, des milliers de Maliens ont manifesté vendredi dernier pour dénoncer cette “injustice” et demander la levée de ces sanctions.

De son côté la junte au pouvoir a annoncé son intention de revoir sa coopération militaire avec la France et multiplie les sorties médiatiques pour dénoncer ces sanctions.

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Jean-Claude Kassi Brou, a déclaré, dimanche, que l’organisation sous régionale restait disponible pour accompagner le Mali à un retour à l’ordre constitutionnel à travers l’organisation d’élections crédibles dans un délai raisonnable et réaliste.

Source: https://www.aa.com.tr/fr

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Will people of Burkina Faso obligate government of Burkina Faso to open its borders with Mali plus cast out drug addict leaders of ECOWAS master versus servants structured undue sanctions ? That is response that properly represent Greater Good.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here