L’avenir de l’UE est à nouveau incertain

4

Dans le contexte des événements autour de l’Ukraine, les contours d’un nouvel ordre mondial se dessinent. À cet égard, les différends sur les moyens de poursuivre le développement politique et socio-économique, sur les perspectives de devenir un pôle autonome d’influence internationale s’intensifient dans l’UE. Les incertitudes accrues au sein de l’UE, qui semblaient s’être atténuées après le divorce avec le Royaume-Uni, reviennent au premier plan.

Ces dernières années, les crises stratégiques ont envahi l’UE avec une régularité certaine. Jusqu’à présent, dans tous les cas, les partisans de l’unité européenne ont réussi à maintenir au moins la cohésion externe de l’Union. Ainsi, lors des négociations sur le Brexit, l’Allemagne et la France sont parvenues à la conclusion d’un accord définitif plutôt aux termes de Bruxelles, impliquant le paiement effectif, au sens littéral et figuré du terme, d’une sorte d’indemnité. Dans le même temps, le processus de négociation avec le Royaume-Uni a accru les différences entre Bruxelles et Varsovie, Budapest, Vienne et Rome. Cela a montré que les raisons sous-jacentes qui ont poussé les Britanniques à voter pour la sortie de l’UE n’ont pas disparu.

En 2020, la crise du coronavirus a d’abord mis à nu la fragilité de l’unité européenne à un degré qu’une Europe unie n’avait jamais connu auparavant. L’incapacité de l’UE à dépasser les États-nations souverains est devenue évidente pour tous. Bien qu’à l’avenir les membres de la Communauté soient parvenus à se consolider et à se mettre d’accord sur un Plan commun pour surmonter les conséquences de la pandémie, qui est estimé à près de 810 milliards d’euros à prix courants, la question du financement du Plan par l’émission d’un la dette commune a failli conduire l’Union à se scinder.

À l’heure actuelle, l’allocation de fonds déjà officiellement convenus à des pays individuels s’accompagne de dures pressions sur un certain nombre de questions politiques et idéologiques. Enfin, cette année, la première réaction de l’UE à l’escalade de la crise ukrainienne a paru très forte. Cependant, cette fois, les désaccords ne se sont pas fait attendre. En mai, l’UE s’est divisée sur l’embargo sur le pétrole russe. La position particulière de la Hongrie était ouvertement soutenue par au moins trois autres États membres. En conséquence, un refus total d’acheter du pétrole russe ne s’est pas produit.

Fin juin, les membres de l’OTAN de l’UE se sont divisés en trois groupes. Les faucons (Hawks), qui incluent les États membres directement limitrophes de la Russie, dont la Pologne, les pays « autruches », du sud et de l’extrême ouest, et les « pigeons » qui ont réuni sous leurs auspices la plupart des principaux pays de l’UE, appelant à la conclusion rapide d’un accord d’armistice. Maintenant, l’initiative d’établir un « prix plafond » pour le pétrole russe à partir du 5 décembre, qui à Bruxelles et dans les principales capitales de l’UE était déjà considérée comme une « affaire morte », a de nouveau été remise en question.

Une série interminable de crises alimente un problème stratégique de longue date pour l’UE. Au cours des 30 dernières années, à chaque fois que le consensus au sein de l’UE commence à s’essouffler, les voix des partisans de l’idée proposée par Helmut Kohl – d’une « Europe à des vitesses différentes » – le concept de « Kerneuropa » – commencent à retentir plus fort.

En 2019, The Economist a présenté deux scénarios de ce type pour l’avenir de l’UE. Le premier, modérément positif, suppose que l’UE sera capable de se transformer en une « structure à plusieurs niveaux » au sein de laquelle les États membres et leurs coalitions informelles interagiront comme des planètes tournant sur des orbites différentes. Plus ils sont forts, plus leurs intérêts mutuels se croisent profondément dans un domaine particulier. Pour différentes tâches, diverses « coalitions de pays intéressés », « coalitions de volonté » seront formées au sein de l’UE.

La deuxième option est plus négative. Le déclin de l’UE sera plus prononcé. La faiblesse chronique de l’économie éclipsera les ambitions géopolitiques et d’intégration à long terme. Les accords entre les membres deviendront à court terme et thématiquement limités puisque chacun mettra ses propres intérêts au premier plan. Les défis et les menaces externes conduiront à une augmentation des sentiments isolationnistes et de l’aliénation entre les États. L’effondrement de l’UE d’ici 2030 ne se produira pas. Cependant, une Communauté de plus en plus fragmentée perdra progressivement de sa compétitivité internationale. Et, le niveau de vie et la population de l’UE diminueront.

Aujourd’hui, le président français, Emmanuel Macron, et le président du Conseil européen, Charles Michel, s’expriment activement en faveur de l’approche d’ une Europe à plusieurs vitesses. Ils proposent d’enregistrer l’état réel des choses alors qu’il existe depuis longtemps des coalitions plus ou moins formelles au sein de l’UE qui ne comprennent pas l’ensemble des 27 membres. Il est même proposé d’étendre le concept aux pays tiers. Dans ce cas, les candidats à l’adhésion à l’UE et les pays partenaires pourraient participer aux travaux des institutions communes de l’Union dans le cadre des domaines politiques dans lesquels ils ont atteint le plein respect des « normes de l’UE ».

Le chancelier allemand Olaf Scholz est prêt à aller encore plus loin dans ses propositions. Il promeut des thèses qui sonnent comme la candidature de Berlin au rôle de leader stratégique, sinon de nouvel hégémon, de l’UE. Fin août, résumant sa position, Olaf Scholz a appelé l’UE à se préparer à une nouvelle expansion dans les Balkans occidentaux et dans l’espace post-soviétique jusqu’en Géorgie.

Pour cela, selon Berlin, il faut abandonner le principe de l’unanimité dans la prise de décisions dans le domaine de la politique étrangère et fiscale pour transformer l’UE en une union « géopolitique » capable d’actions « décisives » à l’échelle mondiale. À cet égard, le chancelier allemand a proposé de former une « force de réaction rapide européenne » d’ici 2025 et de créer un système de défense aérienne unifié en Europe.

Une telle ligne suscite une inquiétude naturelle et croissante des membres orientaux de l’UE car il semble que les Européens de l’Ouest recherchent délibérément des mécanismes pour accroître leur influence sur les « nouveaux venus » d’Europe centrale et orientale. Les Européens de l’Est craignent à juste titre d’être « déclassés » lorsqu’il s’agit de prendre les décisions les plus importantes de la Communauté, notamment la détermination des priorités stratégiques, l’élaboration d’une politique étrangère et de défense commune.

par Philippe Rosenthal.

source : Observateur Continental

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Vu les posts et commentaires ci-après……
    Surtout restez chez vous et reprenez vos migrants bons à rien par millions qui polluent le Maghreb et les pays d’Europe…. On ne sait plus quoi en faire, c’est comme les mouches

  2. Article de “observateur continental” , site russe et organe de presse dirigé par une unité du GRU, le renseignement militaire russe.
    Vous n’avez pas d’autres sources journalistiques dans votre beau pays ?
    Nos heureux de prendre ses ordres à Moscou la junte ne vous donne à lire que de la propagande russe ?
    Grand bien vous fasse

  3. 😎L EUROPE, ON S EN REND BIEN COMPTE, EST FORMÉE DE PEUPLES ESCLAVES! BIEN AU COMFORT DANS LE ZOO- HUMAIN ABRAHAMIQUE! ET OUI DES ESCLAVES!😎
    👤LES EUROPÉENS SE SENTENT TRES BIEN EN OUTILS D OPPRESSIONS, PARTOUT!👤

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here