Le pape dénonce “les atroces actions terroristes” qui ont marqué 2015

0

Pour son traditionnel urbi et orbi, François est revenu sur les nombreux actes terroristes qui ont eu lieu cette année et a appelé à la réconciliation.

Vendredi, dans son traditionnel message de Noël, le pape François a dénoncé « les atroces actions terroristes » et « la destruction du patrimoine historique et culturel de peuples entiers ». Jorge Bergoglio, qui s’exprimait du Vatican, a notamment rappelé « les atroces actions terroristes sous les cieux d’Égypte, à Beyrouth, Paris, Bamako et Tunis », et déploré que le terrorisme « n’épargne pas non plus le patrimoine historique et culturel de peuples entiers ». Le pape François a par ailleurs apporté son plein soutien aux récents efforts engagés sous l’égide de l’ONU pour mettre fin de toute urgence aux conflits en Syrie et en Libye.

« Que l’entente intervenue au sein des Nations unies parvienne le plus tôt possible à faire taire le vacarme des armes en Syrie. (…) Il est aussi urgent que l’accord sur la Libye obtienne le soutien de tous » les protagonistes de ce conflit civil, a demandé le pape. Le pape François a également lancé vendredi un nouvel appel en faveur des personnes qui fuient la misère et les conflits, demandant à Dieu de « récompenser » les personnes et les Etats qui « secourent et accueillent de nombreux migrants et réfugiés ». Il a demandé d’« abondantes bénédictions pour tous ceux, qui, simples particuliers et États, s’emploient avec générosité à secourir et accueillir les nombreux migrants et réfugiés (…), les aidant à s’intégrer ».

Le conflit israélo-palestinien largement évoqué

Le pape François a également demandé vendredi aux Palestiniens et aux Israéliens de reprendre « un dialogue direct », rappelant que leur conflit a eu de « graves répercussions sur toute la région » du Moyen-Orient. « Là où naît Dieu, naît la paix. Pourtant, même là où est venu au monde le Fils de Dieu fait chair, des tensions et des violences continuent et la paix reste à invoquer et à bâtir », a déploré François, faisant ainsi allusion à la ville palestinienne de Bethléem, en Cisjordanie, où, d’après la tradition chrétienne, la Vierge Marie a donné naissance à Jésus dans une crèche.

« Qu’Israéliens et Palestiniens puissent reprendre un dialogue direct et arriver à une entente qui permette aux deux peuples de vivre en harmonie, dépassant un conflit qui les a longuement opposés, avec de graves répercussions sur toute la région », a exhorté le pontife argentin. Jeudi, avant la messe de minuit dans l’église de la Nativité à Bethléem, la journée avait été marquée en Cisjordanie occupée par trois nouvelles attaques contre des juifs, dont les assaillants palestiniens ont été abattus par les forces de l’ordre. Par ailleurs, un Palestinien avait été tué dans des heurts entre des Palestiniens et des soldats israéliens qui étaient entrés dans un camp de réfugiés pour procéder à des arrestations, ont annoncé des responsables locaux. En trois mois, la vague actuelle de violences en Israël et dans les Territoires palestiniens a déjà coûté la vie à 129 Palestiniens, à 19 Israéliens ainsi qu’à un Américain et à un Érythréen, selon un comptage.

SOURCElepoint.fr
PARTAGER