Que sait-on du colonel Mamady Doumbouya, l’auteur du coup de force en Guinée?

5

Le coup de force ce dimanche 5 septembre en Guinée a été mené par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, à la tête du Groupement des forces spéciales de l’armée guinéenne. Un drapeau guinéen sur les épaules, il s’est exprimé à la radio-télévision nationale, la RTG, pour annoncer l’arrestation d’Alpha Condé, la dissolution des institutions et la suspension de la Constitution. Le président Alpha Condé a lui-même créé cette unité des forces spéciales. Que sait-on de celui qui les dirige ?

C’est en 2018 que les Guinéens découvrent Mamady Doumbouya. À l’occasion du défilé militaire pour célébrer l’indépendance, il parade avec sa nouvelle unité des forces spéciales, béret rouge et lunettes de soleil. Ses hommes cagoulés font forte impression.

Le GES, le Groupement des forces spéciales, a pour mission officielle de lutter contre le terrorisme. Mais selon Aliou Barry, spécialiste des questions militaires en Guinée, le chef de l’État veut faire de ces soldats, mieux armés et mieux équipés que les autres, « une unité à sa solde pour réprimer les manifestations » dans le pays.

À l’époque, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, un malinké originaire de la région de Kankan, fait partie de la Légion étrangère française. Il est rappelé pour commander le GES.

Passé par l’École de guerre à Paris, formé également en Israël, au Sénégal et au Gabon, il a servi notamment en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et en République centrafricaine. Le porte-parole du ministère de la Défense le présente alors comme « un colosse au physique impressionnant ».

Homme d’ambition, il suscitait la méfiance des autorités qui commençaient à s’inquiéter de ses velléités de prendre le pouvoir. Depuis plusieurs mois, des rumeurs circulaient sur sa possible arrestation. Selon Aliou Barry, on le soupçonnait d’avoir des contacts avec Assimi Goïta, auteur du coup d’État au Mali l’année dernière.

SOURCE: RFI.FR

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Encore un aventurier et marchand d’illusions qui vient hypothéquer l’avenir de toute une nation, sans avoir le moindre plan. Comme l’a dit Barack Obama, c’est du courage dont l’Afrique a le plus désespérément besoin ; sans doute pour se tirer d’autant de cet cycle infernal de mauvaises.

    Pensées rebelles.

  2. Encore un félon farfelu colonel issu d’une soit distante force spéciale , au lieu d’aller se battre pour garantir l’intégrité territoriale de leur pays ne fait qu’arrêter des civils c’est triste pour nous les africains, un militaire est fait pour assurer la sécurité de son pays .Aucun militaire guinéen n’a apporté un changement en Guinée.

  3. C’est pourquoi il faut éviter, à tous prix, la France et le SIDA comme l’Ébola et la mort pour la formation des élites africaines … Tout ceux qui sont formés en France ou dans un de ses pays satellites, comme le Sénégal, sont plus nuisibles que Satan et l’Enfer mis ensemble ! … La preuve irréfutable de cette évidence est ce vilain putschiste menteur de Conakry ! …
    Le principal auteur des tueries en Guinée est Ceylou Dalein DIALLO, le mauvais perdant de Guinée et activiste incitateur de haine tribale, comme Soumaïla CISSÉ, le mauvais perdant maléfique du Mali …
    Tout cela est de la faute de la France qui les couvre et les aide malhonnêtement de ses médias … Fin !

  4. C’est pourquoi il faut éviter la France et le SIDA comme l’Ébola et la mort pour la formation des élites africaines … Tout ceux qui sont formés en France ou dans un de ses pays satellites, comme le Sénégal, sont plus nuisibles que Satan et l’Enfer mis ensemble ! … La preuve irréfutable de cette évidence est ce vilain putschiste menteur de Conakry ! … Le principal auteur des tueries en Guinée est Ceylou Dalein DIALLO … Fin !

  5. ‘Selon Aliou Barry, on le soupçonnait d’avoir des contacts avec Assimi Goïta, auteur du coup d’État au Mali l’année dernière.’
    On ne peut pas empecher les jeunes officires d’avoir des contacts.
    Les memes problemes du Mali s reptent en Guinee.
    La Guine a un probleme de plus.L’ethnisation de la politique et de l’administration.
    J’ai connu les Guineens dans un pays.Leur Ambassadeur etait sousou au temps de Lassana Conde.
    Les Guineens Malinke refusaient de parler leur langue.Quand je veut leur parler Malinke ils refusent.Je demande pourquoi? Ils repondent:’maintenant les sousou tiennent le pouvoir et l’administration c’est important pour nous de parler leur langue pour qu’ils croient que nous pensons comme eux et que nous ne sommes pas anti-regime.’
    For heureusement nous n’avons pas ce probleme au Mali.

Répondre à Rebel Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here