Lutte contre le Paludisme : Le Pr Alpha Seydou Yaro mise sur la recherche

0

« Que les autorités prennent à bras le corps les activités de recherches, qu’on finance beaucoup plus la recherche, que l’on finance l’éducation surtout dans les universités car la base de la recherche c’est dans les universités. Nos autorités doivent doter les enseignants chercheurs d’un budget de recherche, qu’ils puissent faire des recherches et apporter des résultats et respecter les consignes et recommandations, et enfin faire une vulgarisation pour informer la population des avancées de la recherche et des résultats trouvés. Cela motive non seulement les bailleurs de fonds mais contribue à ‘éduquer’ la population en lui fournissant le moyen de se doter de mesures de protection en étant bien informée », un message de plaidoyer lancé par Pr Alpha Seydou Yaro auteur de l’ouvrage intitulé : ‘Estivation d’An . gambiae s.l en zone soudano-sahélienne du Mali’ .

Maliweb.net – Pour comprendre le phénomène d’estivation du complexe anopheles gambiae, vecteur majeur du paludisme en Afrique sub-saharienne, l’équipe du Pr Yaro Alpha Seydou avec l’appui du Laboratory of Malaria and Research et du Programme de Formation des formateurs du rectorat de l’université des sciences des techniques et des technologies de Bamako, a réalisé un ouvrage dans lequel lui et ses partenaires démontrent le phénomène d’estivation du complexe Anopheles gambiae, vecteur majeur du paludisme en Afrique sub-saharienne.

Des recherches sur les anophèles dont l’objectif est de combattre le paludisme. Car au-delà de la lutte via la chimiothérapie, la prévention, la lutte anti vectorielle est l’une des solutions efficiente pour éradiquer le phénomène. Surtout que les recherches permettent de donner les pistes pour mieux mener la lutte en démasquant le maillot faible de la chaîne de transmission et l’estivation est le cas concret de cette chaîne, comprendre le phénomène et jouer sur l’incidence du paludisme sous nos cieux, tel est le but de ces résultats mis en exergue dans la publication du Pr Yaro auteur de plusieurs publications scientifiques.

1- C’est quoi le phénomène d’estivation ?

Pr Alpha Seydou Yaro: L’estivation c’est le mécanisme qui permet à certains être vivants de pouvoir traverser les conditions difficiles jusqu’ à l’arrivée des conditions idoines à leur développement . Pour les moustiques, la période d’estivation équivaut à la période sèche en ce temps les moustiques sont éprouvées, il les faut développer un mécanisme qui les permet de survivre pendant cette période difficile, spécialement les anophèles qui sont les vecteurs du paludisme.

2- Vous avez mené des recherches 2008-2013 sur cette estivation, est ce qu’il a eu évolution du phénomène à nos jours ?

Pr Alpha Seydou Yaro: L’estivation était dans la tête des chercheurs, c’était une hypothèse émise par les chercheurs et il fallait trouver la preuve et c’est ce que notre équipe est parvenue à faire. Sinon c’était plus un challenge, pendant 60 ans cette question trottait dans la tête des chercheurs mais personne n’ avait trouvé la bonne approche méthodologique pour pouvoir démontrer sans équivoque ce phénomène d’estivation. Donc notre équipe en collaboration avec les américains, est parvenue à démonter cela.

Pendant les saisons sèches les anophèles disparaissent pour réapparaitre pendant l’ hivernage, ce qui est plus visible dans les villages , là où le phénomène est endémique. Pour comprendre ce phénomène, nous pendant la période de pluie , nous avons procédé à des captures et marquer les moustiques, chaque moustique avec un code unique et à les lâcher dans la nature, c’est ainsi que nous sommes parvenus à apposer un code unique sur des milliers de moustiques que nous avons relâché dans un petit village qu’ on peut circonscrire et qu’ on peut maîtriser . Après la saison des pluies et après tarissement des gîtes larvaires, on a arrêté le marquage, après un certain temps nous avons traqué les moustiques marqués. Nous avons mené des prospectus dans le village pour capturer à nouveau les moustiques lâchés, nous sommes tombés sur des moustiques d’un mois, de 20 jours , de 15 jours après marquages, l’objectif était de trouver des moustiques qui ont vécu pendant longtemps , pendant toute la période de la saison sèche. Et nos investigations ont continué jusqu’ à la période des pluies, à la première grande pluie nous avons déployé un grand arsenal de collecte de moustiques c’est ainsi que nous sommes parvenus à retrouver une femelle que nous avons marqué et lâché 7 mois . C’est à partir de là que nous avons déduit que l’estivation n’est plus une supposition mais c’est une activité réelle que les anophèles vont. Mais ce n’est pas tous les anophèles qui vont de l’estivation

3- Quelle corrélation existe entre le mécanisme d’estivation et la transmission du paludisme ?

Pr Alpha Seydou Yaro: Pendant l’estivation le métabolisme est fortement réduit, après comparaison on a constaté que le métabolisme est plus élevé pendant la saison des pluies que pendant la saison sèche , une comparaison faite au niveau de populations, une riveraine l’autre celle qui vivent autour des cours d’eau qui n’ a pas besoin d’estiver. En période d’estivation les anophèles dans la nature plutôt que dans les abris d’habitation. Les espaces de moustiques généralement observés en période de pluie dans les villes ne sont pas généralement vecteur de paludisme. Les moustiques qui sont dans les villes sont une autre espace qui transmettent d’autres maladies que le paludisme ( vilarihiose, la fièvre jaune , la denke, Zika etc)

Au-delà du paludisme les nuisances des moustiques est relevé par le Pr Yaro . Et dans son ouvrage il sillonne ‘l’univers’ des anopheles, une contribution dans l’amélioration de la lutte anti vectorielle du paludisme.

Propos recueillis par Khadydiatou Sanogo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here