Accord pour la paix : Abdoulaye Diop a souligné « qu’ils sont à Alger pour aller encore plus vite »

0
Abdoulaye Diop
Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères

Dans un communiqué, la médiation internationale avait annoncé qu’elle « organisera, à compter du 25 mai 2015, à Alger, comme convenu précédemment, une série de consultations destinées à mettre en place les conditions du parachèvement du processus de signature de l’accord dans les plus brefs délais. Ces consultations seront également l’occasion pour les parties de réaffirmer leur engagement en faveur d’une cessation totale et définitive des hostilités » La médiation avait, aussi, lancé un appel « aux parties n’ayant pas encore signé l’accord à le faire dans les meilleurs délais ». Selon le communiqué, la médiation devait désigner un groupe d’experts ayant pour mission « d’engager immédiatement les préparatifs pour la mise sur pied du Comité de suivi de l’accord et la tenue dans les délais les plus rapprochés, de la première réunion de cette instance ». « Ce groupe, selon la médiation, est également mandaté à l’effet de proposer, au Comité de suivi, un échéancier précis pour la mise en œuvre de l’accord » C’est dans ce cadre que le ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop, a appelé, à Alger, la Coordination des mouvements de l’AZAWAD (CMA), à signer au “plus vite” l’Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali pour résoudre durablement la situation sécuritaire du pays. Il avait ajouté que l’Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali offrait “tous les outils nécessaires pour résoudre durablement la situation sécuritaire sur le terrain” qui est, a-t-il dit, “relativement fragile”. Abdoulaye Diop a souligné que c’est en gardant à l’esprit tout ce contexte qu’ils sont à Alger pour aller « encore plus vite », afin que le Comité de mise en oeuvre de l’accord de Bamako, issu du processus d’Alger, soit vite mis en place et qu’ils puissent entrer dans une phase active, pour pouvoir stabiliser la situation du Mali. Selon l’APS, « le chef de la délégation et représentant de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Bilal Ag Cherif s’est dit convaincu, à Alger, que les efforts déployés par la médiation internationale menée par l’Algérie pour un règlement pacifique et permanent de la crise au Mali seront couronnés de succès”.
B.D.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER