ATT A LA CLOTURE DU FORUM DE KIDAL : L''appel au développement ne se fait pas par la voie des armes, qui est, et restera inacceptable""

0

Ouvert par le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maiga, le vendredi 23 mars, le forum de Kidal sur le développement des régions nord du Mali a pris fin vingt quatre heures après, sous la présidence du chef de l”Etat Amadou Toumani Touré. Celui-ci n”a pas manqué de soutenir devant Iyad Ag Aly et ses hommes que "l”appel au développement ne se fait pas par la voie des armes, qui est, et restera inacceptable".

La clôture du forum de Kidal s”est déroulée en quatre étapes. La première a porté sur la lecture des recommandations par Makan Fily Dabo du secrétariat technique du forum. La problématique du désenclavement intérieur et extérieur des régions Nord du Mali figure en tête des priorités. C”est ainsi que le forum a engagé Bamako à réaliser les axes routiers suivants: Gao-Kidal-Frontière algérienne; Ansongo-Menaka-Anderamboukane; Kidal-Menaka;  Taoussa-Tombouctou-Niono; Tombouctou-Douentza. A cela s’ajoutent la construction de l”aéroport de Kidal; la réhabilitation de l”aéroport de Gao et l”acquisition de bateaux à faible courant d”eau.

Ensuite, il a été recommandé la préservation de la faune. Il s”agit pour le forum de Kidal de créer des zones d”intérêts cynégétiques et la prise des mesures appropriées pour la protection des espèces en voie de disparition ainsi que la réintroduction d”espèces disparues.

Sur le plan des stratégies sectorielles, adaptées aux réalités du Nord, le forum recommande la réhabilitation de l”usine de phosphate de Tilemsi.

Concernant le secteur commercial, le forum recommande la négociation d”accords d”échanges commerciaux entre le Mali et l”Algérie. De plus, un régime fiscal préférentiel sera accordé aux opérateurs économiques du Nord. Ceux-ci peuvent donc bénéficier des exonérations. Sur cette question, le Premier ministre a été, on ne peut plus clair : "Nous n”accepterons plus que des exonérations attribuées aux opérateurs économiques du Nord soient vendues à Bamako ou à Kolondiéba. Nous prenons toutes les dispositions pour que cela ne soit pas possible. Il faut être sérieux et travailleur. C”est à ce prix seulement que vous pouvez contribuer au développement du Nord".

D”autres résolutions non moins importantes concernent toutes les couches vulnérables : le forum de Kidal a vivement recommandé la prise en compte du genre dans la gouvernance locale et dans la conduite des programmes prioritaires du développement ainsi que la construction d”infrastructures de sport et de loisir décentes pour la jeunesse.

En outre, le déploiement rapide des agents de l”Etat au niveau de leurs postes respectifs et l”amélioration des conditions de vie de ceux-ci ont fait l”objet d”une recommandation.

Enfin, il a été demandé des efforts de part et d”autres pour une gestion transparente et diligente des projets et programmes de développement et surtout la mise en oeuvre et le suivi-évaluation des conclusions et recommandations formulées.

Notons que nombreux sont les programmes qui concernent l”hydraulique, l”assainissement, les périmètres irrigués et l”élevage et bien d”autres. Les partenaires techniques et financiers présents à Kidal : l”Union Européenne, BAD, BOAD, FIDA, BID, FAO, PNUD, Banque Mondiale, Luxembourg, Japon etc. ont tous manifesté leur disponibilité à accompagner le gouvernement malien dans la recherche de financement des projets et programmes ciblés.

La deuxième étape a été consacrée au discours du secrétaire général de l”Alliance du 23 mai pour le changement et la démocratie, Iyad Ag Ghaly. Celui-ci a remercié le président ATT, le gouvernement et le peuple malien pour leur compréhension et surtout les efforts énormes qu”ils déploient pour le paix et la sécurité du Mali. Aussi, Iyad Ag Ghaly a-t-il confié au président de la République, la mise en oeuvre du plan d”action pour le développement des régions nord du pays.

Cette intervention a été suivie de la lecture des motions de remerciements adressées aux délégations algériennes, nigériennes et aux partenaires techniques. Les autorités administratives et politiques de Kidal ont également reçu une motion de félicitation pour la bonne organisation du forum. Le président de la République, Amadou Toumani Touré, considéré à Kidal comme un "faiseur de paix" a eu droit à une motion de reconnaissance.

La dernière étape de cette cérémonie a été le discours du chef de l”Etat. Ce dernier, sans gangs, a déclaré à l”intention de Iyad et ses camarades, présents sous la tente, que : "le développement ne se fait pas par la voie des armes, qui est et restera inacceptable. Avec notre système de décentralisation, les collectivités locales et les élus (conseillers, maires, présidents de conseils de cercle, assemblées régionales, députés) sont les meilleures voies de recours, d”information et de sensibilisation". Et ATT de rappeler que la région de Kidal est représentée dans toutes les institutions de l”Etat, notamment l”Assemblée Nationale, le Conseil Economique, Social et Culturel, le Haut Conseil des Collectivités, qui sont selon lui, des tribunes appropriées, pour rappeler la solidarité nationale.

Auparavant, ATT a rendu hommage à l”ensemble du peuple malien et aux Forces Armées et de Sécurité, pour avoir observé l”appel solennel à la raison qu”il a lancé de Diéma, le 23 mai dernier, dans le traitement du dossier de Kidal. Il a également salué "nos frères et compatriotes" qui viennent d”accepter le cantonnement et la restitution des armes.

Enfin, ATT a laissé entendre que l”Etat, dans la mesure de ses moyens et avec l”appui des partenaires techniques et financiers, poursuivra" ses efforts de développement des régions nord et de toutes les autres régions de notre pays. Ma conviction profonde est que c”est par le développement, que nous fortifions la sécurité".

Rappelons qu”aucun chronogramme n”a été fixé pour la réalisation des nombreux projets et programmes, prévus entre 2007 et 2016. Il est vrai que quelques projets sont en cours de réalisation parmi lesquels, le projet de développement durable de la région de Kidal, lancé samedi dernier par le chef de l”Etat. Son coût est estimé à près de 12 milliards de nos francs et embrassera tous les secteurs de la vie socio-économique des différentes localités de Kidal. La balle est donc dans le camp de la communauté internationale qui a pris des engagements pour concrétiser le Programme Décennal de développement des Régions du Nord Mali.

Source : ASSEP

Commentaires via Facebook :

PARTAGER