Cantonnement des groupes armés : Des mercenaires dans la danse

2
Le MNLA et le HCUA désormais antagoniques

Ce sont des milliers de mercenaires qui opèrent aux côtés des différents groupes armés du Nord. Et à l’heure du cantonnement, la gestion de ces hommes lourdement armés pose problème.

 

Une des principales raisons du refus de certains groupes armés du Nord de se cantonner reste l’identification des combattants. Plusieurs sources font état de la présence massive de mercenaires dans les rangs de certains groupes armés, d’où la réticence de passer au plus vite à la phase de cantonnement.

Samedi dernier, à la faveur d’une conférence de presse animée par les responsables de Compis-15, la question est revenue dans les débats.

C’est Boubacar Touré, un acteur clé de la commission défense de ce groupe dissident, qui en a fait la surprenante révélation. “Si tu utilises des mercenaires, tu ne peux pas vouloir le cantonnement. Ils ne peuvent pas aller au cantonnement, car ils n’ont pas des hommes sur le terrain”, a-t-il lancé. Il faisait ainsi allusion aux groupes qui sont contre l’effectivité du processus de cantonnement. Leur objectif est de continuer à entretenir la crise.

Vraisemblablement, il s’agit des groupes qui ont un moment fait appel à des mercenaires étrangers et des jihadistes pour grossir leurs rangs dans le but de combattre l’armée malienne. Cette thèse bien qu’elle est connue des plus hautes autorités, de Barkhane et de la Minusma ne semble pas inquiéter.

Une certitude, selon des observateurs avertis, si le MNLA, le HCUA, le MAA, ont pu se mesurer aux forces armées maliennes, c’est parce qu’ils avaient des appuis extérieurs, notamment des mercenaires. De ce fait, incapables de fournir la liste des combattants nationaux, ils font barrage à l’accélération du cantonnement.

En clair, ces groupes se battent pour trouver un point de chute à ces hommes armés jugés encombrants. Ce qui semble difficile, car ces combattants sont  libyens, mauritaniens, algériens, tunisiens, sahraouis et autres.

Dans le conflit au nord du Mali, on dénombre des milliers de combattants étrangers recrutés et qui ont combattu aux côtés de certains groupes nationaux comme mercenaires.

A. M. C.         

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Préférence et référence au tamis de l’ADN: le miracle et la magie de la médecine moderne . Il n’y a pas de quoi s’inquiéter à ce niveau .

Comments are closed.