Cherif Ousmane Madani Haïdara : Le médiateur officieux entre le GATIA et la CMA… Imminente implosion du MNLA

15

Plusieurs réunions pour le moins discrètes  ont eu lieu courant semaine à Bamako et plus précisément dans un des domiciles du prêcheur Cherif Ousmane Madani Haïdara sis Sébénikoro et auxquelles ont pris part les représentants des groupes armés en conflit au nord du pays dont El Hadj Gamou et El Gamas, des membres de la société civiles, les notabilités de la capitale, les religieux…  L’une des principales décisions issues de la rencontre est la célébration de la fête de Tabaski à Kidal le 12 Septembre prochain par tous les protagonistes. Au même moment, le MNLA, à l’origine de la guerre perd du terrain et nombre de ses combattants ont décidé de quitter le navire.

La semaine dernière a, en effet été marquée à Bamako par plusieurs rencontres secrète au domicile du prêcheur Cherif Ousmane Madani Haïdara.  Ceux, au moment où l’on déplore le blocage dans la mise en œuvre de l’Accord de paix.

La dernière réunion a eu lieu le vendredi dernier. Et de commun accord, les participants, dans la dynamique de la paix et de réconciliation nationale, ont décidé de se retrouver tous à Kidal pour y célébrer la fête de Tabaski initialement prévue pour le 12 septembre prochain. C’est, en tout cas, ce qui ressort des échanges. Comme pour dire que le camp de la Paix est en passe de l’emporter.

La même semaine  (27 août 2016) été marquée par cette autre rencontre entre Abdoul Majid Ag Mohamed Ahmad dit Nasser, chef de la tribu Kel-Antessar et El Hadj Gamou (Imghad). Le premier était accompagné d’une forte délégation de communautés affiliées à savoir, les représentants des Chamanamas, des Dawsahak, etc. Il nous revient que les différentes parties sont parvenues à un accord, voire une alliance visant à mettre fin aux velléités de la CMA et affidés, disons, à libérer définitivement Kidal du joug des Ifoghas.

Sur le terrain, le MNLA, principal groupe au sein de la CMA connait de nombreuses défections. Moussa Ag Acharatoumane et Assalat Ag Habi, deux principales figures de proue, ont décidé de quitter et de créer leur propre groupe armé dénommé «Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA)». Un mouvement, nous apprend-on,  proche de la Plateforme et de Gamou en l’occurrence. Le confrère «Jeune Afrique» confirme par là le début d’implosion du MNLA : «Joint le 2 septembre par Jeune Afrique alors qu’il se trouvait dans les environs de Menaka, Ag Acharatoumane a confirmé cette information. Il indique partir avec plus de 400 pick-ups et des armes, et être suivi par de nombreux ex-officiers supérieurs de l’armée malienne originaires des régions de Menaka, de Gao et de Tombouctou, qui avaient rejoint les rangs du MNLA en 2011. « Nous poursuivons le même but qu’avant, assure-t-il. Nous voulons représenter et défendre toutes les populations de l’Azawad. Et nous nous inscrivons dans la logique de l’accord de paix d’Alger». Comme pour dire que le MNLA n’était plus dans cette logique.

Selon toute évidence, les jours de cette organisation semblent bien comptés au regard de l’union sacrée contre elle.

B.S. Diarra

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Je ne suis pas sûr du résultat positif de ces rencontres, car il y a beaucoup de choses que les négroïdes ignorent de ces Touareg non loyalistes. Ces Touareg non loyalistes n’ont aucune considération envers les négroïdes et les autres Touareg loyalistes. Les Touareg non loyalistes n’accepterons jamais les autres dans cet exercice de recherche de la paix car ils ont autres agendas qui les préoccupent plus que la recherche de la paix. Qu’Allah le tout puissant aide et protège le Mali au bord du précipice.
    NB: Les Touareg non loyalistes ne seraient jamais dans la République cela est indéniable

  2. Ibk n’est plus crédible il n’est pas capable de diriger le pays il doit partir

  3. Comrades the smartest thing the Malian government could do is talk but not negotiate anything with these groups representing what should always be a fictitious AZAWAD . If the groups are unable to agree on agenda then AZAWAD likelihood of existence without first having a civil war is unlikely. More to the point the Malian government should not be promoting war among Malians where it is unreasonable. As long as AZAWAD do not exist it is unreasonable for the Malian government to promote war among what profess would be AZAWAD citizens.
    Keep it real. Let us do the right thing now. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

  4. Mnla d’autre groupe nouveau armé et pour quoi pas aligne derniere la fama? C’est terroristes ne pensent a personne ils ont des ame comme le cahou

  5. C LE DESCENDANT DU PROF LUI MEME QUI PARLEMENTE AVEC LES BANDITS, LE PROF LUI MEME NE L’AURRAIT JAMAIS FAIT, COMBIEN LES A T IL EGORGES, SES ENEMIS….ET ADVERSAIRES, COMBIEN ONT ILS ETE EGORGES PAR SES HOMMES DE TOUT TEMPS ? DES PEUPLES ENTIERS CASTRES , OU ENCASTRES DANS SA RE-LIGION…? DES GENS ESCLAVAGISES A VIE, CE QU’EST LE CAS NORD-SUD DU MALI, QUI SE RESUME EN 2 MOTS SLAVE/MASTER

  6. Pourquoi les religieux dans le réglements des problèmes du nord?Le gourvernement a t’il falli?Et les partis politiques ne sont plus les acteurs dans ce réglément? je comprends maintenant le comportement de ces religieux face au gouvernement soit disant que ce sont eux qui ont fait élire le président .Les religieux ne doivent pas participer aux négociations politiques mais c’est avec l’arrivée de IBK qu’on a vu cela.C’est donné une notoriété politique aux religieux plus que les partis politiques.Quels désastres?Le problème du nord est purement politique et ça doit régler par les partis politiques et non les religieux.C’est vrai nous sommes tous maliens mais chacun doit jouer le jeu qu’il occupe dans la société: la réligion au religieux et la politique aux politiciens (Rendons à Ceasar ce qui l’appartient).Les religieux se sont mis dans une position impopulaire vis à vis de leurs adèptes( manque de confiance,des affairistes, des politiciens cachés voir élections législatives,).Avec tout cela ,le peuple peut -il avoir confiance au gouvernement qui laisse ses prérogatives aux mains des religieux? Voyons voir la suite dans les élections prochaines.Ressaisissez- vous car un danger nous guettent tous.C’est pas un problème de majorité ou d’opposition mais national car évitons d’avoir des partis islamiques chez nous comme en Egypte ,Tunisie.Et nous faisons face aux djihadismes partout au Mali.Il y’aura un jour la trans formation de ces associations en partis politiques.En tout cas prenez garde?Je demande au gouvernement de ne pas donner une porte d’entrée aux islamistes.

  7. Les religieux et la société civile sont des facilitateurs; et non médiateurs!

  8. Les cadres intellectuels du mal à doivent faire le bilan avant et après et les perspectives pour les populations de la localité.

    Les nations gagnent dans la diversité.

    Les revendications doivent être politiques et non par armes.

    Les plus grands perdant ont été et seront les gens de cette localité.

Comments are closed.