Kidal : Avalanche de mortiers sur le camp de la Minusma

2
La ville de Kidal
La ville de Kidal

Quelques semaines après les menaces tenues dans un message vidéo et tendant à faire échec à l’accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés, Iyad Ag Ghaly (leader d’Ansar Dine) est passé à l’action. Son organisation a, en effet, revendiqué, l’attaque à la roquette dont le camp de la MINUSMA à Kidal, a été la cible ce samedi. Le bilan est lourd : trois agents de l’Onu (deux casques bleus guinéens et un contractuel civil de la Minusma) tués. .    

La mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies (MINUSMA) a été ciblée, tôt, ce samedi, à Kidal où une avalanche de mortiers a été lancée en direction du camp des soldats de l’ONU. L’agression  a occasionné trois morts : deux casques bleu Guinéens et un contractuel burkinabé travaillant pour le compte de la Minusma. Aussi, l’attaque a fait une vingtaine de blessés dont quatre se trouveraient dans un état très critique. A la mi-journée, le même samedi, Ansar Dine, une organisation terroriste dirigée par l’ex rebelle touareg malien Iyad Ag Ghaly, a revendiqué l’attaque à la roquette lancée contre le camp de la Minusma dans la localité de Kidal.

Dans une déclaration, Mongi Hamdi, Représentant spécial a fermement condamné cette attaque contre le personnel et les contractants des Nations Unies. «Ces attaques n’entameront pas la détermination des Nations Unies à soutenir le peuple malien et le processus de paix, y compris à travers son assistance à la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali », a-t-il affirmé. Ajoutant que «la MINUSMA va continuer de renforcer les mesures pour lutter contre de telles menaces au Mali, pour la protection non seulement des Maliens mais aussi du personnel des Nations Unies».

Pour l’heure, Bamako n’a toujours pas réagi suite à cette agression. Qui traduit une volonté sans équivoque du leader d’Ansar Dine de mettre à exécution ses récentes menaces de tout mettre en œuvre pour empêcher la mise en œuvre de l’accord de paix signé le 15 mai et le 20 juin 2015 entre le gouvernement et la coordination des mouvements de l’Azawad (Cma).

En début du mois d’août, dernier dans un message vidéo authentifié, le leader d’Ansar Dine, avait fermement dénoncé l’accord intervenu entre Bamako et les groupes armés, avant de menacer ces derniers de représailles au cas où ils (les groupes armés) tentent une mise en œuvre de cet accord sur le terrain.  Iyad Ag Ghaly va plus loin et profère des menaces à peine voilées, à l’endroit de la France à laquelle le djihadiste n’a jamais pardonné l’envoi, au Mali, de la mission Serval ayant freiné l’avancée de la horde terroriste en direction de la partie sud du pays. Cette mission dépêchée au Mali, entre le 9 et le 10 janvier 2013 (à la demande des autorités maliennes de la transition) a chassé les terroristes de toutes les grandes villes occupées avant de porter un coup dur à leurs moyens logistiques.

Papa Sow/Maliweb.net

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.