Nord du Mali : Convoitises sur les richesses

114

Mali: deux milices alliĂ©es de Bamako prennent la localitĂ© de BambaPendant que les Maliens attendent impatiemment la fin de la crise au nord du Mali, une nouvelle « guerre » est en train de se dĂ©clencher dans le septentrion : la convoitise des richesses miniĂšres. Des pays voisins et de l’occident sont lancĂ©s dans une course effrĂ©nĂ©e pour s’accaparer des richesses du nord. Silence, l’on pie le septentrion malien !

 

Notre pays dispose dans sa partie septentrionale d’immenses richesses inexploitĂ©es qui font aujourd’hui l’objet de convoitises entre les puissances occidentales ou du moins « les bailleurs » de la crise sĂ©curitaire au nord du Mali. Le pĂ©trole, l’uranium, l’eau minĂ©rale, le manganĂšse, entre autres, ne reprĂ©senteraient qu’une infime partie des richesses miniĂšres du nord de notre pays. Et les grandes puissances en sont largement conscientes. Elles ne badinent pas sur les moyens pour se l’approprier ou tirer le maximum de profit. C’est pourquoi, ces Etats utilisent souvent les mĂ©thodes fortes pour obtenir des contrats d’exploitation des gisements du nord. Les rĂ©bellions successives dans cette partie de notre pays n’ont jamais eu l’approbation des communautĂ©s du nord. Elles ont Ă©tĂ©, Ă  chaque fois, tĂ©lĂ©guidĂ©es Ă  partir de pays Ă©trangers. Qui voulaient Ă  tout prix faire main basse sur notre pays et ses richesses. Le complot a Ă©tĂ© dĂ©noncĂ© Ă  maintes reprises par des voix autorisĂ©es au Mali et ailleurs dont celle du Guide de la rĂ©volution libyenne, Mouammar Kadhafi. Qui avait mis en garde nos compatriotes contre les visions expansionnistes de l’occident. « Le nord du Mali est trĂšs riche en ressources miniĂšres. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer dĂ©finitivement pour exploiter vos richesses  », avait-il lancĂ© Ă  l’adresse des maliens. Cette prĂ©dication est bel et bien en train de se rĂ©aliser. De gigantesques machines, des ressources financiĂšres et humaines sont dirigĂ©es vers le nord sans l’onction de l’Etat du Mali. Depuis la libĂ©ration des rĂ©gions du nord, en fĂ©vrier 2013, certaines localitĂ©s Ă©chappent totalement au contrĂŽle du gouvernement et des Maliens. Que fabrique-t-on dans ces zones Ă  l’insu du peuple ? Le complot est, de toute Ă©vidence, en train de s’exĂ©cuter. Et apparemment, rien ne peut le stopper. Les millions d’euros commencent Ă  tomber dans le panier pour rĂ©compenser ceux qui Ă©taient Ă  la manƓuvre : les traitres.

Des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicitĂ© des apatrides de la CMA. Difficile de vĂ©rifier l’exactitude de cette information, dans une zone inaccessible aux autoritĂ©s et autres ressortissants maliens. Mais tout porte Ă  croire que la rĂ©gion de Kidal n’est pas « protĂ©gĂ©e » pour rien. Au-delĂ  des terroristes et des bandits de la CMA, des puissances Ă©trangĂšres aussi veillent au « Grin ». Des intĂ©rĂȘts colossaux seraient en jeu. Ce qui fait de cette localitĂ© une forteresse qui cache bien de choses, qui semblent faire de cette zone un sens interdit.

Comme si cela ne suffisait, il faut entreprendre d’autres actions (de sabotage ?) pour non seulement justifier la prĂ©sence Ă©trangĂšre au Mali et empĂȘcher par la mĂȘme occasion que d’autres partenaires du Mali ne s’intĂ©ressent aux ressources miniĂšres de notre pays.

En plus de l’uranium de Kidal, d’autres ressources miniĂšres du nord seraient dans le viseur de ces puissances Ă©trangĂšres. Qui connaissent trĂšs bien les potentialitĂ©s miniĂšres du septentrion malien. On parle dĂ©jĂ  de l’exploitation de la nappe phrĂ©atique des rĂ©gions du nord et l’exploration des gisements de pĂ©trole de TaoudĂ©ni (qui deviendra bientĂŽt une rĂ©gion en faveur des rebelles de la CMA).

 

DĂ©stabiliser le nord pour partager


Dans le nord du Mali, en plus de l’uranium, il devrait y avoir, entre autres, une nappe phrĂ©atique inĂ©puisable, du gaz et du pĂ©trole. MĂȘme si la dĂ©couverte de cet or noir n’est pour le moment qu’un « mirage ». Total (une firme française) a fait un premier forage, en 2010, qui a Ă©tĂ© estimĂ© dĂ©cevant. Elle avait prĂ©vu d’en faire un second, qui a Ă©tĂ© gelĂ© en raison du conflit.

On retrouve les fossiles dans le Tilemsi Ă  Bourem (rĂ©gion de Gao), les grenats et corindons dans le Gourma. L’Adrar des Iforas et ses environs sont riches en bois solidifiĂ©s et en minĂ©raux liĂ©s aux pegmatites et aux mĂ©tamorphismes. Dans la zone de Hombori-Douentza, il y a le quartz, les carbonates.

Parmi les bassins Ă  fort potentiel pĂ©trolier et gazier, celui de Taoudenni, au nord, aiguisent tous les appĂ©tits. L’AutoritĂ© pour la promotion de la Recherche PĂ©troliĂšre au Mali (Aurep) avait divisĂ© le pays en plusieurs et confiĂ© leur exploitation Ă  des sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres. Les deux acteurs les plus sĂ©rieux Ă©tant l’italien ENI et l’algĂ©rien Sonatrach.

Selon des observateurs, l’affectation de ces blocs Ă  ces sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres n’a pas Ă©tĂ© du goĂ»t de certaines puissances occidentales. Qui n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  utiliser des moyens peu orthodoxes pour dĂ©stabiliser notre pays, en jouant probablement au pompier – pyromane. Comment expliquer que la rĂ©gion de Kidal reste couper Ă  prĂ©sent du reste du pays ? En tout cas, depuis le lancement des travaux de recherche du pĂ©trole, le nord du Mali n’a plus connu de stabilitĂ© Ă  cause de ce complot international mis en Ɠuvre par des complicitĂ©s internes, Ă  travers des revendications ethniques.

Quant au gisement de Tamaguilelt, il dispose de rĂ©serves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploitĂ© de façon semi-industrielle depuis 1986 et produit en moyenne 15 000 tonnes par an. Ses activitĂ©s ont Ă©tĂ© interrompues pendant la rĂ©bellion.

En ce qui concerne le calcaire, on trouve des gisements Ă  Goundam (Bad el HĂ©rĂ©) dans le cercle des grands lacs. Ils sont exploitĂ©s pour la production de carreaux et de ciment. On estime les rĂ©serves jusqu’à 122 millions de tonnes reparties dans plusieurs zones.
Enfin les terres rares sont utilisĂ©es dans les disques durs des ordinateurs et les moteurs Ă©lectriques, dans les ampoules basse consommation, dans les tubes cathodiques, les Ă©oliennes, les panneaux solaires, les piles Ă  combustibles
 Bref, le monde moderne a cruellement besoin des terres rares. Le Mali regorgerait de ces minerais rares mais lĂ  encore il ne s’agit que d’un potentiel car l’exploitation n’a pas commencĂ©. Les terres rares rencontrent les mĂȘmes freins que les autres richesses potentielles : une sĂ©curitĂ© prĂ©caire comme l’illustre la situation actuelle et des difficultĂ©s Ă  s’approvisionner en Ă©nergie.

Avec l’accord de paix imposĂ©, les puissances occidentales Ă©talent sur la place publique leurs vĂ©ritables ambitions : contrĂŽler les ressources miniĂšres des rĂ©gions du nord. L’exploitation de ces  richesses, qui serait dĂ©jĂ  en cours, profitera-t-elle aux Maliens ? C’est lĂ  toute la question.

En outre, l’intervention militaire sous la banniĂšre des forces Ă©trangĂšres, ne saurait camoufler un quelconque pillage des ressources dans le nord. Le peuple malien, malgrĂ© son silence, observe toutes les manƓuvres en cours de Bamako Ă  Kidal


 

Idrissa MaĂŻga

PARTAGER

114 COMMENTAIRES

  1. quoi qu on dise le sous sol malien notamment celui du nord contient bel et bien du petrole et en quantite considerable . je suis sur et tres sur d ailleurs. la crise que connait le mai de facon resumee est tout simplement une guerre menee par les puissances occidentales pas forcement dans le but de piller mais de se positionner pour rafler les gisements les plus importants car elles avaient ete exclues lors desr partages des blocs petroliers. qui ont montre recemment l existence de quantite considerables de petrole dans le bassin sedimentaire de taoudeni . qui du coup devient un bassin tres important en afrique vu son immensite et cerise sur le gateau l epicentre se trouve au nord mali . sans compter les autres bassins sedimentaires. sinon comment comprendre que la france tient a se maintenir au nord? L oblectif esr d afirmer son inffuence dans la zone et se positionner de maniere perenne et durable. Cela n est pas mauvais en soi. Geopolitique oblige. M ais la question reste a savoir est ce que le mali saura profiter pleinement d une eventuelle exploitation . petrolier? lA france n est pas entrain de piller le nord Mali. je suis desole. L n est pas le seul pays ou elle a des interets. ce qui sont sceptiques qu il y a du petrole au nord Mali et a travers l ensemble du pays ne sont pas suffisamment informes. les decouvertes dont je parle sont recentes . elles ont ete faites a partir de campagnes sismiques et d importattion de données sismiques il reste maintenant un forage exploratoire pour definir les réserves et la qualite. le NIGER a pris plus de temps pour exploiter le petrole que le mali et pourtant personne ne conteste que ce pays la a du petrole. la cote d ivoire a vu les premiÚres indices de petrole en 1975 et l exploitation n a commencée que dans les annees 2000. soyez patients et priez plutot pour la paix et la sécurité au MALI . le pétrole jaillira bientÎt j en suis convaincu.

  2. témoignage sur un marabout sérieux et puissant
    DU VRAI DU CONCRET ET DU RÉSULTAT VISIBLE
    Je remercie du fond de mon cƓur le voyant louis .Je lui fais ce tĂ©moignage par ce canal parce qu’on ne sait jamais vous qui avez des connaissances ou c’est vous mĂȘme

    qui avez des problùmes sentimentaux ou sociaux c’est pour vous dire que rien est perdu et sachez que l’espoir est plus que permis et certain grñce au voyant louis .

    Pour mon histoire mon mari m’a quittĂ© du jour au lendemain sans aucune raison . C’était la dĂ©pression totale , toutes mes tentatives ont Ă©tĂ© vaines c’est de lĂ  j’ai

    appelĂ© Carine mon amie d’enfance et c’est celle ci m’a dit de prendre mon mal en patience qu’il sera Ă  moi . Je ne croyais pas Ă  ce que Carine me disait et elle m’a

    envoyĂ© l’adresse Ă©lectronique du grand voyant louis . J’ai pris contact avec lui et tout ce que le voyant louis m’a dit s’est rĂ©alisĂ© et je suis avec mon mari et il

    est Ă  mon Ă©coute et on s’entend bien . Le grand voyant louis est pĂ©tri d’expĂ©rience .Voici son e-mail : voyance.louis@gmail.com

  3. 😀 😀 😀 😀

    c’est sur que le jour ou on aura besoin de sable …
    on saura ou chercher !

    😀 😀 😀 😀

    sinon une richesse avĂ©rĂ©e au mali … les cons !

    si si … trĂšs trĂšs trĂšs gros gisement !

  4. En 2012, quand la France a demarrĂ© son action militaire au Mali, une foule “d’esprits Ă©clairĂ©s” ont hurlĂ© et braillĂ© sur tous les tons:
    CETTE INTERVENTION (Serval Ă  l’Ă©poque) N’A D’AUTRE BUT QUE FAIRE MAIN BASSE SUR NOS RESSOURCES! 8) ”

    Deux ans plus tard, en 2014, quand la France et le Mali ont signĂ© des accords de dĂ©fense, les mĂȘmes “esprits Ă©clairĂ©s” ont hurlĂ© et braillĂ© sur tous les tons:
    CES ACCORDS N’ONT D’AUTRE BUT QUE FAIRE MAIN BASSE SUR NOS RESSOURCES! 8) ”

    Aujourd’hui, quand la France annonce une aide financiĂšre de 360 Millions d’euros, les mĂȘmes “esprits Ă©clairĂ©s” (qui n’en finissent plus d’ĂȘtre Ă©clairĂ©s! 😀 😆 ) nous clament avec la mĂȘme “assurance” 🙄
    “CETTE AIDE N’A D’AUTRE BUT QUE FAIRE MAIN BASSE SUR NOS RESSOURCES! 8)”

    Et pendant que ces perroquets au cerveau atrophiĂ© se voient constamment pillĂ©s de nos ressources par la France, la SEULE compagnie Ă©trangĂšre qui exploiter de l’uranium chez nous est CANADIENNE (Rockgate Corp. Ă  la mine de FalĂ©a) 😆 😆 😆 😆 , AUCUNE compagnie Française n’exploite l’or chez nous parmi la foule compagnies miniĂšres prĂ©sentes au Mali 😆 😆 😆 , et AUCUNE compagnie Française n’avait posĂ© avant la crise du Nord le moindre permis de recherche pour du pĂ©trole ou du gaz! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Mais malgrĂ© ça, “LA FRANCE N’A D’AUTRE BUT QUE FAIRE MAIN BASSE SUR NOS RESSOURCES!” :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    C’est “programmĂ© dans le logiciel mental” de nos intellectuels de la rue ou des grins! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  5. Au lieu de se lever pour marcher contre quoi que se soit tout le monde voit tout ce que IBK avec l’occident. c’est pour dire que le sous sol est vendu Ă  la France au prix des 200 000 000fr Cfa. C’est vraiment la honte pour nous.

  6. OUMAR DIAKITE
    23 commentaires
    13 nov 2015 Ă  04:38
    “Il est vrai que le mali possĂšde des richesses dans son sous-sol mais les recherches n’ont pas Ă©tĂ© approfondis dans ce domaines donc ce ne sont que des estimations qu’il faudrait prendre le temps de confirmer. »

    OUF !…
    Enfin un commentaire SENSE ! 😉 😉 😉

    Tu as tout dit !
    Mais les gens prĂ©fĂšrent se faire des films dans leurs tĂȘtes avec ce “fabuleux pĂ©trole” 🙄 dont on ignore tout (Ă  part la zone oĂč il se trouve) et dont jusqu’ici, faute d’études prĂ©liminaires sur site, on ne sait mĂȘme pas s’il serait EXPLOITABLE
..ou pas !

    Enfin, quand tu dis : » Mais de là à dire que la france les exploites allons y voir clair!!! «

    LĂ  encore, on nage en plein fantasme populaire ! Comme dans TOUS les domaines chez nous, tous les « intellectuels de grin 🙄 » nous ressortent systĂ©matiquement leur refrain favori : C’est la faute Ă  la France
 C’est la France qui
 La France nous pille
 La France vole nos ressources
etc etc etc
 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Exemple: Tu lis partout que la France “pille notre uranium”, or, notre seule mine d’uranium (FalĂ©a), c’est une compagnie CANADIENNE qui l’exploite et ce depuis dejĂ  des annĂ©es 🙄 🙄 🙄 🙄 !… Dans l’or, seul secteur oĂč l’exploitation fait rage, il n’y a PAS UNE SEULE compagnie Française ! 🙄 🙄 🙄
    Mais malgrĂ© ça, tu liras partout et Ă  longueur d’annĂ©e que LA France PILLE NOS RESSOURCES !

    Les mĂȘmes crĂ©tins nous ont « expliquĂ© » sur tous les tons que les accords de dĂ©fense avec la France IMPLIQUAIENT FORCEMENT notre pĂ©trole en Ă©change ; Or, le Tchad a des accords de dĂ©fense avec la France depuis plusieurs dĂ©cennies, et elle n’a jamais exploitĂ© un litre de pĂ©trole au Tchad qui pourtant en regorge ! 🙄 🙄 🙄 🙄

    La seule ressource inĂ©puisable que nous ayons, hĂ©las, c’est la stupiditĂ© de certains qui se voient Ă©ternellement et de façon systĂ©matique et obsessionnelle VICTIMES DE
.

    • C’est la premiĂšre fois que je suis d’accord avec toi mon chĂšre nfp, mais moi je pense que notre gouvernement sait ce qui se passe labas et pour dire ils sont de mĂšches…. vous pensez que tout ce que notre Ladji a amenĂ© de sa visite d’Etat de la France est gratuit??? je pense que la population doit ouvrir les yeux maintenant……….

  7. Nous devons tous un grand merci aux internautes BELZEBUTH et BEBAL pour leur commentaires TRES DOCUMENTES!

    Du reste, ça me conforte dans l’idĂ©e que c’est sur l’or que nous devons nous focaliser pour l’instant, car jusqu’ici, nos ressources aurifĂšres sont les seules Ă  ĂȘtre TANGIBLES et BIEN REELLES! 8) 8) 8) 8)

    Tout le reste, PĂ©trole, Gaz, Uranium, etc n’est encore Ă  ce jour (et pour longtemps encore vu la poudriĂšre qu’est devenue notre nord!) que…………… de L’HYPOTHESE! 🙄 🙄 🙄

    On sait “qu’il y en a”…
    On sait “oĂč il y en a”…
    Mais on ignore tout le reste (l’essentiel! 8) ) Ă  savoir: COMBIEN il y en a, et s’il serait rentable ou pas de l’exploiter!

    Conclusion (au jour d’aujourd’hui en tout cas), ces “fabuleuses richesses Maliennes” dont tout le monde parle Ă  longueur d’annĂ©e comme s’il s’agissait d’un Eldorado AVERE 🙄 , ne sont que des richesses…………POTENTIELLES dont nous ne savons mĂȘme pas si elles sont suffisamment rentables pour ĂȘtre exploitĂ©es!

    L’or par contre c’est du sĂ»r, du concret, du tangible, et du quantifiable, et c’est “autre chose” que du fantasme de grin…

  8. c’est ce qu’on voit sur la photo vos richesses au nord Mali ???? une vieille avec un tas de branches sur la tete pour faire du feu , et du sable ????

  9. Le nord est toujours pris en compte dans le territoire malien jusqu’Ă  preuve de contraire et donc si les ressources miniĂšres de cette zone doivent ĂȘtre exploitĂ©es ce sera avec l’accord des autoritĂ©s maliennes.

  10. Il est vrai que le mali possĂšde des richesses dans son sous-sol mais les recherches n’ont pas Ă©tĂ© approfondis dans ce domaines donc ce ne sont que des estimations qu’il faudrait prendre le temps de confirmer.
    Mais de là à dire que la france les exploites allons y voir clair!!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

  11. Le mali possÚde bel et bien du pétrole et voici un petit indice:
    Dans le bassin taoudéni nous avons 14 blocs confirmés
    Graben de Gao nous avons 4 blocs
    Fossé de nara nous avons 7 blocs
    Bassin de tamesna nous avons 2 blocs
    Bassin de lullemeden nouys avons 2 blocs
    DE SOURCES SURES!

  12. Les maliens bĂ©nĂ©ficieront de l’exploitation des ressources de leur sous-sol car c’est leur richesse et ils doivent en profiter…

  13. La confiance n’exclut pas le contrĂŽle.
    MĂȘme si nous faisons aveuglement confiance Ă  la france que les autoritĂ©s maliennes de bamako vĂ©rifie un peu oh car en fin de compte; on ne sait jamais!

  14. La france est comme une mĂšre pour le mali en tant que puissance colonisatrice.
    Elle n’oserait jamais voler les richesses du mali.
    Ou bien on a des raisons de douter?

  15. Tout partenariat est basĂ© sur le profil que chacune des parties engagĂ©es gagnent dans l’accord.
    Si la france est au mali c’est pour certes aider le mali mais aussi pour dĂ©fendre ses intĂ©rĂȘts. Ne soyons donc pas Ă©tonnĂ© des insinuations que font ce journaliste mmais VERIFIONS d’abord!

  16. Comme on dit toujours” on ne fait rien pour rien”.
    La coopération entre la france et le mali est un partenariat gagnant-gagnant.
    Si la france aide le mali c’est bien sur en retour de quelques chose!
    Ne criez donc pas au scandale car le fait est mondial.

  17. Nous encourageons la France et le Mali pour la coopération qui existe entre eux.
    La coopération entre la France et le Mali est trÚs important au point de vue du développement économique.

  18. S’il vous plaĂźt n’accusons tel ou tel car ce ne sont que des suppositions qui ne tiennent pas sur des pieds solides.
    Au risque d’aller trop vite en besogne il faut rechercher des preuves pour confirmer ou infirmer les dires de ce journaliste.
    Prudence donc!

  19. Il est vrai que souvent on observe des machines Ă  des endroits oĂč normalement ils ne devraient pas ĂȘtre cependant il faut ĂȘtre rĂ©aliste car un Etat n’est pas n’importe quelle institution donc si il ne dit rien c’est qu’il n’y a rien!

  20. Les ressources miniĂšres ne peuvent ĂȘtre exploitĂ©es sans que les retombĂ©es sur la populations ne soient visibles en ce sens que c’est une source de crĂ©ation d’emplois et aussi la rĂ©alisations des projets communautaires grĂące aux intĂ©rĂȘts gĂ©nĂ©rĂ©s par l’exploitation.

  21. Je ne pense pas qu’il y ait rĂ©ellement un complot au nord sinon les autoritĂ©s de Bamako l’aurait dĂ©jĂ  signifiĂ© car le Mali c’est notre pays et quand ça ne vas pas quelque soit celui qui est en face on dĂ©nonce.

  22. Cher journaliste il est bien de dĂ©noncer mais en matiĂšre d’informations il faut fournir des preuves pour Ă©tayer ce qu’on dit.
    Si vous voulez qu’une quelconque importance soit accordĂ©e Ă  votre article fournissez nous les preuves.

  23. Nous avons chacun un rĂŽle Ă  jouer pour instaurer un climat de paix authentique.
    Si en tant qu’individu, on parvient Ă  dĂ©samorcer ses bombes intĂ©rieures
    – en neutralisant ses pensĂ©es et ses Ă©motions nĂ©gatives
    et en cultivant ses qualités positives -,
    on créé les conditions favorables au désarmement extérieur.
    Nous devons apprendre Ă  vivre ensemble comme des frĂšres,
    sinon nous allons mourir comme des idiots!
    Alors tous derriĂšre IBK pour une paix solide et durable.

  24. Le mali n’acceptera pas que ses ressources miniĂšres soient pillĂ©s en vain.
    Tous unis contre le vol de nos richesses!

  25. Eh oui pour ceux qui ne savent pas en dehors de l’or, l’uranium et le manganĂšse les mali possĂšde aussi du pĂ©trole et du gaz. En tĂ©moigne ces chiffres:
    Pétrole: bassin de taoudéni= 2,5 milliards de barils
    417 milliards de mĂštres cubes de gaz….
    Pour des ignorants comme nfp; informez vous!

  26. La preuve incombe Ă  celui qui affirme.Alors cher journaliste d’abord vos dits sont tous sauf exactes.
    Je le répÚte toujours que cela ne mÚne à rien Car IBK a éclaircit le peuple là dessus.
    Ce qui est affirmĂ© sans preuve peut ĂȘtre niĂ© sans preuve.
    ArrĂȘtez de vous comporter comme un bougnoule.
    Vous savez en science il est dit que l’homme est un animal dotĂ© de raisons.je commence Ă  croire que ce phĂ©nomĂšne s’est produit aprĂšs votre naissance.
    VIVE IBK-VIVE LA PAIX-DIEU BÉNISSE LE MALI.

  27. Sachez que les rebelles du nord ont été avertis de inexploitation des ressources miniÚres malien.
    Un traité a été signé lors du traité de paix.
    Alors chercher d’autre articles pour ruiner le gouvernement et sa bonne politique.Cela nous fait pas peur.
    Avec IBK le peuple est en securité.

  28. GoldFields (Komana)

    GoldFields est un gĂ©ant de dimension mondiale. Mais, il arrive au Mali seulement en 2009, attributaire de plusieurs permis de recherche d’or. Notamment dans.la zone de Yanfolila oĂč GoldFields dĂ©teint 8 permis de recherche et dans la zone de KanagarĂ© constituĂ©e de 11 permis de recherche. A Yanfolila, GoldFields hĂ©rite du site de Komana dĂ©couvert entre 1992 et 1996 par un autre gĂ©ant, BHP-Utah.

    L’entreprise North puis la sociĂ©tĂ© Glencar mĂšne les travaux gĂ©ologiques. Mais Glencar est durement frappĂ© par la crise financiĂšre internationale de 2009. Alors, Glencar signe une JV avec GoldFields qui poursuit les travaux de recherche sur le site Komana. Il s’agit en fait d’un projet, dit Projet de Yanfolila dans un rayon de 25 kilomĂštres oĂč ont Ă©tĂ© identifiĂ©s 5 gisements qui sont : Komana Est, Komana Est, Kalaya Sud, Gonka et SanioumalĂ©. Sur ces diffĂ©rents sites il a Ă©tĂ© prouvĂ© l’équivalent de 2 millions d’onces soit 60 tonnes d’or.

    Le premier lingot est censĂ© sortir en 2015 et l’exploitation durera 9 ans. Komana Est et Komana Ouest regorgent l’essentiel des rĂ©serves. Les 25 kilomĂštres de rayon de la future mine de Komana recouvrent une multitude de villages. Des villages de tradition d’orpaillage trĂšs ancrĂ©e. Le moins que l’on puisse observer sur place est que la cohabitation avec les villageois n’est pas des plus paisibles. Les chefs de villages rĂ©unis autour du ministre Sy dans le village de BougoudalĂ© ont Ă©tĂ© clairs Ă  demander de les laisser poursuivre leur activitĂ© d’orpaillage. Le permis de Koamana recouvre des terres de culture dont une bonne partie, disent-ils, est submergĂ©e par les eaux du fleuve Sankarani aprĂšs la construction du barrage SĂ©linguĂ©.
    IBK prend des dispositions adequates pour proteger et bien exploiter l’or malien pour une economie solide et durable au mali

  29. Si les ressources miniĂšres du nord Ă©taient pillĂ©s Bamako le saurait d’une maniĂš-re ou d’une autre. Et aurait Ă©voquĂ© le sujet mais si il ne l’a pas fait c’est qu’il n’y a rien Ă  dire!

  30. Voici l’impact des investissement des ressources miniĂšres sur l’Ă©conomie maline:
    L’or est depuis bientĂŽt dix annĂ©es consĂ©cutives le premier produit d’exportation du Mali. Loin devant le coton (dont le Mali fut le premier producteur africain) et devant le bĂ©tail sur pied. Ainsi, l’apport du secteur minier (l’or) Ă  l’Ă©conomie nationale est estimĂ© Ă  8,0% du PIB en 2012 (contre 6,2% en 2008) soit 415,23 milliards FCFA contre 350,80 en 2011.

    En 2012 les exportations du Mali sont estimĂ©es Ă  1 473,4 milliards FCFA. Sur ce montant, les exportations de l’or seul se sont chiffrĂ©es Ă  1 028,1 milliards FCFA pour la mĂȘme annĂ©e 2012, soit donc 70% des exportations totales du Mali. Un chiffre en progression de 23% par rapport Ă  2011. Au cours des dix derniĂšres annĂ©es, les apports agrĂ©gĂ©s du secteur minier au budget national ont progressĂ© de 540%.

    Ainsi, le secteur a rapportĂ© 50,882 milliards FCFA en 2003 pour atteindre en 2012 le montant de 284,225 milliards FCFA. Cette augmentation de l’apport de l’or s’explique par l’Ă©volution positive du cours moyen de l’or sur le marchĂ© international. En effet, le prix du mĂ©tal jaune est passĂ© de 416, 25 dollars l’once en 2003 Ă  1 720 dollars l’once en 2012 soit une progression de plus de 400% du prix de l’or. Cette Ă©volution se justifie Ă©galement par l’augmentation de la production de l’or au Mali qui aura atteint les 480, 582 tonnes durant la pĂ©riode 2003-2012 avec une production moyenne de 50 tonnes d’or par an. Auxquelles il faut ajoutĂ© une production artisanale de 4 tonnes par an.

    Les perspectives de production industrielle de l’or sont bonnes. Ainsi, si les cours se maintiennent autour de 1 500 dollars l’once, il est attendu respectivement une production de plus de 45 tonnes d’or en 2013 et prĂšs de 50 tonnes en 2014. Les rĂ©serves prouvĂ©es des 9 mines d’or aujourd’hui en activitĂ© se chiffrent Ă  600 tonnes d’or auxquelles il faut ajouter les nouveaux projets annonçant de nouvelles dĂ©couvertes substantielles. Cependant, si le rythme actuel de l’exploitation se maintient dans les 9 mines industrielles, les rĂ©serves seront Ă©puisĂ©es dans les dix annĂ©es Ă  venir. Ceci constitue une menace rĂ©elle sur l’Ă©conomie et aussi et surtout sur les emplois crĂ©Ă©s par les mines industrielles.

    En effet les 9 mines industrielles en activitĂ© emploient aujourd’hui 3 862 personnes (contre 3 812 en 2011), en majoritĂ© des Maliens. Il s’agit des mines: Samisy.sa, Morila. sa, Sadiola.sa, Somika.sa, Yatela.sa, Wassoul’Or.sa, Somilo.sa, Gounkoto.sa et Semico.sa. Le total des emplois des sociĂ©tĂ©s miniĂšres suscitĂ©es et leurs sociĂ©tĂ©s de sous-traitance atteint aujourd’hui les 11 958 personnes (annĂ©e 2012). Les salaires versĂ©s par les sociĂ©tĂ©s miniĂšres sont passĂ©s de 15,890 milliards FCFA en 2008 Ă  33,320 milliards FCFA en 2012 soit une augmentation de 100% en seulement cinq ans. Et les cotisations sociales sont passĂ©es de 5,191 milliards FCAF en 2008 Ă  7,566 milliards FCFA en 2012.

    MalgrĂ© cette embellie du secteur de l’or force est de se pencher sur les dĂ©sĂ©quilibres sociaux et environnementaux crĂ©Ă©s par l’exploitation miniĂšre au Mali sur ses consĂ©quences nĂ©gatives sur le dĂ©veloppement du pays et le bien-ĂȘtre des populations notamment les riverains des mines. MĂȘme s’il avoue n’avoir aucun contrĂŽle sur ces dĂ©sĂ©quilibres, l’Etat affirme se prĂ©parer Ă  les corriger.
    Alors calmez vous IBK est sage et sait ce qu’il fait .
    VIVE IBK pour la vie

  31. Un dicton philosophique nous dit: n’accepte rien sans preuve!
    Pour dire que ces affirmations peuvent ĂȘtre fondĂ©es comme ne pas l’ĂȘtre donc au risque de se tromper des dĂ©tails prĂ©cis pour Ă©tayer ces dires permettront trĂšs certainement de faire le bon choix.
    Cependant le président de la république est soucieux de la bonne gestion des ressources du pays par conséquent il prendra toutes dispositions pour éviter le pillage de ces ressources.

  32. La France «n’a aucun intĂ©rĂȘt au Mali. Elle ne dĂ©fend aucun calcul Ă©conomique ou politique», a insistĂ© François Hollande mercredi lors de ses vƓux Ă  la presse. PĂ©trole, gaz, uranium, qu’en est-il de la prĂ©sence d’entreprises françaises dans ces secteurs stratĂ©giques?
    Les richesses du sous-sol malien, sont encore largement inexplorĂ©es et, a fortiori inexploitĂ©es. La seule ressource miniĂšre qu’exporte ce pays parmi les plus pauvres de la planĂšte, classĂ© 170e sur 192 par la Banque mondiale pour le PIB par habitant, est l’or. Le Mali en est le troisiĂšme producteur africain.
    Les gĂ©ologues savent que le sous-sol malien renferme de l’uranium. La compagnie miniĂšre canadienne Rockgate a dĂ©posĂ© un permis d’exploration pour un gisement d’uranium Ă  FalĂ©a, Ă  350 kilomĂštres Ă  l’ouest de Bamako, trĂšs proche des frontiĂšres du SĂ©nĂ©gal et de GuinĂ©e. Le gĂ©ant français Areva a procĂ©dĂ© Ă  des campagnes d’exploration dans la rĂ©gion de Saraya, du cĂŽtĂ© sĂ©nĂ©galais. Le 15 novembre dernier, Rockgate a confiĂ© une Ă©tude de faisabilitĂ© Ă  une sociĂ©tĂ© sud-africaine, DRA Group, pour son projet de FalĂ©a, qui recĂšle, outre de l’uranium, de l’argent et du cuivre. Selon ses calculs prĂ©liminaires, le gisement recĂšlerait environ 12.000 tonnes d’uranium soit quatre fois la production de la mine Areva d’Arlit au Niger en 2012.
    Alors n’accusez pas IBK et ses relations avec Holland
    Respect et honneur à IBK et à la politique française.

  33. Que le mali dispose de ressources miniĂšres importantes n’est pas une nouvelle information seulement que les intensitĂ©s de ces minerais n’est pas bien dĂ©terminĂ©.
    Et pour l’accusation de savoir si elles sont exploitĂ©es illĂ©galement sans l’accord de Bamako reste Ă  vĂ©rifier…

  34. Le sol du mali est riche et Ă  besoin d’ĂȘtre mis en valeur alors IBK et certains bailleurs de fond dĂ©cident d’ĂȘtre en partenariat pour la hausse de notre Ă©conomie et pour permettre Ă  la jeunesse valide du travail

  35. Sachez le bien que IBK a mis en place des techniques pour la sauvegarde de nos ressources miniĂšres alors arrĂȘtez de dire des polĂ©miques sur ce sujet .

  36. Quant au gisement de Tamaguilelt, il dispose de rĂ©serves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploitĂ© de façon semi-industrielle depuis 1986 et a produit en moyenne 15 000 tonnes par an. Ses activitĂ©s ont Ă©tĂ© interrompues pendant la rĂ©bellion.
    Alors pourquoi accusez vous IBK ❓
    Vous ĂȘtes trop idiots arrĂȘtez ça le prĂ©sident n’y est pour rien
    Cherchez encore d’autres articles pour le dĂ©stabiliser.Il est toujour Ă  la tĂȘte.

  37. Des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicitĂ© des apatrides de la CMA. Difficile de vĂ©rifier l’exactitude de cette information, dans une zone inaccessible aux autoritĂ©s et autres ressortissants maliens. Mais tout porte Ă  croire que la rĂ©gion de Kidal n’est pas « protĂ©gĂ©e » pour rien. Au-delĂ  des terroristes et des bandits de la CMA, des puissances Ă©trangĂšres aussi veillent au « Grin ». Des intĂ©rĂȘts colossaux seraient en jeu. Ce qui fait de cette localitĂ© une forteresse qui cache bien de choses, qui semblent faire de cette zone un sens interdit.Alors sachez que IBK n’est en aucun coupable du pillage souterrain des regions du nord.
    Ce sont ces rebelles de kidhal.

  38. Sachant que le refrain du “pauvre-Mali-gorgĂ©-de-ressources-mais-victime-du-pillage-du-mĂ©chant-occident” 😛 est le refrain favori de tous nos pleurnicheurs de service et de tous nos intellectuels de grin 😛 , il ne se passe pas une semaine sans qu’on lise TOUT et (surtout) N’IMPORTE QUOI, sur ces “fabuleuses ressources” qui font soi-disant de notre pays un ELDORADO faisant baver d’envie le reste de la planĂšte! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Pour mémoire, notre pétrole COULE A FLOT


.. dans les médias et dans les conversations de salon;
    Or, jusqu’à ce jour, si nous savons parfaitement OU se trouve la zone pĂ©trolifĂšre (bassin de Taoudeni), nous ignorons en revanche L’ESSENTIEL, Ă  savoir:

    – COMBIEN de pĂ©trole il y a en rĂ©serve dans le sous-sol. Beaucoup? EnormĂ©ment? TrĂšs peu?


    – Quelle est la NATURE du brut (Brut naphtĂ©nique? Brut aromatique? Etc) sachant que selon la nature d’un brut, celui-ci peut ĂȘtre rentable, trĂšs rentable, ou


pas du tout!

    – Quelle est la configuration des nappes souterraines? Profondes. TrĂšs profondes? Trop profondes pour ĂȘtre rentables Ă  l’exploitation?

    Bref, en rĂ©sumĂ©: NOUS SAVONS QU’IL Y A DU PETROLE CHEZ NOUS, ET


.RIEN D’AUTRE! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 car TOUTES (!
) les Ă©tudes prĂ©liminaires INDISPENSABLES pour savoir si notre pĂ©trole est exploitable ou non n’ont toujours pas Ă©tĂ© faites! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Enfin, puisque nous sommes soi-disant SUBMERGES de pĂ©trole et de gaz (qui jusqu’ici ne coule que dans les fantasmes populaires!), et puisque (toujours dans les fantasmes populaires!) le reste de la planĂšte semble PRET A TOUT 🙄 pour exploiter ce mirifique pĂ©trole Malien, comment expliquer que les compagnies Ă©trangĂšres ayant posĂ© un permis de recherche avant l’embrasement de 2012 ont, depuis, rĂ©siliĂ© leur demande? 8) 8) 8) 8)

    PlutĂŽt que rĂȘver tout Ă©veillĂ© Ă  de FANTASTIQUES RESSOURCES QUE LA TERRE ENTIERE VOUDRAIT NOUS PILLER 🙄 , il vaudrait mieux rĂ©flĂ©chir posĂ©ment un milliĂšme de seconde, et se demander:
    Quelle compagnie serait aujourd’hui (et pour la dĂ©cennie Ă  venir, au moins!) suffisamment inconsciente pour mener des travaux de recherche et de prospection (qui coĂ»tent des dizaines de milliards!) dans une zone


. totalement gangrenĂ©e par le terrorisme international, avec risque majeur d’attentats, d’enlĂšvements, d’attaques, etc. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Je suis dĂ©solĂ©, mais au jour d’aujourd’hui (et jusqu’à preuve du contraire!), nos deux seules ressources TANGIBLES ET BIEN REELLES sont l’or et le coton!

    Les autres, toutes les autres, relùvent (pour l’instant) de L’HYPOTHETIQUE, voire parfois de l’IMAGINAIRE!
    Le seul et unique avantage qu’elles offrent (pour l’instant), c’est de nourrir le nombrilisme pathologique de ceux d’entre nous qui considĂšre notre Mali comme le rĂȘve obsessionnel de toutes les puissances!

    Il serait infiniment plus productif pour nous de nous focaliser Ă  fond sur nos ressources actuelles BIEN REELLES (Or et coton), plutĂŽt que nous gargariser sans fin sur des ressources qui n’alimente que les rĂȘves

 mais pas les caisses de l’état! 8) 8) 8) 8)

    PS: Ceci dit, “dĂ©velopper” le coton Ă  grand coup de milliards d’engrais frelates, est rarement une bonne mĂ©thode
 đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„

    • hĂ© nfp je t’attendais oh avant ça sache que les pintade du prĂ©sident t’on repĂ©rer On a observĂ© t’es commentaire et on t’a localisĂ©.tu seras affichĂ© Sur omtv en grand caractĂšre Ă  la tv .tu ne fais plus des tracts tu injure le prĂ©sident.espĂšce de fripon.
      C’est ton papa ou ta maman qui Ă  crĂ©er le mali ❓ ❓

      Tu es idiot et tu n’as toujours rien Ă  dire bon d’aprĂšs le dicton on Ă©coute les imbĂ©ciles par le silence.
      Tu t’es vu ! si tu passes un jour chez le plasticien, demande un devis car tu risques de te ruiner.
      RepĂšte VIVE IBK encore IBK et pour la vie IBK l’eau douce est trĂšs dangereuse.Il faut avoir une tv c’est 30.000frs moins cher pour t’informer. 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  39. Mis a part le fait que LA FAMEUSE THÉORIE DU COMPLOT nous saoule un max, tellement elle a Ă©tĂ© usĂ© et a abusĂ©, je tiens a remercier Mr Maiga pour m’AVOIR FAIT RÉVISER LES LEÇONS DE MR MONSIEUR MONGOLE DE L’ECOLE DE MISSIRA SECOND CYCLE.
    TCHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP WAY

    • Salut Dortmunder, comment vas-tu? 😉 😉 😉

      Comme tu vois, vous en Allemagne vous avez d’Ă©normes gisements de biĂšre REELS ET TANGIBLES, alors que nous au Mali, nous avons des gisements de pĂ©trole et de gaz ENCORE “POTENTIELS”, donc……..HYPOTHETIQUES! 😆 😆 😆 😆

      Qu’est ce qui est le mieux d’aprĂšs toi? 😆

      😉 😉 😉 Prosit mon frùre!

      • nfp tu sais Notre point commun c’est le nombre 200… Toi c’est ta masse et moi c’est mon Qotient Intellectuel

  40. LA FRANCE S’ARRÊTERA DE FAIRE DE L’AFRIQUE SON TERRAIN DE JEU, QUAND LES AFRICAINS EUX MÊME ARRÊTERONT DE SINGER

    “…….L’agression de l’OTAN contre la Libye (productrice de pĂ©trole), l’intervention de la France au Mali (or et uranium), la construction d’une base militaire Ă©tasunienne au Niger (uranium) et l’encerclement de l’AlgĂ©rie (pĂ©trole et gaz) sont des chaĂźnons de la stratĂ©gie qui vise, devant la crise du capitalisme mondial, Ă  intensifier l’exploitation des travailleurs et le pillage des ressources naturelles de l’Afrique.

    Le journaliste Dan Glazebrook, qui Ă©crit dans des journaux comme The Guardian, The Independent et The Morning Star, a publiĂ© un article dans l’hebdomadaire cairote Al-Ahram Weekly dans lequel il dĂ©nonce cette conspiration.

    Dan Glazebrook commence par rappeler que l’Occident draine chaque annĂ©e des milliers de millions de dollars provenant du service de la dette, des bĂ©nĂ©fices provenant des investissements et des prĂȘts liĂ©s au rĂ©gime de la corruption des secteurs des bourgeoisies compradores.

    Une autre façon de dominer l’Afrique consiste Ă  mettre Ă  sac ses richesses naturelles. On peut citer le cas connu du Congo, oĂč des bandes armĂ©es contrĂŽlĂ©es par ses voisins ougandais, rwandais et burundais pratiquent Ă  l’est du pays le vol de minĂ©raux pour revendre ces derniers Ă  des entreprises Ă©trangĂšres
 qui sont elles-mĂȘmes complices du forfait.

    L’Afrique finance Ă©galement les classes dominantes occidentales en fixant le prix de ses matiĂšres premiĂšres Ă  des tarifs dĂ©fiant toute concurrence, mais aussi en versant des salaires misĂ©rables aux travailleurs qui s’échinent dans les mines ou aux champs…..”

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-saccage-imperialiste-des-richesses-de-l-Afrique-18919.html
    Voir :

  41. Monsieur MAIGA,
    a vous lire on n’a l’impression que votre analyse manque de cohĂ©rence, tantĂŽt Ă  l’imparfait tantĂŽt dans l’affirmatif, tantĂŽt dans le future.

    Exemple :Comme si cela ne suffisait, il faut entreprendre d’autres actions (de sabotage ?)fin de citation, cette prĂ©caution est inutile, vous confirmez une situation et vous prenez des gans.

    J’aurai dis moi non seulement ils pillent , mais ils continuent leurs sabotage avec l’aide des traĂźtres Maliens , qui sont loin d’ĂȘtres les seuls membres du nord Mali.

    Mefiez-vous les traĂźtres, ne jamais ou l’ont attend , c’est sa raison d’ĂȘtre.
    Un traĂźtre est identifiĂ© qu’aprĂšs son forfait.
    Les Maliens doivent s’attendre Ă  un rĂ©veil douloureux le jour J.
    qui s’amuse avec sa propre patrie fini par en payer le prix.

    Dans un pays ou le top de la culture est de jeter l’argent par terre devant des centaines de milliers de tĂ©lĂ©spectateurs et l’État est lĂ  impassible , peut t’ont blĂąmer ceux qui ont compris le le message suivant : il n’y a point de morale seule la fin justifie les moyens.

    Au faite,une minorité des gens ont mis le Mali sous coupe réglée « es griots » toutes activités culturelles est bannis sans eux.

    SambĂ©- sambĂ©, 22septembre, la fĂȘte de l’armĂ©e, et mĂȘme les cerĂ©monies d’ordre politique.

    Ou va ton, plus d’autres valeurs que le jet de billets de banque, les grands basins, alors que le Maliens lambda n’arrive pas Ă  manger trois fois par jour.

  42. Comme dĂ©jĂ  la France a commencĂ© Ă  montrer sa bonne volontĂ© dans la stabilisation de notre pays Ă  travers les 360 millions d’euro qu’il nous a promis et 80 millions d’euros spĂ©cialement pour le nord ce qui prouve que l’espoir est permis et qu’elle commence Ă  avoir la conscience.

  43. C’est un temps de crise donc les choses se gĂšrent par Ă©tape
    ça ne saurait tardé mes chers compatriotes et ami du Mali IBK veut la paix

  44. Vous avez vu quels pays derriĂšre cette attaque
    Soyez intelligents il y a des accords entre les pays donc de ce fait aucun pays ne peut traiter de façon indirecte sans l’autoritĂ© de ce pays
    Or en temps de guerre tout est diffĂ©rents il y a un no-respect de l’autoritĂ© ou la violation des lois
    IBK est un bĂątisseur il en est conscient

  45. Les rebellions agissent toujours comme ça. elle traite avec les organisations qui leur fournissent en armement alors pourquoi accusez vous IBK
    Tel que vous ne pouvez pas partir pour enquĂȘter c’est pour la mĂȘme raison IBK ne peut pas s’y rendre car il n’a pas d’autoritĂ© lĂ -bas

  46. D’ailleurs, allez y vous plaindre chez ceux qui ont crĂ©e cette guerre. IBK fait de son mieux pour trouver une issue favorable dans l’intĂ©rĂȘt de tout le peuple malien
    Au lieu de raconter des sottises, allez-y vérifier les infos sur le terrain si jamais ceux qui exploitent ont traité avec le gouvernement IBK ou les rebelles

  47. IBK travaille dans ce sens et les solutions idoines seront trouvées
    les ressources profiteront Ă  l’Ă©tat malien et aucun accord ne permet Ă  une nation Ă©trangĂšre d’exploiter notre sous-sol au nord

  48. Voici les 3 buts qui ont poussĂ© la France Ă  intervenir au mali : stopper l’avancĂ©e en direction de Bamako des forces djihadistes, « sĂ©curiser Bamako, oĂč nous avons plusieurs milliers de ressortissants » et « permettre au Mali de recouvrer son intĂ©gritĂ© territoriale » en appuyant la mission confiĂ©e aux forces de la CĂ©dĂ©ao, tout en soulignant que la France n’a pas vocation Ă  rester au Mali

  49. Il faut que la population soutient nos autoritĂ©s sans relĂąchement pour sauver le Mali. Sinon nous savons tous que notre pays seul n’a pas de force ni de possibilitĂ© pour mettre fin Ă  cette crise du nord. Vive le Mali uni et paisible!!!

  50. Au cƓur du conflit malien, la rĂ©solution 2085 du 20 dĂ©cembre 2012 prĂ©voit une aide Ă  « reconstituer la capacitĂ© des forces armĂ©es maliennes » pour permettre aux autoritĂ©s de reprendre le contrĂŽle des zones du nord de son territoire, tout en prĂ©servant la population civile.

  51. « Les rĂ©cents Ă©vĂ©nements sanglants de SĂ©varĂ©, Gourma Rharous, Nampala, pour ne citer que ceux lĂ , viennent nous rappeler plus que jamais que le Mali a franchi un palier dangereux dans la montĂ©e du terrorisme le plus abject sur le territoire national, celui des commandos suicides dont l’objectif est de tuer, dĂ©truire, saccager et semer le chaos; tout se passe comme s’il y avait un plan avec des acteurs, un schĂ©ma Ă©laborĂ© avec un calendrier d’exĂ©cution qui pourrait avoir comme intitulĂ©: « CHAOS AU MALI SELON LE COMPLOT DU SILENCE » 

    Trop c’est trop, on n’avait pas envie de toucher Ă  la France mais il le faut. D’aprĂšs un adage bambara, « Si ton ami ne te dit pas la vĂ©ritĂ©, paye ton ennemi pour qu’il te le dise ». Nous voyons tous dans le jeu de la France, elle incendie le pays et se prĂ©sente aprĂšs comme secouriste. La France est Ă  la source de la crise malienne. C’est elle qui sĂšme tous, et c’est elle qui se prĂ©sente en premier rang comme sauveur.
    La France fait de tout son possible pour que nous dĂ©pendions d’eux. Elle n’est pas lĂ  pour dĂ©fendre le Mali mais plutĂŽt l’enfoncer d’avantage. Sinon pourquoi venir tuer des terroristes au Mali ici, alors le que le porte-parole du MNLA circule comme il veut en France ? Donc cela veut dire que la France tue qui l’arrange et garde en vie qui l’arrange alors ?
    Le refrain quotidien de la Minusma : «Notre mandat n’est pas de combattre les terroristes, mais de stabiliser le Mali». «Ce travail revient Ă  la Force Barkhane», entonne-t-elle Ă  longueur de journĂ©e. Sauf que celle-lĂ  s’est assignĂ©e comme mission officieuse, la protection de la rĂ©gion de Kidal, fief du MNLA, contre les terroristes.

  52. Comment traiter une zone qui Ă©chappe Ă  ton contrĂŽle
    nous avons hĂ©ritĂ© cette crise et IBK fait son effet pour le contrĂŽle afin de profiter de ces richesses pour le bien-ĂȘtre de tous les maliens

  53. Donc elle applique l’accord militaire qui entre nos 2 nations pour le faire
    ce n’est pas la raison que vous Ă©voquĂ© ici constipĂ© de mĂ©moire

  54. Apprenez bien vos leçons pour comprendre comment la France est intervenue au Mali.
    c’est notre mĂšre colonisatrice
    et elle se doit de nous aider en cas d’attaque
    référence cours de CM2

  55. La France intervient dans l’urgence pour les deux raisons suivantes : il y a eu une descente des groupes djihadistes sur le sud dont l’objectif Ă©tait la conquĂȘte de la ville SĂ©varĂ© qui se trouve au sud de la ligne de front. Or Ă  SĂ©varĂ©, il y aun aĂ©roport internationl. Si SĂ©varĂ© tombait entre les mains des djihadistes, il y aurait eu impossibilitĂ© pour les militaires maliens et Ă©ventuellement les militaires de la CDAO de dĂ©barquer Ă  SĂ©varĂ© pour reconquĂ©rir le nord.

  56. Un an aprÚs le meurtre, le 2 novembre 2013, de Ghislaine Dupont et Claude Verlon à Kidal, dans le nord du Mali, les proches des reporters de Radio France internationale (RFI) naviguent entre espoir, questionnement et colÚre, les deux victimes étant souvent oubliées quand les médias mentionnent les otages français tués en captivité.
    L’enquĂȘte ouverte le jour mĂȘme du crime par le parquet de Paris, puis confiĂ©e en avril au juge antiterroriste Marc TrĂ©vidic et Ă  ses deux confrĂšres Christophe Teissier et Laurence Le Vert, n’a pas connu d’avancĂ©es majeures, l’administration malienne n’étant plus prĂ©sente Ă  Kidal depuis la dĂ©bĂącle de son armĂ©e le 21 mai.
    Les empreintes digitales, les prĂ©lĂšvements d’ADN et les tĂ©lĂ©phones retrouvĂ©s Ă  l’intĂ©rieur et Ă  proximitĂ© du vĂ©hicule des ravisseurs n’ont rien rĂ©vĂ©lĂ©, mais « les magistrats ne ferment aucune porte », selon Christophe Deltombe, l’avocat de la mĂšre de Ghislaine Dupont.
    Parmi les nouvelles pistes exploitĂ©es par les enquĂȘteurs : des photos effectuĂ©es par Claude Verlon, le 29 octobre, oĂč apparaĂźt le pick-up ayant servi au rapt, et un individu qui pourrait avoir un lien…

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2014/10/31/zones-d-ombre-sur-la-mort-des-reporters-de-rfi_4516074_3210.html#VOLJkj65EaLJDdCH.99

  57. Le nord de notre pays et ses richesses ne tomberont jamais dans les mains des occidentaux et des pays voisins, car cette partie est le MALI, et ses richesses sont pour les maliens, rien absolument rien ne peut changer cela !!!

  58. je lancerais un appel Ă  l’ensemble de la population. Un appel Ă  l’apaisement, un appel incitant Ă  la paix, un appel Ă  la stabilitĂ©, un appel invitant les citoyens Ă  accompagner vigoureusement, et surtout avec confiance, l’effort du pouvoir en place.
    C’est seulement dans l’accompagnement et la ferme confiance que le peuple peut DETRÔNER LE DIABLE ET LE MALHEUR dans une nation.
    Afin d’éviter encore un coup d’état ou un putsch, chacun de nous est interpellĂ©. Nous devons faire en sorte que notre Etat ne connaisse plus jamais ces actes mille fois destructeurs et surtout retardateurs.
    Voyons la France !
    Voyons les Etats Unis d’AmĂ©rique !
    Voyons la Chine !
    Voyons la Russie !
    Voyons l’Angleterre !
    Voyons, Etc



. !!!
    Ces pays sont, aujourd’hui, forts et puissants parce qu’ils se sont donnĂ©s la main pour bannir certaines choses dans leurs pays tout en nourrissant certaines vertus dans le cƓur et la conception de leurs populations.
    Pourquoi les maliens n’en font pas autant comme ces grands pays.
    Appeler dans cette situation vaut qu’inciter !!!!

  59. Les ressources miniĂšres de notre pays sont aussi importantes aux yeux de nos dirigeants que de la population malienne, ils savent dĂ©jĂ  comment les protĂ©ger, nous n’avons rien Ă  craindre pour cela !!! Nous bĂ©nĂ©ficieront de nos richesses comme il se doit !!!

  60. La richesse du nord de notre pays, c’est pour les maliens !!! Il n’y a pas Ă  discuter sur cela, car ce n’est pas nĂ©gociable !!! Le prĂ©sident de la rĂ©publique et son gouvernement sont conscients de cela, et ils feront tout pour prĂ©server l’intĂ©rĂȘt du MALI et des maliens !!!

  61. Aucune autre source de financement n’est possible pour les sĂ©paratistes Ă  part les puissances Ă©conomiques. Ils adoptent la “real politic” guerriĂšre, je te finance pour renverser ou avoir ton propre territoire et en retour tu me laisse exploiter ta richesse, comme ça on est quit!!!

  62. MINUSMA : Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali.
    Mandat
    La MINUSMA est autorisĂ©e Ă  prendre toutes les mesures requises pour s’acquitter du mandat suivant :
    ‱ Stabilisation de la situation dans les principales agglomĂ©rations et contribution au rĂ©tablissement de l’autoritĂ© de l’État dans tout le pays
    ‱ Contribution Ă  l’application de la feuille de route pour la transition, y compris le dialogue national et le processus Ă©lectoral
    ‱ Protection des civils et du personnel des Nations unies
    ‱ Promotion et dĂ©fense des droits de l’homme
    ‱ Soutien de l’action humanitaire
    ‱ Appui à la sauvegarde du patrimoine culturel
    ‱ Action en faveur de la justice nationale et internationale

    La situation s’aggrave et continuera de s’aggraver tant qu’on se donne pas les mains dans l’union et l’entente et surtout la confiance mutuelle pour prendre les grandes orientations ensemble afin de libĂ©rer notre pays. On doit rester souder, sinon c’est Ă  rang dispersĂ© que l’ennemi peut mieux nous attaquer et trĂšs nous pouvons tomber dans leur piĂšge.
    Un philosophe disait que : « l’intĂ©rĂȘt des particuliers se trouve toujours dans l’intĂ©rĂȘt commun et que vouloir se sĂ©parer c’est vouloir se perdre. »
    Cependant, l’aigreur, les critiques et la rĂ©volte ne sont point la solution dans cette situation. Nous sommes dans une affaire oĂč c’est la souverainetĂ© de l’Etat malienne qui est mise en mal. Alors le devoir pour tout citoyen est bien de soutenir et de dĂ©fendre l’intĂ©rĂȘt de son pays.
    La MINUSMA est lĂ  pour une mission, on serait contraint de leur dire de quitter si elle ne remplit pas sa mission avec succĂšs, honneur, et sans partie prise.
    Le prĂ©sident a su dĂ©fendre son statut de prĂ©sident de la rĂ©publique, chef de l’Etat d’un pays indĂ©pendant et souverain.
    Chers amis, frĂšres, et concitoyens, ce pays a assez souffert. Notre pays n’a plus droit Ă  la rĂ©volte ni au coup d’état, ni au putsch. Nous avons intĂ©rĂȘt que dans l’union et la solidaritĂ© autour de notre autoritĂ©.
    L’ESPOIR EST PERMIS !!!
    LE MALI VA SE LEVER !!!
    LE MALI VA MARCHER !!!
    LE MALI IRA LOIN !!!

  63. Le prĂ©sident de la rĂ©publique et son gouvernement sont sur de bonnes bases, ils savent ce qu’il a lieu de faire face Ă  cette situation, nous ne craignons rien du tout dans cette situation car nous savons qu’ils vont nous sortir de lĂ , et nous avons une confiance totale en eux !!!

  64. La France sait et c’est lui seule qui peut mettre fin aussi en un clin d’Ɠil Ă  la crise du Mali. Le MNLA c’est la France et ils sont en mission de la France, ALAIN JUPE a confirmĂ© cela.

  65. C’est maintenant que beaucoup de diffamateurs donneront raison Ă  IBK lors de son discours du 15 Mai dernier quant il a recadrĂ© monsieur LADSOU. Si le prĂ©sident de la rĂ©publique ose dire un tel propos Ă  la communautĂ© internationale parce que c’était trop c’est trop.

  66. Nous avons eu la preuve avec la visite de MARA MOUSSA l’ex PM :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: quant il Ă©tait parti Ă  KIDAL lorsque sa dĂ©lĂ©gation a Ă©tĂ© attaquĂ©e par les rebelles, nos famas on confirmĂ© qu’il y a eu une aide extĂ©rieure pour les rebelles sur nos famas.

  67. L’État malien sait dĂ©jĂ  Ă  quoi s’en tenir, il prend les mesures nĂ©cessaires pour faire face Ă  cette menace dans le nord de notre pays, et je suis sĂ»r que le prĂ©sident de la rĂ©publique et son gouvernement feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que cela n’arrive jamais !!!

  68. Il ya deux faits qui prouvent que la France s’interesse aux resources naturelles du Nord-Mali et que leurs interventions ont ete motivees par le but de controler ces richesses du pays.En 1959, a Tombouctou,j’ai rencontre avec un ami francais du Mali six militaries et un lieutenant qui a dit a mon ami qui demandait la raison de leur presence au Sahara:Nous avons recu la mission de chercher du petrole; mais nous avons aussi recu l’ordre de ne pas en trouver.A l’independence du Mali,quand nous avons demande a la France de nous remettre les dossiers techniques de recherchĂ©s petroliferes du Nord ,nous avons recu la reponse suivante, que ces dossiers peuvent remis conversement par le Mali de 15 millions de dollars.Tout s’est arrĂȘte la.Avant l’eclatement de la rebellion,le gouvernement de Sarkosy a mis en place des Think Tank visant a explorer les divers scenarios de s’accaparer des ressources naturelles du Continent Africain.La verite se fera un jour sur les activites menees par les pays etrangers au Nord du Mali.Le gouvernement du Mali devra alors engager des actions en justice a la Cour Penale Internationale sur les violations des droits de propriete sur nos matieres premieres.Les traites qui ont collabore avec les etrangers recevront leur chatiment.Par patriotisme, les partis doivent proceder a la selection judicieuse de nos Leaders de demain. Ne doit pas etre candidat aux postes qui veut,mais qui le le parti selectionne: Des leaders competents et loyaux qui seront capables d’user de nos ressources naturelles pour developper le Mali.Actuellement,les leaders se conduisent comme les tribus du Bas-Congo qui echangeaient un gros paquet de diamants contre une lampe torche ou une bouteille de Gin.Bien sur que le Sahara contient des ressources naturelles abondantes non seulement au Mali mais aussi au Nord Soudan ,etc.Nous ne disons pas que nous ne devons pas collaborer avec des pays industrialises pour valoriser ces richesses; ce que nous soutenons c’est que cette collaboration doit entrainer le decollage des pays Africains,parmi lesquels le Mali.L’exportation des matires brutes ne developpe pas un pays.L’industrialisation basee sur ces matieres premieres est seule capable d’entrainer le declanchement d’un processus de transformation des structures economiques du pays avec l’accompagnement du developpement des capacites techniques .Le choix des partenaires techniques est extremement important.Il est temps que nous tirions des lecons de nos experiences passes et que nous collaborions avec les pays qui adherent a nos objectifs que nous devrions formuler.Des obectifs a long terme prenant compte de l’accroissement des populations,de la formation de la main d’oeuvre qualifiee ,de nos projets de developpement bien structures dans le temps ,et du travail de nos generations presentes et futures,

    • Mon Ɠil rien de cohĂ©rent dans tes dires
      Des histoires Ă  dormir debout
      constipé de mémoire
      crĂšve faim
      Va donc revoir tes cours du primaire

    • Dites nous monsieur, vous ĂȘtes le fruit de quelle Ă©cole tellement votre analyse est vide, insensĂ© et vile. Ne nous recopiez surtout pas vos leçon de niveau mĂ©diocre que vous prenez pour des psaumes.
      Vraiment c’est bas.

  69. La France Ă  travers la gĂ©opolitique et la gĂ©ostratĂ©gie finance la rĂ©bellion au Mali et dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest secouĂ©s par la rĂ©bellion. Elle veut exploiter nos richesses miniĂšres qui sont l’uranium, le gaz et le pĂ©trole. Cela ne m’étonne pas chez la France, le pompier-pyromane. 💡 💡 🙄 🙄 🙄

  70. Prince
    “Des sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres exploitent depuis deux ans un gisement de terres rares, essentiellement du coltan, entre Aguelhok et Tessalit.”

    J’aime bien ton “DES” sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres


    C’est possible, je n’en sais rien pour ma part;
    Mais puisque tu es manifestement trÚs bien informé, peux-tu nous dire PRECISEMENT LESQUELLES? 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Sachant que le refrain du “pauvre-Mali-gorgĂ©-de-ressources-mais-victime-du-pillage-du-mĂ©chant-occident” 😛 est le refrain favori de tous nos pleurnicheurs de service et de tous nos intellectuels de grin 😛 , il ne se passe pas une semaine sans qu’on lise TOUT et (surtout) N’IMPORTE QUOI, sur ces “fabuleuses ressources” qui font soi-disant de notre pays un ELDORADO faisant baver d’envie le reste de la planĂšte! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Pour mémoire, notre pétrole COULE A FLOT


.. dans les médias et dans les conversations de salon;
    Or, jusqu’à ce jour, si nous savons parfaitement OU se trouve la zone pĂ©trolifĂšre (bassin de Taoudeni), nous ignorons en revanche L’ESSENTIEL, Ă  savoir:

    – COMBIEN de pĂ©trole il y a en rĂ©serve dans le sous-sol. Beaucoup? EnormĂ©ment? TrĂšs peu?


    – Quelle est la NATURE du brut (Brut naphtĂ©nique? Brut aromatique? Etc) sachant que selon la nature d’un brut, celui-ci peut ĂȘtre rentable, trĂšs rentable, ou


pas du tout!

    – Quelle est la configuration des nappes souterraines? Profondes. TrĂšs profondes? Trop profondes pour ĂȘtre rentables Ă  l’exploitation?

    Bref, en rĂ©sumĂ©: NOUS SAVONS QU’IL Y A DU PETROLE CHEZ NOUS, ET


.RIEN D’AUTRE! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 car TOUTES (!
) les Ă©tudes prĂ©liminaires INDISPENSABLES pour savoir si notre pĂ©trole est exploitable ou non n’ont toujours pas Ă©tĂ© faites! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Enfin, puisque nous sommes soi-disant SUBMERGES de pĂ©trole et de gaz (qui jusqu’ici ne coule que dans les fantasmes populaires!), et puisque (toujours dans les fantasmes populaires!) le reste de la planĂšte semble PRET A TOUT 🙄 pour exploiter ce mirifique pĂ©trole Malien, comment expliquer que les compagnies Ă©trangĂšres ayant posĂ© un permis de recherche avant l’embrasement de 2012 ont, depuis, rĂ©siliĂ© leur demande? 8) 8) 8) 8)

    PlutĂŽt que rĂȘver tout Ă©veillĂ© Ă  de FANTASTIQUES RESSOURCES QUE LA TERRE ENTIERE VOUDRAIT NOUS PILLER 🙄 , il vaudrait mieux rĂ©flĂ©chir posĂ©ment un milliĂšme de seconde, et se demander:
    Quelle compagnie serait aujourd’hui (et pour la dĂ©cennie Ă  venir, au moins!) suffisamment inconsciente pour mener des travaux de recherche et de prospection (qui coĂ»tent des dizaines de milliards!) dans une zone


. totalement gangrenĂ©e par le terrorisme international, avec risque majeur d’attentats, d’enlĂšvements, d’attaques, etc. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Je suis dĂ©solĂ©, mais au jour d’aujourd’hui (et jusqu’à preuve du contraire!), nos deux seules ressources TANGIBLES ET BIEN REELLES sont l’or et le coton!

    Les autres, toutes les autres, relùvent (pour l’instant) de L’HYPOTHETIQUE, voire parfois de l’IMAGINAIRE!
    Le seul et unique avantage qu’elles offrent (pour l’instant), c’est de nourrir le nombrilisme pathologique de ceux d’entre nous qui considĂšre notre Mali comme le rĂȘve obsessionnel de toutes les puissances!

    Il serait infiniment plus productif pour nous de nous focaliser Ă  fond sur nos ressources actuelles BIEN REELLES (Or et coton), plutĂŽt que nous gargariser sans fin sur des ressources qui n’alimente que les rĂȘves

 mais pas les caisses de l’état! 8) 8) 8) 8)

    PS: Ceci dit, “dĂ©velopper” le coton Ă  grand coup de milliards d’engrais frelates, est rarement une bonne mĂ©thode
 đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„

  71. Kadhafi avait ainsi dĂ©clarĂ© : « Le nord du Mali est trĂšs riche en ressources miniĂšres. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer dĂ©finitivement pour exploiter vos richesses
 ». L’obscuritĂ© de la situation au nord de nord pays explique tout, les occidentaux empĂȘcherons toujours la paix et l’unification des groupes et des Ă©chines, tant qu’ils auront toujours des intĂ©rĂȘts sordides Ă  prĂ©server sur notre territoire. L’État malienne doit garder un Ɠil, rester vigilant et serein.

  72. En finish tous les maliens ont compris le petit jeu de la France, de la Minusma et de la communautĂ© internationale. La crise existentielle et multidimensionnelle est une crise tĂ©lĂ©guider et montĂ©e de toute piĂšce par la France dans le seul cadre de satisfaire ses ambitions et intĂ©rĂȘts. Plus que jamais les maliens et cela sans exception et sans marge quelconque, tous doivent se mobiliser derriĂšre le rĂ©gime en place pour que notre patrie n’est pas une naufrage.

    • Faso machin 😆
      “En finish tous les maliens ont compris le petit jeu de la France, de la Minusma et de la communautĂ© internationale. ” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Pas seulement!
      Il y a aussi “derriĂšre tout ça” les USA, Angela Merkel, le DalaĂŻ Lama, David Cameron, la GrĂšce, la Corse, et bien d(autres encore! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Nous sommes victimes d’un complot IN-TER-NA-TIO-NAL!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      Mais comme tu le dis si bien: TOUS LES MALIENS ONT COMPRIS! ………..Surtout les plus cons! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  73. Vive un Mali uni et prospĂšre
    Vive un Mali un et indivisible
    Vive un Mali sans rébellion

  74. Il faut agir sans dĂ©lai, pas question d’une nouvelle rĂ©bellion, les populations du septentrion malien ont assez souffert. Trop de sang ont coulĂ©, il n’y a eu que des dĂ©gĂąts ces trois derniĂšres annĂ©es. Maintenant que la flamme de la paix a commencĂ© Ă  reluire le Mali nous ne devons pas la laissĂ© s’en allĂ©.

  75. La signature dĂ©finitive de l’accord de paix devrait mettre fin Ă  toutes ces exactions, je me demande bien pourquoi une nouvelle rĂ©bellion ?

  76. Nous savions, que la crise dans le septentrion malien est une crise basée sur la convoitise des richesses enfouies dans le sol malien. Le problÚme est comment est ce que le Mali pourra trouver une solution de sortie de crise favorable?
    Le président IBK a reçu à signer un accord de paix et de réconciliation qui tend plus une moins vers la fin de la crise au septentrion.

  77. Cette fois ci l’armĂ©e malienne doit ĂȘtre en mesure de combattre ces bandits tan sur le plan militaire que matĂ©riel. On ne doit en aucun cas laissĂ© ce nouveau groupe prendre l’assaut sur notre pays.

  78. La signature de l’accord de paix et de rĂ©conciliation est synonyme de la fin de la guerre du septentrion malien. Quiconque ose reprendre la guerre, payera trĂšs chĂšres.

  79. L’accord issu des assises d’Alger promulgue la paix sur toute l’étendue du territoire malien. Le gouvernement malien a sigĂ©n cetr accord dans le but de mettre fin Ă  la crise septentrionale Ă  jamais. Dire qu’un nouveau groupe milice est Ă  pieds d’Ɠuvre, cela mĂ©rite la guerre.

  80. L’Etat malien n’est plus en mesure de recevoir un quelconque groupe armĂ©. Le mieux pour ces gens est de laisser les armes et contribuer Ă  la reconstruction du pays.

  81. Kidal est et restera toujours pour le Mali et cela jusqu’à la fin des temps. IBK a dit « MALI TE KILA LA », « Le MALI restera un et indivisible ».

  82. A mon humble avis, il est grand temps de mettre fin Ă  jamais Ă  ces exactions commis par ces bandits armĂ©s. Il n’est plus question de nĂ©gocier avec qui que ce soit. Cet accord dont la signature fut finalisĂ©e le 20 juin est l’incarnation de la paix durable au Mali.

  83. La Minusma, la CMA, la communautĂ© internationale abusent de la clĂ©mence de L’Etat malienne. La crise malienne est devenue maintenant un jeu de dupe. La communautĂ© internationale favorise d’une maniĂšre ou d’une autre une minoritĂ© face Ă  la majoritĂ©. Les droits de la population qui sont la sĂ©curitĂ©, la paix, la rĂ©conciliation et la prospĂ©ritĂ© sont tous ignorĂ©s au profit des intĂ©rĂȘts sordides de la part des puissances internationales.

  84. Faisons la guerre et finissons-en pour toujours, cette guerre du Nord Mali a assez duré. Des innocents sont tués chaque jour par ces bandits armés. Sans compter ces nombreuses femmes et filles qui sont violés devant leurs enfants, maris, pÚre, mÚre


  85. Depuis fort longtemps la crise malienne Ă©tait devenue la proie des grandes puissances. Les acteurs ingrats (les pays occidentaux) sont en train de jouer le double jeu. La crise malienne ne pourra pas prendre fin tant qu’elle restera manipuler par les occidentaux.

  86. « L’union fait la force »
    « Un seul doigte ne pas à elle seul prendre une pierre »
    « Ensemble nous pouvons, ensemble nous vaincrons »
    « Un peuple – Un but – Une foi »
    Les maliens et maliennes ouvrons les yeux.

  87. Mais appelons le chien par son nom, c’est la France qui est le fautif de la crise du nord Mali et cela depuis le dĂ©but. Il manipule la crise Ă  leurs guises, car c’est ainsi qu’ils arrivent Ă  se remplir la poche. Ils ont monopolisĂ© d’une maniĂšre plus technique la politique des colonies française et chaque pays est victime de ses propres colonisateurs. Les colonies françaises sont les moins dĂ©veloppĂ©s que celui des anglais. La France profite des crises provoquĂ©es Ă  la souche par elle-mĂȘme, c’est un vampire qui ne se nourrit que du sang des pauvres africains en particulier le Mali.

  88. Le Guide de la rĂ©volution libyenne, Mouammar Kadhafi, l’avait prĂ©dit Ă  l’occasion d’un de ses nombreux dĂ©placements dans notre pays. « Le nord du Mali est trĂšs riche en ressources miniĂšres. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer dĂ©finitivement pour exploiter vos richesses
 », avait-il lancĂ© Ă  l’adresse de ses interlocuteurs maliens. Cette prĂ©dication est-elle en train de se rĂ©aliser ? Il faut le craindre.
    Des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicitĂ© des apatrides de la CMA. Difficile de vĂ©rifier l’exactitude de cette information, dans une zone inaccessible aux autoritĂ©s et autres ressortissants maliens. Mais tout porte Ă  croire que la rĂ©gion de Kidal n’est pas « protĂ©gĂ©e » pour rien. Au-delĂ  des terroristes et des bandits de la CMA, des puissances Ă©trangĂšres aussi veillent au « Grin ». Des intĂ©rĂȘts colossaux seraient en jeu. Ce qui fait de cette localitĂ© une forteresse qui cache bien de choses, qui semblent faire de cette zone un sens interdit. Le pouvoir d’IBK a mĂȘme failli y perdre des plumes quand un certain Moussa Mara, alors Premier ministre, a voulu enfreindre cette interdiction. Certains Maliens sont toujours convaincus que la dĂ©faite de l’armĂ©e face aux rebelles de Kidal, n’était pas un fait du hasard. Les rebelles auraient certainement bĂ©nĂ©ficiĂ© du soutien d’une main invisible, l’appui d’une puissance Ă©trangĂšre. L’on comprend aisĂ©ment pourquoi l’armĂ©e et l’administration maliennes ne sont pas, pour le moment, les bienvenues Ă  Kidal. Il faut les maintenir loin (et trĂšs loin) pour Ă©carter tous les soupçons qui peuvent peser sur les complices des rebelles de Kidal, notamment des pays Ă©trangers qui se disent « amis » du Mali.
    Maintenir notre pays dans le chaos
    Comme si cela ne suffisait, il faut entreprendre d’autres actions (de sabotage ?) pour non seulement justifier la prĂ©sence Ă©trangĂšre au Mali et empĂȘcher par la mĂȘme occasion que d’autres partenaires du Mali ne s’intĂ©ressent aux ressources miniĂšres de notre pays. Apparemment, pour rĂ©ussir leur coup, ces puissances Ă©trangĂšres n’occultent aucune alternative. C’est pourquoi, d’autres observateurs voient dans les attentats et autres attaques de ces derniers jours une stratĂ©gie malsaine pour maintenir notre pays dans le chaos.
    En plus de l’uranium de Kidal, d’autres ressources miniĂšres du nord seraient dans le viseur de ces puissances Ă©trangĂšres. Qui connaissent trĂšs bien les potentialitĂ©s miniĂšres du septentrion malien. On parle dĂ©jĂ  de l’exploitation de la nappe phrĂ©atique des rĂ©gions du nord et l’exploration des gisements de pĂ©trole de TaoudĂ©ni (qui deviendra bientĂŽt une rĂ©gion en faveur des rebelles de la CMA). Sans oublier que les rebelles ont Ă©tĂ© conseillĂ©s et financĂ©s par une certaine puissance trĂšs proche du Mali. Ce pays a-t-il commencĂ© Ă  piller nos ressources miniĂšres? En tout cas, si ces informations se confirment, il y a de quoi craindre le pire. Parce que le Mali n’ayant pas Ă©tĂ© prĂ©parĂ© Ă  cette Ă©ventualitĂ©, risque de payer le prix de cette exploitation Ă©hontĂ©e de ses richesses. Au grand dam des populations maliennes.
    Des richesses inexploitées
    Dans le nord du Mali, en plus de l’uranium, il devrait y avoir, entre autres, une nappe phrĂ©atique inĂ©puisable, du gaz et du pĂ©trole. MĂȘme si la dĂ©couverte de cet or noir n’est pour le moment qu’un « mirage ». Total (une firme française) a fait un premier forage, en 2010, qui a Ă©tĂ© estimĂ© dĂ©cevant. Elle avait prĂ©vu d’en faire un second, qui a Ă©tĂ© gelĂ© en raison du conflit.
    On retrouve les fossiles dans le Tilemsi Ă  Bourem (rĂ©gion de Gao), les grenats et corindons dans le Gourma. L’Adrar des Iforas et ses environs sont riches en bois solidifiĂ©s et en minĂ©raux liĂ©s aux pegmatites et aux mĂ©tamorphismes. Dans la zone de Hombori-Douentza, il y a le quartz, les carbonates.
    Parmi les bassins Ă  fort potentiel pĂ©trolier et gazier, celui de Taoudenni, au nord, aiguisent tous les appĂ©tits. L’AutoritĂ© pour la promotion de la Recherche PĂ©troliĂšre au Mali (AUREP) avait divisĂ© le pays en plusieurs et confiĂ© leur exploitation Ă  des sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres. Les deux acteurs les plus sĂ©rieux Ă©tant l’italien ENI et l’algĂ©rien SONATRACH.
    Selon des observateurs, l’affectation de ces blocs Ă  ces sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres n’a pas Ă©tĂ© du goĂ»t de certaines puissances occidentales. Qui n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  utiliser des moyens peu orthodoxes pour dĂ©stabiliser notre pays, en jouant probablement au pompier – pyromane. Comment expliquer que la rĂ©gion de Kidal reste couper Ă  prĂ©sent du reste du pays ? En tout cas, depuis le lancement des travaux de recherche du pĂ©trole, le nord du Mali n’a plus connu de stabilitĂ© Ă  cause de ce complot international mis en Ɠuvre par des complices, Ă  travers des revendications ethniques.
    Quant au gisement de Tamaguilelt, il dispose de rĂ©serves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploitĂ© de façon semi-industrielle depuis 1986 et a produit en moyenne 15 000 tonnes par an. Ses activitĂ©s ont Ă©tĂ© interrompues pendant la rĂ©bellion.
    En ce qui concerne le calcaire, on trouve des gisements Ă  Goundam (Bad el HĂ©rĂ©) dans le cercle des grands lacs. Ils sont exploitĂ©s pour la production de carreaux et de ciment. On estime les rĂ©serves jusqu’à 122 millions de tonnes reparties dans plusieurs zones.
    Enfin les terres rares sont utilisĂ©es dans les disques durs des ordinateurs et les moteurs Ă©lectriques, dans les ampoules basse consommation, dans les tubes cathodiques, les Ă©oliennes, les panneaux solaires, les piles Ă  combustibles
 Bref, le monde moderne a cruellement besoin des terres rares. Le Mali regorgerait de ces minerais rares mais lĂ  encore il ne s’agit que d’un potentiel car l’exploitation n’a pas commencĂ©. Les terres rares rencontrent les mĂȘmes freins que les autres richesses potentielles : une sĂ©curitĂ© prĂ©caire comme l’illustre la situation actuelle et des difficultĂ©s Ă  s’approvisionner en Ă©nergie.
    Bref, ces richesses qui ne sont pas encore exploitĂ©es risquent de sceller le sort de la RĂ©publique. Certaines puissances Ă©trangĂšres sont prĂȘtes Ă  tout pour arriver Ă  leur fin. Y compris disloquer une nation souveraine et indĂ©pendante.
    Idrissa MaĂŻga
    Source: L’Aube

    ——

  89. Tous ces attaques sont perpĂ©trĂ© dans le seul but d’intimidĂ© l’Etat et sa population, c’est pour dĂ©stabiliser le pays et ensuite les occidentaux tirent profit de la situation. Le gouvernement met tous en n’Ɠuvre pour mettre fin Ă  ces actes ignobles, tous maliens doivent se donner la main pour combattre les ennemis. La France est le pĂšre fondateur de la crise du septentrion du Mali.

  90. A bas la France!
    A bas l’occident!
    A bas la géostratégie et la géopolitique!
    A bas la politique d’extermination!
    Vive le Mali!
    Vive la paix!
    😈 😈 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  91. La France est la pire des choses que cette planĂšte n’a jamais connue.
    Lisez-moi cet article:

    Mali : la stratĂ©gie du chaos pour la main-mise de l’uranium, du gaz et du pĂ©trole ?
    Alors que nous laissions entendre depuis fort longtemps que le conflit qui secoue le Mali depuis de nombreux mois est fortement liĂ© Ă  des odeurs de gaz, de pĂ©trole et plus globalement Ă  ses ressources Ă©nergĂ©tiques et miniĂšres telles l’or et l’uranium, la presse malienne enfonce le clou.

    Rappelant les propos prophĂ©tiques du Guide de la rĂ©volution libyenne, Mouammar Kadhafi – qui avait dĂ©cidĂ©ment tout compris – les journalistes maliens subodorent dĂ©sormais que les tensions qui secouent le pays sont intimement liĂ©es Ă  son potentiel.

    A l’occasion d’un de ses nombreux dĂ©placements au Mali, Kadhafi avait ainsi dĂ©clarĂ© : « Le nord du Mali est trĂšs riche en ressources miniĂšres. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer dĂ©finitivement pour exploiter vos richesses
 ».

    Tel pourrait bien ĂȘtre le cas 
. Une situation que nous Ă©voquions ici-mĂȘme au sein de plusieurs articles dĂ©diĂ©s Ă  ce sujet. Et qui fut Ă©galement Ă©voquĂ©e lors d’un reportage sur Arte pour le moins Ă©loquent.

    DĂ©sormais, selon la presse malienne, des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicitĂ© de la la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), laquelle regroupe les groupes armĂ©s touaregs et arabes.

    Certes, le journal « l’Aube » concĂšde qu’il est « difficile de vĂ©rifier l’exactitude de cette information, dans une zone inaccessible aux autoritĂ©s et autres ressortissants maliens ».

    Mais, ajoute le journal, « tout porte Ă  croire que la rĂ©gion de Kidal n’est pas « protĂ©gĂ©e » pour rien », les lieux semblant attirer non seulement terroristes et bandits 
 mais Ă©galement des puissances Ă©trangĂšres dĂ©sireuses d’avancer leurs pions 


    Comme nous l’indiquions ici-mĂȘme, des « intĂ©rĂȘts colossaux seraient en jeu ». Une raison selon le journal de faire de cette localitĂ© une vĂ©ritable « forteresse « ou zone interdite.

    « Certains Maliens sont toujours convaincus que la dĂ©faite de l’armĂ©e face aux rebelles de Kidal, n’était pas un fait du hasard. Les rebelles auraient certainement bĂ©nĂ©ficiĂ© du soutien d’une main invisible, l’appui d’une puissance Ă©trangĂšre » ajoute tout net le journal.

    « L’on comprend aisĂ©ment pourquoi l’armĂ©e et l’administration maliennes ne sont pas, pour le moment, les bienvenues Ă  Kidal. Il faut les maintenir loin (et trĂšs loin) pour Ă©carter tous les soupçons qui peuvent peser sur les complices des rebelles de Kidal, notamment des pays Ă©trangers qui se disent « amis » du Mali » prĂ©cise enfin l’Aube.

    Disant tout haut ce que nous soupçonnions tout bas, le journal affirme Ă©galement que des actions pourraient ĂȘtre menĂ©es « non seulement justifier la prĂ©sence Ă©trangĂšre au Mali » mais Ă©galement « empĂȘcher par la mĂȘme occasion que d’autres partenaires du Mali ne s’intĂ©ressent aux ressources miniĂšres » du pays. StratĂ©gie particuliĂšrement apprĂ©ciĂ©e des Etats-Unis, soit dit en passant.

    « Pour rĂ©ussir leur coup, ces puissances Ă©trangĂšres n’occultent aucune alternative. C’est pourquoi, d’autres observateurs voient dans les attentats et autres attaques de ces derniers jours une stratĂ©gie malsaine pour maintenir notre pays dans le chaos ». Cela a le mĂ©rite d’ĂȘtre clair, et la langue de bois n’est plus de mise 


    Comme nous vous en informions, d’autres ressources miniĂšres du nord suscitent les convoitises de ces puissances Ă©trangĂšres, telles celles du bassin de Taoudeni, dont nous vous parlions avant mĂȘme que n’éclate le conflit en 2012. Simple hasard ? Cette rĂ©gion devrait pencher bientĂŽt en faveur des rebelles de la CMA. Tandis que le français Total, l’italien ENI et l’algĂ©rien SONATRACH ont d’ores et dĂ©jĂ  placĂ© leurs pions.

    « Selon des observateurs, l’affectation de ces blocs Ă  ces sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres n’a pas Ă©tĂ© du goĂ»t de certaines puissances occidentales », prĂ©cise encore le journal. Ajoutant que ces derniĂšres « n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  utiliser des moyens peu orthodoxes pour dĂ©stabiliser » le Mali « en jouant probablement au pompier – pyromane ».

    « En tout cas, depuis le lancement des travaux de recherche du pĂ©trole, le nord du Mali n’a plus connu de stabilitĂ© Ă  cause de ce complot international mis en Ɠuvre par des complices, Ă  travers des revendications ethniques » soutient l’Aube, osant enfin dĂ©voiler la vĂ©ritĂ© de cette mascarade au grand jour.

    Mais cela n’est pas tout : le Mali regorgerait Ă©galement de ces trĂšs prĂ©cieuses terres rares, mĂȘme s’il ne s’agit que d’un potentiel, leur exploitation n’ayant pas dĂ©butĂ©.

    En dehors des achats de matĂ©riel militaire qui pourraient s’avĂ©rer fort lucratifs pour les finances de l’Hexagone, rappelons que c’est fort discrĂštement que le 23 et 24 octobre 2014, Jean-Yves Le Drian, ministre de la DĂ©fense de la RĂ©publique française, s’est rendu Ă  Dakar, accompagnĂ© par son homologue espagnol, monsieur Pedro MorenĂ©s Eulate, et ce, avant de se rendre Ă  Bamako. En ligne de mire : le Forum de Dakar sur la paix et la sĂ©curitĂ© en Afrique, avais-je alors suggĂ©rĂ©, supputant Ă©galement qu’il puisse s’agir de contrats pĂ©troliers 


    Quelques recherches sur internet avec les mots clés « Mali » et « Repsol » auront alors conforté mes premiÚres intuitions.

    En effet, selon les termes mĂȘme de Afrimag, pas plus tard qu’en avril 2014, le groupe Ă©nergĂ©tique espagnol Repsol a annoncĂ© avoir gagnĂ© le jackpot Ă  TaoudĂ©ni. TaoudĂ©ni, bassin pĂ©trolier et gazier trĂšs prometteur que je soupçonne depuis fort longtemps – et ce, bien avant le dĂ©clenchement de la guerre au Mali – ĂȘtre Ă  l’origine des tensions qui frappent la rĂ©gion depuis quelques mois.

    Rappelons en effet que le bassin de TaoudĂ©ni est un large bassin couvrant une zone de plus de 500000 km2 sur la partie Sud et Est de la Mauritanie, et se prolongeant vers l’Est jusqu’à une zone similaire dans la partie Ouest du Mali. Offrant ainsi des ressources en matiĂšres premiĂšres qui ne peuvent qu’attirer les appĂ©tits 
.

    Malgré la taille gigantesque du bassin, seulement 6268 km de levés sismiques 2D ont été acquis dans la partie mauritanienne du bassin, et seuls deux puits y ont été forés Abolag-1 (Texaco, 1974) et Ouasa-1 (Agip, 1974).
    En avril 2014, Repsol a ainsi dĂ©clarĂ© via communiquĂ© de presse que des indicateurs « trĂšs probants » attestaient l’existence de quantitĂ©s considĂ©rables de pĂ©trole dans le bassin de TaoudĂ©ni. Ravivant ainsi les espoirs de la Mauritanie de devenir un grand producteur de pĂ©trole. Selon la presse internationale, le groupe espagnol aurait dĂ©cidĂ©, le 18 mars 2014, de proroger ses opĂ©rations de prospection dans le bloc 10 du bassin, cĂŽtĂ© mauritanien.

    Un nouvel espoir, donc, pour Repsol, un temps Ă©chaudĂ© par l’évaluation peu convaincante d’un prĂ©cĂ©dent forage. Le groupe Ă©tait mĂȘme Ă  deux doigts de quitter la Mauritanie, avant la dĂ©couverte de ces nouveaux indices attestant la prĂ©sence de rĂ©serves considĂ©rables de pĂ©trole dans le bloc 10 du bassin de TaoudĂ©ni.

    Alors que nous avions alertĂ© avant mĂȘme le dĂ©but du conflit malien, que le Sahel et ses richesses pĂ©troliĂšres et gaziĂšres pouvaient conduire la rĂ©gion au chaos, situation que certaines puissances mondiales auraient intĂ©rĂȘt Ă  dĂ©velopper, histoire de s’approprier les ressources locales ou au « mieux » Ă©viter qu’elles ne tombent aux mains de leurs concurrents – les faits semblaient nous donner raison Ă  plusieurs reprises. MĂȘlant Ă  la fois le pĂ©trole, les ressources Ă©nergĂ©tiques de l’Afrique 
 et les paradis fiscaux tels que les Ăźles Caymans.

    Un communiquĂ© du Conseil des ministres tenu le 10 juillet 2013 au Mali faisait en effet Ă©tat d’un accord de 35 millions de dollars portant sur le partage de production du bloc 6 de Taoudeni, l’exploitation, le transport et le raffinage des hydrocarbures liquides ou gazeux.

    La convention avec la sociĂ©tĂ© de droit des Iles CaĂŻmans est inscrite « dans le cadre de la promotion de la recherche et de l’exploitation d’hydrocarbure pour favoriser le dĂ©veloppement Ă©conomique du Mali », avaient prĂ©cisĂ© les autoritĂ©s maliennes 


    Ladite convention a Ă©tĂ© approuvĂ©e par un projet de dĂ©cret adoptĂ© par le Conseil des ministres tenu sous la prĂ©sidence du chef de l’Etat par intĂ©rim, le professeur Dioncounda TraorĂ©. Un accord signĂ© quelques jours Ă  peine avant un scrutin majeur pour le pays, l’élection prĂ©sidentielle devant se tenir avant la fin du mois de juillet au Mali 


    Rappelons par ailleurs qu’en fĂ©vrier 2013, des medias algĂ©riens avaient indiquĂ© que Sonatrach avait dĂ©cidĂ© de geler l’ensemble de ses activitĂ©s dans le bassin de Taoudeni. Une dĂ©cision qui intervenait alors qu’en 2012, le groupe Ă©nergĂ©tique algĂ©rien avait pu obtenir une prolongation de deux ans de son contrat d’exploration accordĂ© par le gouvernement malien.

    La presse algĂ©rienne rappelait parallĂšlement que depuis 2007, l’AlgĂ©rie avait du faire face Ă  une rude concurrence avec des compagnies internationales pour la prospection pĂ©troliĂšre dans le bassin de Taoudeni, tel le français Total mais Ă©galement Woodside, Dana, IPG, le chinois CNPCIM, l’espagnol Repsol, l’égyptien Foxoil.

    Si en 2006, le groupe pĂ©trolier ENI avait pu acquĂ©rir cinq licences en partenariat avec la sociĂ©tĂ© publique algĂ©rienne Sonatrach dans la zone, un porte-parole du groupe avait indiquĂ© au dĂ©but 2013 que la sociĂ©tĂ© italienne avait rendu ses licences. Raisons invoquĂ©es par ENI : « le trĂšs faible potentiel de la rĂ©gion ». Tout en prĂ©cisant que les licences avaient Ă©tĂ© rendues avant le dĂ©but de l’opĂ©ration militaire française Serval.

    Reste que la revue Africa Energy Intelligence annonçait quant Ă  elle le 8 janvier 2013, que le 18 dĂ©cembre 2012, soit trois jours aprĂšs sa reconduction au gouvernement, le ministre malien des mines Amadou Baba Sy avait signĂ© un dĂ©cret stipulant la reprise par l’Etat malien du bloc 4 jusqu’alors opĂ©rĂ© par ENI et Sipex (Sonatrach).

    En fĂ©vrier 2011, la presse algĂ©rienne indiquait que le groupe français Total et le groupe Ă©nergĂ©tique national algĂ©rien Sonatrach avaient dans leurs besaces plusieurs projets au Sahel. L’essentiel semblant ĂȘtre pour les deux groupes de « rafler » le plus de projets possibles, au Mali et au Niger.
    Rappelons parallĂšlement qu’en 2012, Ă  trois mois de l’élection prĂ©sidentielle, le gouvernement malien, dĂ©jĂ  confrontĂ© aux enlĂšvements d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) et Ă  la menace d’une crise alimentaire, avait dĂ» faire face Ă  une nouvelle rĂ©bellion touareg puis Ă  un coup d’état. Ces attaques Ă©tant alors les premiĂšres de ce type depuis un accord ayant mis fin Ă  la rĂ©bellion mais Ă©galement depuis le retour de Libye de centaines d’hommes armĂ©s ayant combattu aux cĂŽtĂ©s des forces du leader libyen Mouammar Kadhafi.

    En avril 2011, la secrĂ©taire d’Etat amĂ©ricaine Hillary Clinton s’était prononcĂ©e quant Ă  elle en faveur d’une aide de 25 millions de dollars pour les rebelles libyens. Aide qui n’inclurait pas la fourniture d’armes 
 si l’on en croyait ses propos. Des subsides destinĂ©es Ă  permettre aux rebelles de lutter contre les mercenaires de Kadhafi. Ces derniers Ă©tant en grande partie des milliers de jeunes Touareg, recrutĂ©s pour apporter leur soutien au dirigeant libyen, selon la presse.

    Une situation qui inquiĂ©tait d’ores et dĂ©jĂ  grandement le Mali, lequel redoutait dĂšs cette pĂ©riode des rĂ©percussions dans la rĂ©gion, et plus particuliĂšrement au Sahel, tout juste identifiĂ© – hasard de calendrier ? –comme un nouvel eldorado pĂ©trolier.
    PrĂ©cisons que ces populations nomades originaires du Mali, du Niger, et de l’AlgĂ©rie ont, depuis les annĂ©es 80, trouvĂ© refuge auprĂšs de l’ex dirigeant libyen lui promettant de sĂ©curiser le Sud-Soudan, en Ă©change de sa protection.

    «Nous sommes Ă  plus d’un titre trĂšs inquiets. Ces jeunes sont en train de monter massivement (en Libye). C’est trĂšs dangereux pour nous, que Kadhafi rĂ©siste ou qu’il tombe, il y aura un impact dans notre rĂ©gion », avait ainsi dĂ©clarĂ© Abdou Salam Ag Assalat, prĂ©sident de l’AssemblĂ©e rĂ©gionale de Kidal (Mali). « Tout ça me fait peur, vraiment, car un jour ils vont revenir avec les mĂȘmes armes pour dĂ©stabiliser le Sahel » avait-t-il ajoutĂ©.

    Situation d’autant plus inquiĂ©tante que Mouammar Kadhafi aurait pu ĂȘtre Ă©galement tentĂ© – la manne pĂ©troliĂšre aidant – de recruter auprĂšs des jeunes Touaregs du Mali et du Niger, avais-je alors indiquĂ©.

    A Bamako et Ă  Niamey, des Ă©lus et des responsables politiques craignaient d’ores et dĂ©jĂ  Ă  l’époque que la chute de Kadhafi provoque un reflux massif de rĂ©fugiĂ©s touaregs dans une rĂ©gion du Sahel dĂ©jĂ  trĂšs fragile, une situation qui pourrait conduire Ă  une dĂ©stabilisation de la rĂ©gion 
 redoutaient-ils alors.
    http://www.maliweb.net/la-situation-politique-et-securitaire-au-nord/mali-la-strategie-du-chaos-pour-la-main-mise-de-luranium-du-gaz-et-du-petrole-1119792.html

  92. Le septentrion malien est riche plus que n’importe quel autre pays. Les occidentaux veulent faire de cette partie du Mali leur fief de partage de gĂąteaux. Mais je n’accuse pas tous les pays occidentaux. Je vais m’en prendre Ă  la France, particuliĂšrement. 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  93. Les occidentaux sont les premiers ennemis de l’Afrique. Et pourtant ils sont plus proches de nous. Le nord du Mali est riches en sous-sol. Raison pour laquelle la crise a du mal Ă  connaĂźtre un terme. C’est la France en particulier qui est en train de manigancer le partage des ressources miniĂšres maliennes. 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  94. Je ne connais aucun africain prĂ©cisĂ©ment malien qui se dit satisfait de la gĂ©opolitique et/ou la gĂ©ostratĂ©gie de la France en Afrique. Elle n’a aucune ressource miniĂšre. Elle se nourrit des sangs des innocents africains des guerres qu’elle engendre elle-mĂȘme. Laissez-moi vous dĂ©voilez les secrets de la France, tous ses secrets sur l’Afrique.
    La France joue un double rĂŽle dans toutes ses anciennes colonies. Elle provoque l’incendie et se fait passer pour la secouriste. La France dĂ©tient le continent africain jusqu’au cou. La scĂšne est la suivante : La France est comme la pogne qui presse l’Afrique et se nourrit des sangs des africains ; c’est-Ă -dire que la France est une presse-sangs africains. Je rĂȘve d’avoir aujourd’hui Ă  la tĂȘte de tous les pays francophones d’Afrique des ex-dirigeants et actuels comme : Modibo KeĂŻta du Mali, SĂ©kou TourĂ© de la GuinĂ©e, Kwame Nkrumah du Ghana, Zohra Drift et son Ă©poux de l’AlgĂ©rie, Mouammar Kadhafi de la Libye, Paul KagamĂ© du Rwanda, Rober MugabĂ© de la Zimbabwe, Yahya NdjamĂ© de la Gambie, Mohandas Ghandi de l’Inde, Mohamed Morsi de l’Egypte, El BĂ©chir et Salva kir des deux Soudans, Thomas Sankara du Burkina Faso, j’en passe. La France est le leitmotiv du printemps arabe, de la rĂ©volution libyenne, de la rĂ©bellion ivoirienne, de la rĂ©bellion malienne, de la rĂ©volution Egyptienne du Boko Haram du NigĂ©ria, de la crise centrafricaine, etc.
    La France (Force de Rapatriement des Africain Non Connus par l’Europe) ou encore (Faible Race et Ami opportuniste non NĂ©gligeable Cherchant Ă  Eliminer «FRANCE» l’Afrique). D’ailleurs tous les maux du Mali sont les faits de la France.
    Sarkozy n’a pas cachĂ© les aveux de la France en CĂŽte d’Ivoire : «On a sorti Gbagbo, on a installĂ© Alassane». La France est la CommunautĂ© lĂąche de l’Occident. J’ai appris dans l’histoire que l’Allemagne a infligĂ© une sanglante dĂ©faite Ă  la France, la faible puissance de cette Ă©poque. La France n’est puissante que contre l’Afrique, le continent sauveur de cette faible communautĂ©. Sans l’Afrique il n’existe pas de France. Si seulement je pouvais, j’allais ressusciter le fĂŒhrer allemand de la 1Ăšre guerre mondiale, Adolf Hitler pour qu’il fasse disparaitre la France pour Toujours. J’allais lĂącher les bombes atomiques qu’ont utilisĂ©es les USA contre les villes japonaises, Hiroshima et Nagasaki. J’allais crĂ©er un camp de concentration des français comme l’a fait Hitler avec les juifs. 💡 💡 😆 😆 😆

  95. L’insĂ©curitĂ© s’agrandira toujours au Mali. Et on ne pourra jamais nous en sortir tant qu’elle n’aura pas ce qu’elle cherche cette maudite France. 💡 💡 😈 😈

  96. Vive Sankara
    Vive Modibo KeĂŻta
    Vive Nkrumah
    Vive Sékou Touré
    Vive Zohra Drift
    Vive Lumumba
    Vive l’Afrique
    A bas la France forever
    😆 😆 🙄 🙄 🙄

  97. La France, Allez-vous en de chez nous. Vous ĂȘtes la tĂȘte des maux dont souffrent les maliens aujourd’hui. C’est la France qui finance le Mnla. On est au courant de tout maintenant. 😆 😆 😈 😈

  98. Pour stopper l’hĂ©gĂ©monie de la France, les africains doivent revoir l’idĂ©e de Kadhafi qui consiste Ă  fonder des USA de l’Afrique. A bas la France. 😀 😀 😆 😆

  99. …’ Quant au gisement de Tamaguilelt, il dispose de rĂ©serves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploitĂ© de façon semi-industrielle depuis 1986 et produit en moyenne 15 000 tonnes par an. Ses activitĂ©s ont Ă©tĂ© interrompues pendant la rĂ©bellion.

    En ce qui concerne le calcaire, on trouve des gisements Ă  Goundam (Bad el HĂ©rĂ©) dans le cercle des grands lacs. Ils sont exploitĂ©s pour la production de carreaux et de ciment. On estime les rĂ©serves jusqu’à 122 millions de tonnes reparties dans plusieurs zones.
    Enfin les terres rares sont utilisĂ©es dans les disques durs des ordinateurs et les moteurs Ă©lectriques, dans les ampoules basse consommation, dans les tubes cathodiques, les Ă©oliennes, les panneaux solaires, les piles Ă  combustibles
 Bref, le monde moderne a cruellement besoin des terres rares. Le Mali regorgerait de ces minerais rares…’ …///…

    Avec tout ça, nous Maliens, sommes considĂ©rĂ©s comme ressortissants de pays<>… Notre pays est l’un des plus grands pourvoyeurs de mains d’Ɠuvres migrants Ă  l’Ă©tranger. Consternant…!

  100. …’ Quant au gisement de Tamaguilelt, il dispose de rĂ©serves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploitĂ© de façon semi-industrielle depuis 1986 et produit en moyenne 15 000 tonnes par an. Ses activitĂ©s ont Ă©tĂ© interrompues pendant la rĂ©bellion.

    En ce qui concerne le calcaire, on trouve des gisements Ă  Goundam (Bad el HĂ©rĂ©) dans le cercle des grands lacs. Ils sont exploitĂ©s pour la production de carreaux et de ciment. On estime les rĂ©serves jusqu’à 122 millions de tonnes reparties dans plusieurs zones.
    Enfin les terres rares sont utilisĂ©es dans les disques durs des ordinateurs et les moteurs Ă©lectriques, dans les ampoules basse consommation, dans les tubes cathodiques, les Ă©oliennes, les panneaux solaires, les piles Ă  combustibles
 Bref, le monde moderne a cruellement besoin des terres rares. Le Mali regorgerait de ces minerais rares…’ …///…

    Avec tout ça, nous Maliens, sommes <>… Notre pays est l’un des plus grands pourvoyeurs de mains d’Ɠuvres migrants Ă  l’Ă©tranger. Consternant…!

  101. Pourquoi vous mentez? Nous savons ce qui se passe à Kidal, Aguel Hoc et Tessalit car nous y avons des contacts téléphoniques tous les jours.
    Par ailleurs, l’envoi des bulldozeurs sur la thĂ©Ăątre des opĂ©rations n’a autre but que l’amĂ©nagement du terrain de combat surtout dans la phase dĂ©fensive. Nous ne sommes plus au temps des premiĂšre et seconde guerres mondiales pour utiliser des pelles pioches et des pelles pioches pour faire des tranchĂ©s ou des boyaux de combat. De lĂ  Ă  supputer qu’il s’agit d’exploitation des ressources, c’est pur mensonge. Pourquoi au fort de la crise, les djuhadistes ont conduit les gros engins de terrassement stationnĂ©s Ă  Anatola et Ă  Ansongo? Ne saviez vous pas que leur emploi est tactique en ce qui concerne l’Organisation du Terrain de Combat (OTC)? D’ailleurs pensez vous que le nord Mali est aussi sĂ©curiser pour qu’une entreprise occidentale s’y implante et s’aventure dans son exploitation? Si tel Ă©tait le cas, qu’est ce que les dirigeants du Mali entre 1960 et 2012 ont fait pour l’exploitation des ces ressources rares? A part la mine de phosphate de Tamaguelette qui n’est qu’Ă  une cinquantaine de Km de Tarkint, d’ailleurs aux mains des FAMas et en arriĂšre des positions du GATIA, dont l’auteur de l’article ne connait mĂȘme pas la position gĂ©ographique, quel site a connu une vraie exploration aprĂšs le BRGM basĂ© Ă  Kati et qui Ă©tait la branche de recherche de la SONAREM aux mains des russes d’alors? Informez vous auprĂšs de monsieur Niombi Cissoko, le frĂšre ainĂ© de Django Cisoko qui en fut le dernier directeur. Ne racontez pas de sottises s’il vous plait. L’AUREP auquel l’auteur fait allusion a son siĂšge prĂšs de l’Ă©cole de Medina Coura, vers le Stade Modibo Keita, allez vous y renseigner, ce serait mieux.
    C’est pas ATT qui a mis le feu au poudre en dĂ©clarant qu’il y a du pĂ©trole Ă  Taoudenit? Et depuis, la rĂ©bellion est montĂ©e en puissance. Aussi, c’est bien Khadafi qui nous a amenĂ© dans la merde que nous connaissons aujourd’hui. DĂ©jĂ , des maliens croient en lui pour honnir la France et les pays occidentaux, et que vont penser les rebelles de “l’Azawad” quand Khadafi leur tienne de tels propos sur le territoire sur lequel ils vivent.
    Soyons raisonnés et parlons des choses que nous maitrisons sinon on se fait tourner au ridicule. Vive la FRANCE et Vive François Hollande le sauveur du Mali.

    La RĂ©publique vaincra.

    VIVE LA REPUBLIQUE

  102. Des sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres exploitent depuis deux ans un gisement de terres rares, essentiellement du coltan, entre Aguelhok et Tessalit. L’accĂšs de la mine est interdit aux Maliens et aux expatriĂ©s d’autres nationalitĂ©s embauchĂ©s par ces sociĂ©tĂ©s

    • Prince
      “Des sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres exploitent depuis deux ans un gisement de terres rares, essentiellement du coltan, entre Aguelhok et Tessalit.”

      J’aime bien ton “DES” sociĂ©tĂ©s Ă©trangĂšres…

      C’est possible, je n’en sais rien pour ma part;
      Mais puisque tu es manifestement trÚs bien informé, peux-tu nous dire PRECISEMENT LESQUELLES? 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

      Sachant que le refrain du “pauvre-Mali-gorgĂ©-de-ressources-mais-victime-du-pillage-du-mĂ©chant-occident” 😛 est le refrain favori de tous nos pleurnicheurs de service et de tous nos intellectuels de grin 😛 , il ne se passe pas une semaine sans qu’on lise TOUT et (surtout) N’IMPORTE QUOI, sur ces “fabuleuses ressources” qui font soi-disant de notre pays un ELDORADO faisant baver d’envie le reste de la planĂšte! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      Pour mĂ©moire, notre pĂ©trole COULE A FLOT……….. dans les mĂ©dias et dans les conversations de salon;
      Or, jusqu’Ă  ce jour, si nous savons parfaitement OU se trouve la zone pĂ©trolifĂšre (bassin de Taoudeni), nous ignorons en revanche L’ESSENTIEL, Ă  savoir:

      – COMBIEN de pĂ©trole il y a en rĂ©serve dans le sous-sol. Beaucoup? EnormĂ©ment? TrĂšs peu?…

      – Quelle est la NATURE du brut (Brut naphtĂ©nique? Brut aromatique? Etc) sachant que selon la nature d’un brut, celui-ci peut ĂȘtre rentable, trĂšs rentable, ou………pas du tout!

      – Quelle est la configuration des nappes souterraines? Profondes. TrĂšs profondes? Trop profondes pour ĂȘtre rentables Ă  l’exploitation?

      Bref, en rĂ©sumĂ©: NOUS SAVONS QU’IL Y A DU PETROLE CHEZ NOUS, ET……….RIEN D’AUTRE! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 car TOUTES (!…) les Ă©tudes prĂ©liminaires INDISPENSABLES pour savoir si notre pĂ©trole est exploitable ou non n’ont toujours pas Ă©tĂ© faites! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      Enfin, puisque nous sommes soi-disant SUBMERGES de pĂ©trole et de gaz (qui jusqu’ici ne coule que dans les fantasmes populaires!), et puisque (toujours dans les fantasmes populaires!) le reste de la planĂšte semble PRET A TOUT 🙄 pour exploiter ce mirifique pĂ©trole Malien, comment expliquer que les compagnies Ă©trangĂšres ayant posĂ© un permis de recherche avant l’embrasement de 2012 ont, depuis, rĂ©siliĂ© leur demande? 8) 8) 8) 8)

      PlutĂŽt que rĂȘver tout Ă©veillĂ© Ă  de FANTASTIQUES RESSOURCES QUE LA TERRE ENTIERE VOUDRAIT NOUS PILLER 🙄 , il vaudrait mieux rĂ©flĂ©chir posĂ©ment un milliĂšme de seconde, et se demander:
      Quelle compagnie serait aujourd’hui (et pour la dĂ©cennie Ă  venir, au moins!) suffisamment inconsciente pour mener des travaux de recherche et de prospection (qui coĂ»tent des dizaines de milliards!) dans une zone………. totalement gangrenĂ©e par le terrorisme international, avec risque majeur d’attentats, d’enlĂšvements, d’attaques, etc. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      Je suis dĂ©solĂ©, mais au jour d’aujourd’hui (et jusqu’Ă  preuve du contraire!), nos deux seules ressources TANGIBLES ET BIEN REELLES sont l’or et le coton!

      Les autres, toutes les autres, relĂšvent (pour l’instant) de L’HYPOTHETIQUE, voire parfois de l’IMAGINAIRE!
      Le seul et unique avantage qu’elles offrent (pour l’instant), c’est de nourrir le nombrilisme pathologique de ceux d’entre nous qui considĂšre notre Mali comme le rĂȘve obsessionnel de toutes les puissances!

      Il serait infiniment plus productif pour nous de nous focaliser Ă  fond sur nos ressources actuelles BIEN REELLES (Or et coton), plutĂŽt que nous gargariser sans fin sur des ressources qui n’alimente que les rĂȘves…… mais pas les caisses de l’Ă©tat! 8) 8) 8) 8)

      PS: Ceci dit, “dĂ©velopper” le coton Ă  grand coup de milliards d’engrais frelates, est rarement une bonne mĂ©thode… đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„

  103. De gigantesques machines, des ressources financiĂšres et humaines sont dirigĂ©es vers le nord sans l’onction de l’Etat du Mali: je vous assure que je me suis tout le temp posĂ© la question de savoir les missions de ces buldozer sur le champ de guerre, l'espace vide du stade de 26 mars etait le point de stationnement de ces machines avant leur depart au nord. Est-ce pour le developpement des infrastructures au nord? pour la gĂ©nie millitaire?
    Certainnement des machines qui n'ont rien avoir avec le conlit.
    Mais une chose est clair, c'est que l'intélligence est la chose la mieux partagée. Qu'ils (comploteurs) sachent que les maliens sont un peuple inégal sur cette planÚte, ils t'observe dans tes manoeuvres, quand tu pense que tu as fini c'est en ce moment qu'ils commencent les leurs. Et rien ne peut les arreter.

Comments are closed.