Nord du Mali : La CMA provoque jusque dans le Gourma

8

Tellement que la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) se sent pousser des ailes qu’elle décide de promener ses troupes dans le Gourma. Cette zone située plus au sud par rapport à Kidal, le fief des irrédentistes Touaregs, est un espace vital dans le viseur de tous les groupes armés qui se baladent dans le nord et le centre du pays. Mais la décision de la CMA semble résultée de la complaisance de la transition de Bah N’daw qui croit faire une bonne action en laissant les mains libres aux indépendantistes.

Si la décision que vient de prendre la CMA prospère, les chances d’aller vers une paix durable seront réduites à néant. Comment peut-on comprendre que dans un processus de paix sous le contrôle des Nations-Unies, un groupe armé ait la possibilité de créer une zone militaire dans l’intention de nuire aux efforts de stabilisation du pays ? La CMA vient de prouver sa propension à rendre la vie encore plus difficile aux populations maliennes, plus précisément celles du nord.

Elle prétend agir pour la sécurité de la population meurtrie de la zone du Gourma, une localité bien loin de Kidal.

Les responsables du mouvement ont fait exprès de communiquer pour provoquer les gens, en choisissant les mots qui fâchent, juste dans le but d’attirer l’attention sur eux. Comme d’habitude, la volonté des communicants de la CMA est de monnayer leurs provocations.

Une fois de plus, la CMA affiche sa mauvaise foi dans le processus de paix. Il n’y avait aucunement la nécessité de créer une zone militaire. En réalité, les forces maliennes, les soldats français et les autres groupes armés ont formellement engagé une sécurisation du Gourma ensemble. Que peut-on faire de mieux que cela pour montrer à la CMA que l’objectif est de travailler pour la stabilité du pays.

On voit que tout ce qui intéresse la CMA est de saboter les efforts de paix, même si beaucoup de ses responsables font partie du gouvernement de transition. Les autorités actuelles font tout pour appliquer certaines parties de l’accord d’Alger contre la volonté de la majorité de la population. La CMA au lieu d’être reconnaissante, met le pied dans le plat en sortant avec un communiqué qui divise davantage les ressortissants du nord qui ne veulent pas tous de l’accord de paix dans son état actuel. Le risque est de pousser le reste de la population malienne à s’opposer à toute tentative de promotion de l’accord.

ND

Source : L’Alerte

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Les Maliens doivent se mobiliser contre la CMA, comme il l’ont fait contre le Président IBK, contre la révision constitutionnelle, contre l’éduction sexuelle complète à l’école.
    Le peuple a le devoir de se dresser contre ce qui menace sa quiétude, sa cohésion, son avenir. Or il est évident que depuis au moins 8 ans la CMA et son ancêtre MNLA est la principale cause de la déstabilisation du pays, encouragée dans cette œuvre par ses parrains et soutiens cachés et visibles.
    La réponse militaire étant impossible, le rejet populaire de ce groupuscule militaro-mafieux peut-être la solution pour débarrasser le Mali définitivement de ce fléau.
    Ce qu’il se passe est inacceptable. Un groupuscule minoritaire, issue d’une minorité, qui violente la Nation, prend le pays en otage, prétend parler au nom des populations sans aucun mandat de leur part.
    Il est grand temps que les Maliens remontent sur les remparts, reprennent leurs destins en main.

  2. Restons ensemble en toute cohésion et évitons de soulever des suspicions (cas de la zone de Défense et Sécurité dont parle la CMA) qui impactent négativement sur la confiance entre acteurs et propagent des mauvais clichés de tentative de partition du Mali.

    Bonjour,

    Des poputions diverses vivaient dans le gourma et d’autres les ont rejointes (tamashecks, peulhs, …).

    Les terroristes et les djihadistes s’intègrent à la population en ville tout comme dans la brousse, c’est pourquoi, avant toute action militaire, il convient de bien qualifier et authentifier la cible au risque que les effets de bord soient Importants.

    Il faut donc assurer que les populations qui habitent à tel ou tel endroit ne soient pas terroristes et n’intègrent pas des terroristes.

    Ce qui est plus difficile que d’agir et d’occasionner des effets de bord.

    Nous devons, donc, faire ce travail minutieux d’identification et de qualification de la cible.

    Les systèmes automatiques nous aideront à cela mais auront du mal à faire la différence entre les individus qui ont les mêmes caractéristiques, par exemple certaines personnes s’habillent de la même façon en f r équentant des terroristes sans être terroristes. Des fois, ils ne le savent même pas. Des fois, ils partagent le même plat mais ils ne savent pas que certains sont terroristes.

    Faisons, donc, attention pour l’authentification des cibles. Dans un mariage ou une fête, difficile de différencier les gens.

    Il serait donc judicieux, comme je l’avais indiqué dans ma proposition de stratégie inclusive de lutte contre le terrorisme, d’intégrer les citoyens et les communautés pour une riposte efficace contre le terrorisme. Ils aideront à authentifier et à indexer ceux d’entre eux qui sont terroristes.

    Mais, attention, certains pourront tenter de se venger contre d’autres ou les calomnier.

    Si certains citoyens ont quitté d’autres endroits pour se réfugier dans le gourma, nous devons, ainsi que les autochtones du gourma, les protéger en trouvant un système d’identification précise des terroristes et des Djihadistes.

    La CMA peut aider pour cette identification en liaison avec les FAMAs, la plateforme et les forces partenaires.

    En occupant toute ou une partie d’une zone du gourma sans les autres forces, tout se passe comme si elle veut protéger les terroristes et les djihadistes.

    Ayant les mêmes objectifs de sécurisation des populations et de leurs biens, pour éloigner les suspicions, il faut travailler conjointement avec les autres forces (FAMA, plateforme, G5 Sahel, Barkhane et Minusma) ET avec les populations du gourma.

    La CMA doit s’approcher des autres forces pour des patrouilles et missions conjointes.

    Pourquoi, ne pas s’associer à l’opération éclipse qui a lieu aussi dans le gourma et qui associe les FAMAs, Barkhane et G5 Sahel.

    L’opération Éclipse doit aussi s’ouvrir aux groupes armés Maliens et d’auto-défense Maliens qui avaient signé l’accord de paix.

    Restons dans le cadre de l’accord de paix tout en mettant en avant le bien-être des Maliens et la légitimité militaire (souveraineté nationale).

    La CMA doit éviter de faire cavalier seule et doit éviter tout ce qui peut heurter et s’apparenter à la violation de l’accord de paix.

    Le CSA doit faire une mise au point et un rappel pour tous.

    Restons ensemble en toute cohésion et évitons de soulever des suspicions (cas de la zone de défense et Sécurité dont parle la CMA) qui impactent négativement sur la confiance entre acteurs et propagent des mauvais clichés de tentative de partition du Mali.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 78731461

    • Restons ensemble en toute cohésion et évitons de soulever des suspicions (cas de la zone de Défense et Sécurité dont parle la CMA) qui impactent négativement sur la confiance entre acteurs et propagent des mauvais clichés de tentative de partition du Mali.

      Bonjour,

      Des poputions diverses vivaient dans le gourma et d’autres les ont rejointes (tamashecks, peulhs, …).

      Les terroristes et les djihadistes s’intègrent à la population en ville tout comme dans la brousse, c’est pourquoi, avant toute action militaire, il convient de bien qualifier et authentifier la cible au risque que les effets de bord soient Importants.

      Il faut donc assurer que les populations qui habitent à tel ou tel endroit ne soient pas terroristes et n’intègrent pas des terroristes.

      Ce qui est plus difficile que d’agir et d’occasionner des effets de bord.

      Nous devons, donc, faire ce travail minutieux d’identification et de qualification de la cible.

      Les systèmes automatiques nous aideront à cela mais auront du mal à faire la différence entre les individus qui ont les mêmes caractéristiques, par exemple certaines personnes s’habillent de la même façon en f r équentant des terroristes sans être terroristes. Des fois, ils ne le savent même pas. Des fois, ils partagent le même plat mais ils ne savent pas que certains sont terroristes.

      Faisons, donc, attention pour l’authentification des cibles. Dans un mariage ou une fête, difficile de différencier les gens.

      Il serait donc judicieux, comme je l’avais indiqué dans ma proposition de stratégie inclusive de lutte contre le terrorisme, d’intégrer les citoyens et les communautés pour une riposte efficace contre le terrorisme. Ils aideront à authentifier et à indexer ceux d’entre eux qui sont terroristes.

      Mais, attention, certains pourront tenter de se venger contre d’autres ou les calomnier.

      Si certains citoyens ont quitté d’autres endroits pour se réfugier dans le gourma, nous devons, ainsi que les autochtones du gourma, les protéger en trouvant un système d’identification précise des terroristes et des Djihadistes.

      La CMA peut aider pour cette identification en liaison avec les FAMAs, la plateforme et les forces partenaires.

      En occupant toute ou une partie d’une zone du gourma sans les autres forces, tout se passe comme si elle veut protéger les terroristes et les djihadistes.

      Ayant les mêmes objectifs de sécurisation des populations et de leurs biens, pour éloigner les suspicions, il faut travailler conjointement avec les autres forces (FAMA, plateforme, G5 Sahel, Barkhane et Minusma) ET avec les populations du gourma.

      La CMA doit s’approcher des autres forces pour des patrouilles et missions conjointes.

      Pourquoi, ne pas s’associer à l’opération éclipse qui a lieu aussi dans le gourma et qui associe les FAMAs, Barkhane et G5 Sahel.

      L’opération Éclipse doit aussi s’ouvrir aux groupes armés Maliens et d’auto-défense Maliens qui avaient signé l’accord de paix.

      Restons dans le cadre de l’accord de paix tout en mettant en avant le bien-être des Maliens et la légitimité militaire (souveraineté nationale).

      La CMA doit éviter de faire cavalier seule et doit éviter tout ce qui peut heurter et s’apparenter à la violation de l’accord de paix.

      Le CSA doit faire une mise au point et un rappel pour tous en n’oubliant pas des SANCTIONS à infliger à la CMA (par application du pacte pour la paix).

      Restons ensemble en toute cohésion et évitons de soulever des suspicions (cas de la zone de défense et Sécurité dont parle la CMA) qui impactent négativement sur la confiance entre acteurs et propagent des mauvais clichés de tentative de partition du Mali.

      Bien cordialement
      Dr Anasser Ag Rhissa
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL 78731461

  3. La nature a horreur du vide. L’armée Nationale du Mali a été trahie par ses différentes hiérarchies…. A la place on a créé une armée DCI pour faire plaisir à la France….
    Les FAMA sont constituées d’officiers félons, businessman des gens sans dents face aux redoutables touaregs aguerris au combat….
    Il nous faut une armée de Libération nationale…..

  4. Nous sommes dans une guerre de communication. l’État Malien doit oeuvrer dans le même sens. Nous devons leur dénoncer eux et leurs complices ( la France)

  5. Les droits de l’homme au Mali doit conseiller la CMA de cesser la provocation avant que le colonel répondra de leur provocation la tolérance est fini .

  6. Les touareg ifogas sont les enfants gâtés de la République, quand on donne tout à un enfant gâté, il excelle en jaugeant son degré d’amour envers le père, c’est cet exercice dont nous faisons actuellement face. Ce qui reste certain quand on gâte son enfant, il connait les limites du papa et il essai d’aller plus fort.
    Lorsqu’on laisse un ennemi vous donnez un coup de gifle, il va plus fort en essayant de vous faire tomber à terre et si vous en réagissez pas, il essai cette fois-ci de vous trainer à terre; c’est ce qui se passe actuellement entre les touareg séparatistes et le régime de Bamako, nous verrons comment Alger agirait face à ce comportement des sécessionnistes touareg de la CMA.
    Il faut punir et punir très fortement ces bandits touareg de grand chemin sinon nous irons d’indiscipline à indiscipline jusqu’à l’enterrement de cet accord inapplicable. Il faut rapidement corriger ces touareg pour le bonheur du Mali

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here