Reprises des travaux du CSA hier : La Compis 15 divise toujours

1

Quelle place pour la Compis ? La question divise, les signataires de l’accord et le gouvernement. Hier, des divergences étaient apparues à nouveau avec la menace de boycott.

Très attendus pour baliser le terrain après les menaces des signataires de l’accord d’Alger, les travaux du comité de suivi ont été vite interrompus. Cette suspension a été observée juste après la cérémonie d’ouverture au Centre international de conférence de Bamako. C’est à la demande de deux principaux mouvements signatures ; à savoir : la Coordination et la Plateforme qui n’ont jusque-là pas accepté la présence de Compis-15.

Pour un porte-parole des deux structures qui nous a contacté, ce boycott se justifie par le fait que le gouvernement et la médiation ne semblent pas comprendre leurs doléances. Notre interlocuteur se dit outré de voir la salle de conférence du CSA envahie par des intrus, ce qui, selon lui, pose même un problème de sécurité.

Mécontents de cette situation, les délégués de deux mouvements se sont retranchés dans leurs hôtels. Et du coup, ils posent comme préalable, la gestion rapide de cette question au risque d’abandonner les travaux du CSA avant 14 h. Une position radicale qui a  provoqué une vive inquiétude du chef du gouvernement qui a tenté de ramener rapidement le calme. Il a fallu attendre jusque 15 h pour voir les travaux reprendre de nouveau mais avec la menace de claquer la porte qui pèse toujours. Logiquement, la CMA et la Plateforme sont contre l’existence d’une quatrième partie désignée Compis-15. A suivre.

A .M. C.

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Qu'ils aient au diable ces gens là nous fatigue ils ont la mauvaise volonté de cet accord donc ils cherchent toujours à faire des zizanies les représentants de la Compis 15 ne sont pas des nordistes comme eux honte à vous vraiment espèce de vagabonds et traitre à la fois

Comments are closed.