Terrorisme : Aqmi et Belmokhtar même combat

1

Avec l’alliance entre Aqmi et Belmokhtar du groupe Al-Mourabitoune, c’est bien l’Etat islamique qui se renforce dans le Sahel. Le message véhiculé en fin de semaine dans une  vidéo sonne comme une alerte et confirme la connexion entre les groupes terroristes Boko Haram, Shebab, Ançar Eddine et autres.

 

Au moment où on croyait à des dissensions au sein des groupes terroristes dans le Sahel, une récente vidéo montre l’alliance entre Aqmi et Belmokhtar. Ces deux mouvements terroristes saluent les attentats de Paris et l’attaque de l’hôtel Radisson à Bamako. En plus des pays engagés dans la lutte contre le terrorisme, Aqmi et Belmokhtar forme une alliance contre “la France croisée”.

Si du côté des Occidentaux, cette vidéo a été prise au sérieux, les pays du Sahel et autres qui font face à la menace terrorisme observent un silence de cimetière comme à l’accoutumée. Pourtant, en officialisant son ralliement au groupe Al-Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar (auteur de l’attaque de Radisson), le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) montre aussi son degré de nuisance et sa forte présence dans le Sahel ce, malgré l’intervention française.

Le message audio diffusé vendredi sur plusieurs sites jihadistes et repris par d’autres medias apparait clair : c’est bien l’Algérien Abdelmalek Droukdel qui  annonce, dit-il, à “la nation musulmane le ralliement des lions d’Al-Mourabitoune à l’organisation Aqmi pour faire alliance contre la France croisée”.

Plus loin, Droukdel précise que cette nouvelle alliance des jihadistes des deux groupes s’est concrétisée suite à l’attaque de l’hôtel Radisson. Et pour créditer cette thèse, un porte-parole d’Al-Mourabitoune, Abu Dujana al-Qasimi, a réitéré la main de son organisation derrière l’attentat.

Pour ce qui est de la France, le chef de l’Aqmi adopte le ton revanchard : les attentats de Paris, revendiqués par le groupe Etat islamique, étaient, selon lui, le prix à payer pour les “crimes commis par ses gouvernements (successifs) et son armée”.

 

La main de l’Etat islamique

Faits inédits, après ans de trois ans de distances, Mokhtar Belmokhtar retrouve ses anciens alliés d’Aqmi. Plus qu’un affront, l’homme dont la tête a été mise à prix par Washington pour 5 millions de dollars, échappe aux autorités depuis plus de 20 ans. Pis, il avait  été annoncé mort à plusieurs reprises par les Etats-Unis d’Amérique en Libye.

Très influent durant l’occupant terroriste dans le Nord du Mali, Belmokhtar dit Cheikh Borgne a été vu à maintes reprises dans la ville de Tombouctou. Ainsi, il a pu lier des pactes avec notamment des communautés dans le grand désert et fait acte de bienfaisance à certains endroits. Une manière de se faire accepter. Selon des sources concordantes, l’homme qui était resté longtemps dans la ville de Tombouctou l’a quitté quelques jours avant l’intervention française.

Avant la vidéo de la semaine dernière, le mouvement Al-Mourabitoune avait annoncé son allégeance au “calife” des musulmans Abou Bakr al-Baghdadi le chef de Daesh. Et du coup, il avait appelé tous les groupes jihadistes à prêter allégeance à ce “calife” pour unir la voix des musulmans et serrer leurs rangs face aux ennemis de la religion.

Même si ce message d’unité est remis en doute par certains observateurs dont la directrice de l’organisme américain de surveillance islamiste SITE (Search for International Terrorist Entities), il y a des signes qui ne trompent. Une grande partie du groupe Al-Mourabitoune a fait allégeance à l’Etat islamique (EI). En plus de ce mouvement, Boko Haram du Nigeria avait fait allégeance à l’Etat islamique.

L’identification des deux assaillants de l’attaque de Radisson (ils sont des Somaliens) confirme une certaine unité d’action au sien des groupes terroristes. Et même l’information des groupes d’Afrique, le Shebab en Somalie, Boko Haram au Nigeria, Al-Mourabitoune dans le Sahel et Ançar Eddine d’Iyad Ag Ghaly et le Front de libération du Macina d’Amadou Koufa.

Alpha Mahamane Cissé

PARTAGER

Comments are closed.