Budget d’état : L’Assemblée Nationale adopte la loi de finances

0

Les députés de l’assemblée nationale du Mali ont adopté la 2ème partie de la Loi de Finances pour l’exercice budgétaire 2020 consacrée aux dépenses, ce jeudi dans la soirée après avoir adopté la première partie le Jeudi 5 Décembre 2019 consacrée aux recettes.

Présentée par la ministre déléguée Chargé du Budget Mme BARRY Aoua SYLLA, la loi de finances 2020 présente comme prévisions de recettes budgétaires  2 181,828 milliards de FCFA contre 2 054,674 milliards de FCFA dans le budget d’Etat rectifié 2019, soit une augmentation de 127,154 milliards de FCFA. Les recettes fiscales nettes s’élèvent à 1 730,700 milliards de FCFA

Les dépenses du budget général pour l’année 2020 s’élèvent à 2 472,348 milliards de FCFA dont 1 500,849 milliards de FCFA au titre des dépenses ordinaires et 971,499 milliards de FCFA au titre des dépenses en capital. Elles sont en progression de 9,34% par rapport à celles rectifiées de 2019.

Les orientations de la politique budgétaire en 2020 tiennent compte du cadrage macro-économique, des engagements pris par l’Etat et les grandes masses du budget qui sont projetées sur la base des principaux agrégats macroéconomiques.

Par ailleurs, l’année 2020 marque la troisième année de préparation et d’exécution du budget d’Etat en mode programmes et met l’accent sur les questions d’efficacité et d’efficience des allocations budgétaires, leurs liens avec les objectifs de politiques publiques et la consolidation des acquis des années antérieures.

En matière de dépense, l’exécution du budget d’état 2020 mettra un accent particulier sur :

  • L’amélioration des conditions de vie des travailleurs (9,352 milliards de FCFA liés à l’augmentation de l’âge de départ à la retraite, 8,894 milliards de FCFA pour la majoration de l’indemnité de responsabilité des enseignants) ;
  • L’opérationnalisation des nouveaux services publics (entre autres : deux nouvelles Régions administratives de Bandiagara et de Douentza , le Centre de médecine du sport , la Direction nationale des PME/PMI… ) ;
  • Le Renforcement de la défense et de la sécurité (augmentation des inscriptions budgétaires en faveur du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants de 12,219 milliards de FCFA par rapport à  2019, mise en œuvre  de la Loi n°2017-029 du 14 juillet 2017 portant Loi de Programmation relative à la Sécurité Intérieure (LPSI) 2017-2021 ;
  • Le Renforcement du système judiciaire (mise en œuvre de la loi de programmation pour le secteur de la justice 2020-2024) ;
  • La Contribution budgétaire à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger ;
  • L’Amélioration de la déconcentration et de la décentralisation budgétaire ;
  • Le maintien du ratio de 15% des dépenses budgétaires allouées au secteur de l’Agriculture;
  • L’exécution des Dépenses prioritaires constituées de 90% des inscriptions en faveur des secteurs sociaux, notamment l’éducation et la santé, hors financement extérieur et dépenses de sécurité sociale (561 milliards de FCFA).

Le  budget d’Etat 2020 présente un déficit budgétaire global de 422,740 milliards de FCFA qui sera financé par les ressources provenant des aides budgétaires extérieures et la mobilisation de l’épargne à travers les titres d’emprunts émis par le Trésor Public.

En 2020 parmi les critères de convergence de l’UEMOA, le Mali respectera trois (03) sur cinq (05) en 2020 à savoir les trois (03) critères de premier rang :

(i) le ratio du solde budgétaire global, dons inclus en pourcentage du PIB,

(ii) le taux d’inflation et

(iii) l’encours de la dette publique rapporté au PIB.

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here