Emploi et formation professionnelle : Une conférence en vue pour mettre la diaspora à contribution

0

Le secrétaire général du département de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa Guindo, et celui des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, Dr Tangara Néma Guindo, ont co-animé, mardi dernier, un point-presse sur l’organisation de la conférence de haut niveau pour la mobilisation des compétences de la diaspora pour l’emploi au Mali. Ladite rencontre est prévue les 15 et 16 février 2021. Dans la salle de conférence du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Le Gouvernement du Mali, à travers les ministères de l’Emploi et de la Formation professionnelle ; des Maliens de l’extérieur et celui de l’Intégration africaine, et le Système des Nations Unies ont conjointement organisé, du 15 au 16 février, une  conférence  de haut niveau  pour  la mobilisation des compétences de la diaspora malienne pour l’emploi au Mali.

Selon les statistiques, le nombre de Maliens vivant à l’étranger est estimé à 6 millions de personnes, dont plus des 2/3 résident en Afrique. La migration est pour le Mali à la fois une opportunité et un défi.

Aussi, la Banque mondiale a estimé dans son étude sur les migrations et le développement en Afrique que le Mali occupe la 10ème place dans le classement des pays africains qui ont reçu le plus d’argent de leur diaspora en 2017.

C’est dans ce cadre que les autorités maliennes ont choisi comme thème  de cette conférence : « Mobilisation des compétences de la diaspora pour l’emploi au Mali ».

Devant les hommes de médias, la Secrétaire générale du ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, Dr Tangara Néma Guindo, a rappelé que la migration est l’une des trames importantes de la population malienne, depuis le temps des grands empires. Elle est aussi considérée comme une stratégie de lutte contre la pauvreté et un facteur  d’enrichissement culturel. Aujourd’hui, dira-t-elle, elle est devenue l’un des défis majeurs  pour tous les Etats.

« Ainsi, le contexte actuel est caractérisé par le nombre de drame de la migration irrégulière par des morts par milliers, annuellement, sur les routes migratoires, un cas de traumatisme et de violation des droits de l’Homme. Cette situation nécessite la prise en charge sociale importante  de l’Etat et de ses partenaires en faveur de nos jeunes candidats.D’où l’initiative du programme de mobiliser les compétences  de la diaspora pour l’employabilité de nos jeunes », a indiqué la secrétaire générale.

Elle dira aussi que le rôle de la diaspora malienne dans le processus de développement du Mali n’est plus à démontrer, avec  son apport qui se présente sous deux principales formes: l’apport financier, l’apport technique et même intellectuel.

« Pour ce programme précis,  nous nous intéresserons  au second volet, qui est  l’apport technique et intellectuel de la diaspora. Il convient de signaler que nous allons nous inspirer  de la  réussite du programme Tockten qui est en cours depuis 1998.Le nouveau programme prévu sur une durée de cinq (5) ans est une initiative innovante à impact rapide  pour  le transfert de la compétence  et d’expertise de la diaspora  dans tous les domaines pour répondre aux besoins de  formation  et l’employabilité des jeunes », a-t-elle déclaré.

Pour terminer, elle dira que cette conférence de haut niveau vise à l’amélioration  de la contribution de la diaspora au développement du Mali à travers l’employabilité dans les secteurs prioritaires retenus.

Adama TRAORÉ

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here