Le PDG du Millenium Challenge Corporation (MCC) à Bamako et Ségou : “Je suis satisfait du niveau de réalisation des projets de développement au Mali”

0

Du 12 au 15 octobre, le Président Directeur Général du Millennium Challenge Corporation (MCC) Daniel Yohannes, a effectué une visite au Mali afin d’évaluer les réalisations accomplies dans le cadre de la convention existant entre les Etats Unis d’Amérique et le Mali. Celle-ci vise à réduire la pauvreté par la croissance économique en augmentant la production et la productivité agricoles des petites et moyennes entreprises agricole, tout en favorisant l’accès du Mali aux marchés et opportunités commerciales. Après avoir visité les travaux de modernisation et d’extension de l’aéroport international de Bamako Ségou et de l’Office du Niger, avant de rencontrer le Conseil du Patronat du Mali, le PDG du MCC a soutenu qu’il est "satisfait du niveau de réalisation des projets de développement au Mali" dans le cadre de la convention qui lie son pays au nôtre. Aussi, il a invité tous les acteurs intervenant dans le cadre de cette convention à dégager une synergie d’actions pour l’atteinte des objectifs d’ici à la fin du programme prévu dans onze mois.

Le gouvernement du Mali a signé avec les Etats-Unis d’Amérique, à travers le Millennium Challenge Corporation (MCC) une convention, le 13 novembre 2006, pour un montant de 460,8 millions de dollars US, soit 244,8 milliards de FCFA pour une durée de 5 ans allant de septembre 2007 à septembre 1012. Cette convention vise à réduire la pauvreté par la croissance économique en augmentant la production et la productivité agricole  des petites et moyennes entreprises agricole tout en favorisant l’accès du Mali aux marchés et opportunités commerciales.

 Ainsi, le programme MCC au Mali est piloté par une unité d’exécution dénommée le Millennium Challenge Account (MCA-Mali) qui conduit le projet de modernisation et d’extension de l’aéroport international de Bamako Sénou pour un montant de 21 100 919 347 FCFA et celui d’irrigation d’Alatona pour 122,3 milliards de FCFA. Afin de s’imprégner du niveau de réalisation des travaux, le PDG du  Millennium Challenge Corporation (MCC) Daniel Yohannes, a effectué une visite de terrain, du 12 au 15 octobre, qui l’a conduit sur les chantiers de modernisation et d’extension de l’aéroport international de Bamako-Sénou, ainsi que sur les périmètres irrigués de l’Office du Niger à Ségou. Aussi, avant de rencontrer le président de la République, Amadou Toumani Touré, pour un tête-à-tête, le patron du MCC a eu une séance de travail avec le Conseil du Patronat du Mali (CNPM).

La première étape de la visite de Daniel Yohannes a été l’aéroport international de Bamako-Sénou, le 12 octobre. Il a visité cette infrastructure  en compagnie du président de la République,  Amadou Toumani Touré.

Faire de Bamako-Sénou, un aéroport intercontinental

Pour la modernisation et l’extension de cet aéroport, le projet comprend trois activités interdépendantes dont chacune joue un rôle fondamental dans le développement socio-économique. Il s’agit de la construction du nouveau terminal passagers et infrastructures associées, de l’allongement de 500 mètres et de la réhabilitation de la piste existante avec des travaux associés et, enfin, du renforcement institutionnel des structures bénéficiaires tel que : ANAC, ADM et DNACPN.

Pour les travaux côté piste, le montant alloué est de 21 100 919 347 FCFA. La somme de 71 619 US  est prévue pour les travaux côté ville et  651 500 488 FCFA sont  destinés  aux  travaux de construction  bâtiment, entretien et démolition de diverses infrastructures. Dans le cadre du renforcement institutionnel, 43 545 000 FCFA seront investis dans l’identification des besoins de renforcement et 588 261 US dans la mise en œuvre du renforcement en question. Sur place, les travaux avancent à grand pas. Pour le PDG de MCC, Daniel Yohannes, "les priorités sont très claires et elles ont pour noms le développement économique du Mali". Pour le patron du MCC "investir dans l’aéroport est décisif surtout pour un pays enclavé comme le Mali". L’objectif est de faire du Mali, une destination prisée grâce à "un aéroport intercontinental" comme le souhaite le président de la République, Amadou Toumani Touré. 

Alatona, un véritable projet de développement intégré

La deuxième étape de la  visite de terrain du PDG du MCC au Mali fut celle de l’Office du Niger, du 13 au 14 octobre  dans la région de Ségou. Etaient présents  à cette cérémonie, outre le ministre Secrétaire général de la présidence de la République, Baba Berthé, le ministre chargé du développement intégré de la zone Office du Niger, Abou Sow, celui du développement social, Harouna Cissé, de l’environnement, Tiémoko Traoré, le PDG de l’Office du Niger, Amadou Boye Coulibaly, ainsi que plusieurs cadres  et  experts évoluant dans le domaine de l’agriculture. Le projet d’irrigation d’Alatona est l’une des composantes de la convention entre le Mali et les USA à travers le MCC. Pour un montant global de 122, 3 milliards de FCFA, les activités du projet comprennent la construction de 81 km de route entre Niono, ville considérée comme le poumon de l’Office du Niger et Gomacoura, la construction du canal principal du périmètre d’Alatona avec régulateurs, des canaux secondaires, tertiaires, drains principaux, secondaires, tertiaires et ouvrages hydromécaniques, le planage de 12 000 ha sur lesquels  5200 ha seront aménagés dans le cadre de la première tranche.

Le  projet d’Alatona comprend  également la réhabilitation du système hydrauliques principal de l’Office du Niger (canal adducteur, canal du Sahel, le 1er Fala et 2ème bief de Molodo) l’entretien et la réhabilitation des ouvrages hydromécaniques régulateurs des points A et B du système hydraulique principal de l’Office du Niger, ainsi que la mise en place d’un système de télémétrie à contrôle automatique du niveau et débit d’eau dans le réseau principal de l’Office du Niger. S’y ajoutent  les activités foncières avec à la clé des titres fonciers pour les producteurs, l’amélioration des services agricoles avec l’introduction des nouvelles techniques agricoles, l’accès au crédit. D’autres activités concernent la communauté des producteurs. Elles s’articulent autour de la réinstallation d’environ 800 familles, la construction d’équipements collectifs pour environ 60 000 habitants (centres de santé, écoles, magasins, marchés  et  forages). Bref, rien n’a été oublié dans le cadre de la nouvelle politique du président de la République, Amadou Toumani Touré, à savoir le développement intégré de la zone Office du Niger. De quoi réjouir les populations des villages concernés, considérés aujourd’hui comme des élus de Dieu, ainsi que  le premier responsable de ce département ministériel, Abou Sow, qui a soutenu que le MCC vient de réaliser un projet initial datant de 1930 qui a longtemps souffert du manque de moyens financiers. Pour lui, grâce au MCC, la problématique de l’eau est en passe d’être résolue en zone Office du Niger avec le nettoyage du canal adducteur du réseau principal. Ce qui permettra à l’Office du Niger de pouvoir poursuivre la politique d’aménagement des terres afin de réduire durablement la pauvreté à travers la souveraineté alimentaire.

Intensifier le partenariat public-privé

 Avec le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) le PDG du MCC a eu une séance d’échange, le samedi 15 octobre, au siège du Conseil sis à l’ACI 2000. Au cours cette rencontre avec les opérateurs économiques maliens, il a été question de donner une place de choix aux initiatives privées afin d’intensifier le partenariat public-privé. Pour le PDG de MCC, Daniel Yohannes, "c’est le secteur privé qui peut déclencher le développement économique durable avec un environnement sain à même de garantir les investissements".

Le troisième vice-président du CNPM, Moussa Alassane Diallo, par ailleurs PDG de la Banque nationale de développement agricole (BNDA) et président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Mali (APBEF) un des acteurs clés de l’élaboration des notes d’orientation pour la mise en œuvre du MCA-Mali, a invité les intervenants du projet  surtout  d’Alatona à prendre davantage en compte l’entrepreneuriat agricole avec l’introduction de la mécanisation, la couverture financière des besoins des producteurs, la commercialisation afin de faire à la fois des besoins du paysan, un acteur du champ et du marché. D’autres propositions faites ont concerné la création de la mutuelle agricole pour la prévoyance sociale et l’ouverture du projet au secteur minier. En réponse aux préoccupations des opérateurs économiques maliens, le PDG de MCC a invité les uns et les autres à saisir les opportunités afin d’intensifier le partenariat public-privé pour un développement durable au Mali.

Tirant le bilan de la visite du PDG de MCC au Mali, le Secrétaire général de la présidence Baba Berthé, qui était le représentant du président de la République ATT aux différentes visites de terrain, a salué le travail formidable des intervenants dans le projet.  Avant de lancer un appel à tous, y compris les bénéficiaires, afin de dégager une synergie d’action pour l’entretien et la sauvegarde des réalisations. Même son de cloche pour le premier responsable du MCA-Mali, Mme Néné Traoré.

En conclusion, le PDG de MCC, Daniel Yohannes, a indiqué que les travaux en cours permettront de "mettre le Mali sur le chemin du développement durable et cela grâce au leadership du président de la République, Amadou Toumani Touré".     

 

Alassane  DIARRA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER