Kassav’ : 8 mois de prison avec sursis pour un membre emblématique du groupe zouk

1

Le groupe Kassav a célébré ses 40 ans d’existence durant l’année 2019. Malheureusement, le concert planifié en cette occasion n’a pas été organisé dans les règles de l’art…

Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…

Ils ont donné au zouk une résonnance mondiale et ont fêté ça, comme il se doit, en 2019. Pour cause, cette année-là, le groupe Kassav’ célébrait son 40e anniversaire. Jocelyne Béroard, Georges Décimus, Jean-Philippe Marthély et Jean-Claude Naimro étaient donc montés sur scène, dans la commune de Baie-Mahault, sur l’île de Basse-Terre en Guadeloupe, pour mettre le feu avec leurs tubes les plus célèbres, Ou lé ou encore Zouk-La-Se Sel Medikaman Nou Ni. Mais trois ans plus tard, de sérieux problèmes juridiques entourent cette fameuse performance.

Coup dur pour les membres du groupe Kassav’, qui a déjà pleuré la perte de Jacob Desvarieux, en 2021. Le concert de leurs 40 ans de carrière avait été subventionné en partie par l’instance régionale du tourisme de Guadeloupe. Deux hommes ont été mis en cause dans le cadre d’une enquête sur les conditions financières de l’organisation de cette prestation… puisqu’une somme de 100 000 euros avait été versée à l’association Sign’Alizé, présidée par Pierre-Edouard Décimus – qui est l’un des fondateurs de la formation musicale. L’enquête avait débuté en octobre 2020 à la suite d’un signalement de la Chambre régionale des comptes de la Guadeloupe au parquet sur des irrégularités de gestion, notamment pour l’utilisation des fonds pour épurer certaines dettes personnelles du musicien.

DEUX COUPABLES DANS L’AFFAIRE

Pierre-Edouard Décimus a finalement été condamné le mardi 15 novembre 2022, par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, à huit mois de prison avec sursis pour abus de confiance. Il va également devoir régler une amende de 15 000 euros. “Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet”, a précisé le procureur de la République de Pointe-à-Pitre à l’AFP. Rudy Vardarassian, chargé des opérations spéciales de la communauté d’agglomération de Cap Excellence, a lui été condamné pour prise illégale d’intérêt par chargé de service public, et a été condamné à huit mois d’emprisonnement avec sursis et 7 500 euros d’amende. Des perquisitions avaient été effectuées en juin 2021 dans les locaux de l’association Sign’Alizé…

Par Gonzague Lombard Rédacteur

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here