Musique : Sur les pas de Calibre 27, le trio de choc du rap malien

0

Depuis environ trois (3) ans, un groupe de trois (3) jeunes rappeurs (Laye Djo, Blacky et Young BG) brille de succès sur la scène musicale malienne, notamment dans le milieu du rap à travers de belles mélodies soutenues par des voix saisissantes. Il s’agit du groupe Calibre 27 (C27) mis en place en 2013 par le célèbre producteur Tiemoko Coulibaly alias Zy Pagala éponyme de sa maison de production. Avec un Album et trois (3) mixtapes à succès à son actif, le groupe C27 se positionne aujourd’hui comme l’un des meilleurs groupes de rap au Mali. Portrait !

Parmi les figures montantes du rap malien, se classe en bonne place le groupe Calibre 27 qui depuis 2016 fait bouger et danser la jeunesse bamakoise et malienne.  Composé de trois jeunes talents : Bandiougou Gakou (BG) Foussyeni Kamissoko (Laye Djo) et Idrissa Diarra (Blacky), le groupe C27 encore appelé la Génération Consciente (GC) marque aujourd’hui au fer rouge sa présence sur la scène du rap malien. Créé en 2013 par leur producteur Tiémoko Coulibaly alias Zy Pagala, éponyme de sa maison de production, le groupe n’a pas mis du temps pour se hisser au sommet du podium du rap malien, un vœu qu’il réalise seulement après trois ans de rigueur constante dans le travail.

Comme pour donner raison à Pierre Corneille qui disait : “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années”, le groupe aura son déclic en 2016 grâce à des singles à succès comme Ifa (Saoules-toi) et Bas-quartiers, un single dans lequel ils se reconnaissent car tous issus des bas-quartiers de la capitale malienne. Depuis, plus rien n’arrête le groupe qui reste constant et prolifique avec à son actif un album GC (Génération Consciente ou Calibrée). Car, chez calibre 27, tout jeune conscient est calibré. Mais, ce n’est pas tout ! Le groupe a aussi signé trois mixitapes à savoir Tcho tcho (la période des pluies abondantes, comme pour dire que leur inspiration n’a pas de limite) et Neutralisant Vol.1 et Vol. 2 sortis respectivement en 2019 et 2020. “Neutralisant, pour dire que nous faisons en sorte que la nouvelle mixtape neutralise les précédents donc meilleur que les précédents. C’est à ce prix qu’on peut rester au top”, expliquent les membres du groupe dont la notoriété n’a plus de frontière. C27 est aujourd’hui sur la scène dans presque toutes les grandes manifestations culturelles du Mali. Ils sont à l’orée d’une renommée internationale après un premier concert international au Maroc en 2019.  Pour rappel, le groupe a aussi remporté quelques trophées, à savoir le trophée Flo Massakè et Mali Awards du meilleur groupe de rap en 2019.

Genèse du groupe 

Si les trois membres du groupe n’étaient des amis d’enfance, la création du groupe Calibre 27 n’est pas aussi un fait du hasard. Chacun des trois menait une carrière solo dans l’ombre.  En effet, le projet du groupe a été muri par Zy Pagala quatre (4) ans avant sa création. “Je cherchais des oiseaux rares pour les mettre ensemble. J’ai eu à produire beaucoup de jeunes talents, mais j’attendais toujours les meilleurs éléments”. Et c’est finalement en 2013 qu’il arrive à dénicher ses oiseaux rares tant attendus. Ayant tous passé individuellement chez Zy à la recherche d’un sens à leur carrière solo, le choix des éléments des membres groupes s’est fait quand Laye Djo, de passage, a parlé des qualités de BG à Pagala qui avait déjà repéré Blacky auparavent. “BG et moi nous connaissions avant, mais Blacky, on ne l’avait jamais rencontré avant. Quand j’ai parlé de BG Zy, il m’a dit de le faire venir. C’est ainsi, qu’après des tests, le groupe a été créé”, se rappelle Laye Djo.  Selon lui, le surnom Calibre 27 a été choisi par Zy Pagala en référence aux balles de fusil à pompe. “Ces balles sont vraiment dangereuses et nos bouches aussi”, rigole-t-il.

Aujourd’hui, le succès de C27 s’explique surtout par la portée de leurs paroles inspirées de leur vécu en tant qu’enfants issus de milieux défavorisés. Aussi, le management de l’excellent Zy Pagala a été d’un grand apport. Il a su exploiter leur talent individuel au profit du groupe.  La force de de C27 est l’originalité parce que tous les trois ont du talent et des qualités différentes. “Ce qui défère au groupe une certaine originalité”, explique le producteur qui estime que l’association de trois styles différents fait que leurs chansons sont riches et variées. “Laye Djo a une voix aigüe, Blacky lui sa voix est plus ou moins normale et BG lui à une voix grave. J’ai su organiser la ligne vocale à chacune de leur chanson en les harmonisant et les mélomanes aiment bien ce mélange vocal”, explique-t-il. “Ils font la musique avec amour et passion. Ce sont des jeunes qui veulent briller pour donner l’exemple qu’on peut venir de bas quartier et percer dans la vie à force de travailler avec la persévérance”, ajoute Zy qui se dit fier de ce groupe. “C’est un groupe bosseur et très à l’écoute. Il me facilite mon travail et j’espère qu’il fera plein de choses ensemble.”

Le groupe C27 est loin d’être à son apogée. Il est actuellement sur de gros projets, notamment un concert géant au stade du 26 mars le 21 mars prochain. Après ce concert, suivra le Vol. 3 de Neutralisant qui s’intitule Warbatiè (en référence au jeu de cartes).  Quant aux ambitions du groupe, elles sont gigantesques car le C27 vise désormais une renommée internationale avec des concerts dans les plus grandes salles de spectacles du monde comme Bercy. “Le talent y est et j’espère qu’avec le courage et la prévenance ces ambitions sont réalisables”, conclut Zy Pagala.

Qui est Laye Djo ?

De son vrai Fousseyni Kamissoko, Laye Djo est considéré comme la voix d’or du groupe. Il subjugue le public par sa voix aigüe qui peut changer en fonction du beat sur lequel il chante. Passionné de musique, notamment le rap, depuis son jeune âge, Laye Djo a su combiner musique et études. Ce qui lui a valu d’être aujourd’hui un fonctionnaire d’Etat. Il est technicien d’élevage en poste dans une localité située à quelques kilomètres de Bamako. En effet, après son baccalauréat en 2008 dans un lycée de son quartier natal en commune IV du district de Bamako, il poursuit ses études au Centre de formation professionnelle en élevage (Cfpe) de Bamako où il sort en 2015 avec un Brevet de technicien (BT2) en élevage. Après des stages au sein de certaines organisations internationales, il intègre en 2016 la Fonction publique.

Laye Djo, à l’image des deux autres membres du groupe C27, a mené une carrière solo avant d’intégrer le groupe en prestant dans les petites cérémonies de quartier et les “Balani show” (soirées de rue). C’est cette persévérance et cette passion pour la musique qui l’ont conduit chez ZyPalaga par l’intermédiaire d’un grand frère et à la création du groupe. Aujourd’hui Laye Djo gère bien sa carrière musicale et professionnelle. Il fait la navette entre son lieu d’affectation et Bamako afin de continuer à pratiquer son métier de cœur : la musique.

Qui est Blacky ?

A l’état civil Idrissa Diarra, Blacky est le “footballeur” du groupe car sa première passion était le football et non la musique. “Je n’ai pas eu la chance de faire de grandes études. J’ai arrêté les études après mon Diplôme d’études fondamentales (DEF)” confie Blacky qui estime qu’il est difficile pour un enfant pauvre d’étudier au Mali. “Les parents n’avaient pas assez de moyens et je faisais de petits boulots. Ce qui ne va pas avec les études’‘, regrette l’artiste.  Depuis sa tendre enfance, il a aimé le football et il a eu la chance d’évoluer avec les catégories inférieures de plusieurs clubs connus du Mali comme le Centre Salif Kéïta (CSK), l’Association sportive de Bamako (ASB) et le Jeanne d’Arc de Bamako (JAB).

Avec la crise qu’a connue le football malien ces dernières années, il a été contraint d’abandonner le ballon et le gazon. Il s’est lancé dans la musique vers 2014 à travers son idole Papito, un jeune rappeur qui a marqué les esprits par le passé dans le rap malien. C’est grâce à lui que Blacky a basculé dans la musique. “Il donnait des spectacles dans notre quartier. J’appréciais tellement ses chansons que je les apprenais par cœur pour les chanter dans la rue en compagnie des amis”, explique-il.  C’est cette passion qui l’a conduit au C27 avec lequel il réalise un conte de fée.

Qui est Young BG ?

De son vrai nom Bandjougou Gakou,Young BG (diminutif de son nom) n’est pas arrivé dans le rap non plus par hasard. Il commence la musique depuis ses 12 ans. Mais à l’époque ses parents faisaient de ses études une priorité. Quelques années plus tard, quand il était au lycée, il composait ses chansons avec l’aide de sa grande sœur. En 2010, il passe son baccalauréat et s’inscrit à la Faculté des Lettres et Sciences du Langage en Section Anglais. Une année après, avec les grèves incessantes qu’ont connues les universités publiques maliennes à l’époque, ses parents décident de l’envoyer au Ghana pour aller apprendre l’anglais qu’il aime toujours comme langue.

Après quelques mois à Accra, BG, poussé par la passion de la musique, retourne au bercail et décide de se consacrer à sa passion. “J’ai amé les études, mais la musique a toujours été ma passion dans la vie. J’ai mes diplômes dans le placard. Ce qui m’intéresse le plus aujourd’hui, c’est la musique”, se confie BG qui ambitionne une carrière musicale internationale avec la Génération Calibrée.             

 Youssouf KONE 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here