Mali : l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, est décédé à l’âge de 76 ans

7

Élu président de la République du Mali en septembre 2013 et réélu en 2018, l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta est décédé ce dimanche 16 janvier 2022, selon des informations données par sa famille. Il ea été contraint à la démission le 18 août 2020, par une junte militaire dirigée par le Colonel Assimi GOITA.

Ibrahim Boubacar Keïta était avant tout un Malien avec grand ‘’M’’. Il aimait saluer la grandeur de ce pays bâti par d’illustres conquérants qu’il se plaisait à citer lors des interventions télévisées. « Nous fûmes quand d’autres n’étaient pas », était une de ses plus célèbres phrases sur la grandeur du Mali.

Malade depuis plusieurs années, l’ancien président avait été autorisé à quitter le pays pour se soigner à l’étranger. Il effectuera au moins deux séjours sanitaires à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis. Né le 29 janvier 1945 à Koutiala, IBK s’est éteint ce dimanche à 76 ans, chez lui à Sébénicoro.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Quand vient un sévice contre un peuple, il finira par se dissiper sans nul doute un jour; c’est dommage qu’il soit rentrer dans la politique malienne par cooptation de son mentor AOK, il n’a jamais lutter au côté du mouvement démocratique en bravant le régime du dictateur Moussa TRAORE. C’est ainsi que sa gestion du pouvoir avait été fortement entachée, il n’a pas lutté pour accéder à la Primature et AOK a privé trop de bons maliens qui méritaient plus pour ce poste. AOK était un homme très bizarre, sinon comment abandonner les vrais lutteurs du mouvement démocratique pour aller prendre quelqu’un qui ne savait même pas comment nous souffrons ici au Mali sous le régime dictatorial de Moussa TRAORE? AOK était un diable au service du mal, il a hypothéqué le future de la démocratie malienne pour ses ambitions et visions délirantes. Notre pays est bondé de cadres comme AOK qui cessent de raisonner souvent, qui ondoient et louvoient, c’est dommage, on dirait des sadiques narcissiques.
    IBK n’a jamais été membre créateur de l’ADEMA.

    • Monsieur au début était Vous avec votre révolution et votre pratique démocratique qui a eu comme conséquences tous ceux qui s’est passé par la suite, y compris la décente de notre pays dans les abysses. Si coupable il y a , il faudrait commencer par là, et IBK ne serait que la conséquence. Le problème du Mali, c’est triste mais il faudrait le dire c’est et ça toujours été un conflit depuis les années 50 entre l’Establishment et les ruraux de tout horizon qui se sont réunis en confréries qui ne dit pas son nom avec sa politique d’exclusion et de violence verbale et physique , à l’abordage et le contrôle de la cité. Et cela en passant par la violence où tous les coups seraient permis comme ce fut le cas dans les années 20 en Russie. Par la suite Lénine s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas confier la responsabilité à cette couche sociale vindicative et majoritaire par crainte de voir la Russie sombrer dans les âges farouches. Il aurait même commencé à confier certaines responsabilités stratégiques à des Patriciens pour ne pas dire la bourgeoisie, pour plus de maîtrise de l’avenir son pays continent. La suite se vérifie avec sa maladie infirmante et l‘avènement de Staline, Beria, et autres au pouvoir et avec la boucherie qui s’en est suivie, les déportations et la Boucherie pièce par pièce qu’aurait subit Troski en Amérique Latine. Je n’étais pas là, mais en Historien et si je ne m’abuse le choix du Président Konare aurait été motivé par cela …., une histoire de moindre mal qui aurait sauvé notre pays…

  2. À ses adversaires nous disons : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire disait Pierre Corneille dans le CID. Merci de la levée de l’embargo sur les armes. Armes sans les quelles aucune campagne ne serait possible et pour cela il aurait fait pression de toute sa stature d’Homme d’Etat avec Grand H

  3. Paix à son âme. Que le bon et Miséricordieux l’accueille en son paradis. Voilà un président qui a aimé son pays le Mali mais traduit par ses proches.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here