Chronique économique : le regard de Modibo Mao Makalou sur l’allocation accordée par le FMI à ses pays membres

1

Modibo Mao Makalou aborde, dans sa chronique économique hebdomadaire du 08 août 2021, dans l’émission “ On refait l’actualité“ sur Renouveau TV, l’allocation du Conseil des Gouverneurs du Fonds Monétaire International (FMI). Celle-ci porte sur 650 milliards de dollars, accordés aux pays membres comme liquidités dans l’économie mondiale, afin de faire face à la hausse de dépenses publiques engendrées par la Covid-19, de même qu’à la relance des économies.

« De nos jours, la pandémie a causé beaucoup de préjudices dans le monde, non seulement sur le plan sanitaire, mais aussi sur le plan économique et social », a indiqué Modibo Mao Makalou.

Selon lui, pour la première fois, depuis 25 ans, les pays africains connaissent une récession et des difficultés économiques de tout genre, problème de trésorerie des Etats, de même qu’une augmentation de vulnérabilité et des difficultés pour améliorer les conditions de vie des populations. « Donc, pour parvenir, pour palier tout cela, le Fonds Monétaire International (FMI) a estimé le besoin de financement des pays africains, lors de la Conférence pour le Financement des pays africains, des économies africaines à Paris, en mai dernier, à environ entre 200 milliards de dollars et 250 milliards de dollars » a fait savoir Modibo Mao Makalou.

A en croire l’économiste, le FMI est considéré comme le gendarme du système monétaire international et compte 190 pays membres, qui composent son Conseil d’Administration. Selon M. Makalou, le FMI a été créé afin d’aider les pays, qui traversent des difficultés de financement de leurs balances de paiement, celle-ci concernant l’enregistrement systématique des transactions économiques, des biens, des services et des capitaux d’un pays avec l’étranger.

Ce sont les flux internationaux économiques entre un pays et l’extérieur, les flux qui sortent et qui entrent. Quand il y a déficit, explique-t-il, cela veut dire que vous avez plus d’argent avec les flux qui vont vers l’extérieur que des flux qui viennent à l’intérieur du pays. Ainsi, selon l’économiste, le FMI dispose d’une unité de compte, qui s’appelle les Droits de Tirage Spécial (DTS) ; cette unité de compte a été créée en 1969.

Modibo Makalou fait également savoir qu’une décision importante a été prise par le Conseil des Gouverneurs de FMI, le 02 août 2021, afin d’augmenter les liquidités au niveau mondial pour aider les pays, qui ont des difficultés pour gérer leurs balances de paiement mais aussi pour gérer leurs trésoreries au quotidien, de même que les besoins de financement. Donc, de 1960 à nos jours, il y a 204 milliards de dollar de DTS qui ont été alloués.

Ainsi, le Conseil d’Administration de FMI, le 02 août 2021, a décidé d’allouer 650 milliards de dollars, soit environ 456 milliards de dollar de DTS pour l’ensemble des pays membres de FMI, pour augmenter les liquidités au niveau mondial et augmenter les réserves mondiales à long terme. C’est-à-dire les instruments de réserve, mais à augmenter la confiance du système monétaire international. Parce que, en économie, sans confiance, explique-t-il, il est difficile de faire marcher l’économie mondiale ou même une économie nationale.

Et c’est le 23 août 2021, selon M. Makalou, que cette allocation sera effective avec son entrée en vigueur. Il est prévu que 275 milliards de dollars, soit environ 193 milliards de dollar de DTS seront alloués aux pays émergents et aux pays en développement, y compris les pays à faible revenu. Tout ceci, afin de renforcer le fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté. Ces fonds, assure-t-il, va permettre de faire des prêts concessionnels aux pays, qui en ont besoin à un taux d’intérêt proche de zéro.  Le taux d’intérêt dans les DTS aussi est, d’ailleurs, la moitié d’1%, un très faible taux concessionnel.

Selon Modibo Mao Makalou, il y a aussi, sur la table, l’option de créer un autre fonds, c’est-à-dire créer un fonds fiduciaire pour la résilience et la viabilité à terme. Cela veut dire qu’il va falloir penser de plus en plus à absorber les chocs exogènes en créant des coussins, notamment au niveau de la croissance en créant une croissance résiliente et plus durable. Contrairement à l’avis populaire, Makalou Modibo explique que le DTS n’est pas une monnaie ni une créance sur le FMI, mais il repose sur un panier de cinq monnaies majeures dans le monde : le dollar américain, l’euro, le yuan chinois, le yen japonais et la livre sterling britannique.

Par rapport à la composition du panier, le dollar américain constitue 42% de la valeur de DTS, l’euro constitue 31%, la monnaie chinoise 11%, le yen japonais et la livre sterling britannique constitue chacun 8% de la valeur du DTS. Ces DTS sont échangeables.

Fadiala N. Dembélé/Stagiaire 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Qu’est-ce que la balance des paiements? Ne croyez pas que tous vos lecteurs sont des AS de l’économie ou des terminologies techniques.
    Quel est l’avis personnel en tant qu’expert de Mr Modibo Mao Makalou sur ce sujet? Est-ce bon ou mauvais pour nous? Si oui, comment pérenniser? Si non aussi, que faire?
    Bel article instructif mais on en sort dérouté après la lecture car on reste sur notre faim.

Répondre à Tienkafô Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here