Inculpés de vol qualifié et d’association de malfaiteurs : Chimezie Nwoakoro et autres condamnés à la réclusion à perpétuité et au payement de plus de 72 millions FCFA

    0

    Chimezie Nwoakoro, Monday Eze, Emeka Ekenkwa, Sunny Oziama, Sunday Paul, Emeka Alinoye et Benzamin Odoemenan ont comparu le mercredi 1er septembre 2021 pour vol qualifié et association de malfaiteurs. Ils ont extorqué plus de 72 millions de F CFA à leurs victimes. Malgré leur dénégation à la barre, ils ont été condamnés à la réclusion à perpétuité et au remboursement de ladite somme.

    Pour cette affaire passée devant la Cour d’assises en ce mercredi 1er septembre 2021, les sept inculpés présents à la barre sont tous des Nigérians. Sauf deux d’entre eux qui vivaient à Magnambougou, tous les autres s’étaient regroupés dans le même endroit, notamment dans un hôtel à Sokorodji.

    Né le 13 octobre 1999 à Ebanano, au Nigeria, Chimezie Nwoakoro est employé de commerce domicilié à Sokorodji. Il est marié et père d’un enfant. Monday Eze, âgé de 29 ans, est un homme d’affaires domicilié à Magnambougou. Il est marié et père d’un enfant aussi. Né vers 1980 au Nigeria, Emeka Ekenkwa est homme d’affaires aussi, il est domicilié à Magnambougou, marié et père de deux enfants.

    Né vers 1980 au Nigeria, Sunny Oziama est employé de commerce domicilié à Sokorodji. Il est marié et père de deux enfants. Agé de 29 ans, Sunday Paul est employé de commerce, domicilié à Sokorodji. Il est marié et père de six enfants. Né vers 1982 au Nigeria, Emeka Alinoye est employé de commerce domicilié à Magnambougou. Il est marié et père d’un enfant. Benzamin Odoemenan, âgé de 24 ans est un homme d’affaires nigérian, domicilié à Sokorodji. Il est marié et père d’un enfant.

    Ils sont inculpés de vol qualifié et d’association de malfaiteurs. Ils étaient présents à la barre pour répondre des faits prévus et punis par les articles 175, 252 et 253 du code pénal. Il résulte de l’information que les sieurs Chimezie Nwoakoro, Monday Eze, Emeka Ekenkwa, Ikechukw Anozie, Sunny Oziama, Sunday Paul, Emeka Alinoye, Benzamin Odoemenan et Stanley Okpara ont rejoint le Mali et avaient comme résidence l’hôtel “Oasis” sis à Magnambougou-Sokorodji. Plus tard, les nommés Stanley Okpara et Ikechukw Anozie, de passage à Bamako pour rallier la Guinée, ont été conduits sur les lieux par un conducteur de taxi qui les a informés que la résidence abritait des compatriotes.

    Ensemble, ils ont organisé des vols avec le même mode opératoire consistant à identifier leurs victimes en train d’effectuer des opérations bancaires de retrait d’argent. Ensuite, ils les suivaient, provoquaient souvent des crevaisons de leur moyen de locomotion pour s’emparer de leurs biens, soit en les subtilisant, soit en les extorquant. C’est ainsi que les nommés Moussa Kanté, Aly Dolo, Baba Coulibaly, Seydou Traoré et Seydou Dembélé ont été victimes du même type de vol sur à des périodes différentes. Le 14 août 2019, le sieur Sambala Diallo s’est rendu à l’agence Ecobank sise aux Halles de Bamako à Faladié où il a effectué une opération de retrait de plus de 3 millions de F CFA. Sur le chemin du retour et conduisant sa motocyclette pour regagner Missabougou, il a été surpris de constater que trois individus se trouvant sur deux motocyclettes le suivaient. Ils lui ont arraché son sac contenant les sommes retirées. Le sieur Sambala Diallo a identifié l’un des malfaiteurs qui avait le visage découvert.

    Après une course-poursuite sans succès, il a fait des déclarations au niveau de quelques unités d’enquête.

    Saisi de multiples plaintes et dénonciations, le commissariat de police de Kalabancoro, à travers sa Brigade de recherches, a fait une descente à l’hôtel sus indiqué où il a procédé à l’interpellation des nommés Chimezie Nwoakoro, Monday Eze, Emeka Ekenkwa, Ikechukw Anozie, Sunny Oziama, Sunday Paul, Emeka Alinoye, Benzamin Odoemenan et Stanley Okpara, trouvés en possession de plusieurs biens parmi lesquels de nombreux téléphones portables, des passeports, des portes-monnaies et des sommes d’argent.

    A la réception du procès-verbal d’enquête préliminaire établi suite à ces faits, le parquet a opté pour l’ouverture d’une information judiciaire contre les susnommés pour association de malfaiteurs et vol qualifié.

    Les sieurs Stanley Okpara et Ikechukw Anozie ont clamé leur innocence tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur. Ils ont déclaré avoir quitté la République du Bénin et y ont embarqué des marchandises à destination de la Guinée-Conakry où demeurent leurs familles.

    En proie à des difficultés financières à leur descente à Bamako, le 13 août 2019, ils ont requis de leur conducteur d’entrer en contact avec des ressortissants du Nigeria. Celui-ci les a conduits à l’hôtel “Oasis” où ils ont fait la connaissance de Monday Eze et autres. Pour leur venir en aide, l’un d’entre eux leur avait remis la somme de 100 000 FCFA à rembourser. Ils ignoraient la provenance dudit montant.

    Sur le non-lieu à suivre partiel, suivant le procès-verbal de confrontation en janvier 2020, l’inculpé Monday Eze a corroboré les déclarations faites par les inculpés Stanley Okpara et Ikechukw Anozie. Par conséquent, lesdits inculpés ne sont pas associés au nommé Monday Eze et autres, en vue de commettre des forfaits.

    Ils n’ont également commis aucun acte de soustraction frauduleuse. Ayant été interpellés en raison de leur fréquentation du même lieu que les susnommés, il convient de dire n’y avoir lieu à suivre contre les inculpés Stanley Okpara et Ikechukw Anozie du chef des inculpations d’association de malfaiteurs et de vol qualifié pour cause d’absence de charge et ce, en application des dispositions de l’article 182 du code de procédure pénale.

    Toutes les sept victimes étaient présentes à la barre et elles ont toutes parlé du même mode opératoire, à savoir suivre des gens qui viennent de faire un retrait bancaire, provoquer des crevaisons de leur moyen de locomotion et s’emparer de leurs biens.

    Les accusés, de leur côté, n’ont pas du tout reconnu les faits à eux reprochés, préférant tous opter pour la dénégation, sans savoir la peine qu’ils allaient encourir car les jurés ont frappé fort en les condamnant à la réclusion à perpétuité et au remboursement des sommes extorquées aux victimes.

                     Marie Dembélé

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here