Brèves Régionales de Les Echos

0

Ultimatum de l’AEEM au proviseur

Le comité AEEM du lycée de Kita était face à la direction de l’établissement mardi dernier pour discuter de ses doléances. Ce 1er round des négociations s’est soldé, à en croire le secrétaire général Salia Kéita, par un échec. Car, si la direction dit avoir pris bonne note des revendications sur la clôture du lycée, l’installation de ventilateurs et d’ampoules, le manque de salles et de professeurs, l’ouverture d’une salle informatique, elle aurait opposé un niet catégorique sur le transfert de la gestion du parking à l’AEEM. « Nous avons demandé qu’un quota sur l’argent du parking soit reversé dans le compte de l’AEEM. Les motocyclistes payent 1500 F et les vélos 1000 F par mois. La direction a refusé. Nous exigeons aujourd’hui que la direction se dessaisisse totalement de la gestion du parking au profit de l’AEEM. Et, on leur a donné un ultimatum d’une semaine », explique le secrétaire général Salia Kéita. A la fin de cet ultimatum, ce lundi, les 840 élèves menacent de se faire entendre autrement.

 

Massa Makan Diabaté : déjà oublié ?

L’un des plus grands, sinon le plus grand écrivain de Kita Massa Makan Diabaté tombe-t-il dans l’oubli ? La question mérite d’être posée. Car, sur 10 élèves du fondamental et du lycée que nous avons interrogé, seuls quatre disent avoir entendu parler de l’auteur de la « Trilogie de Kita ». Et parmi ces 4, deux n’ont pu citer qu’une de ses œuvres à savoir « le Boucher de Kouta ». Un constat amer qui se comprend facilement, aux dires d’un professeur du lycée. Selon lui, aucun livre de Massa Makan Diabaté, qui a beaucoup écrit sur sa ville, Kita, n’est inscrit au programme d’enseignement. « Les élèves connaissent mieux les auteurs français que les leurs. C’est vraiment triste », déplore-t-il.

 

Le maire de Kita-Ouest devant le juge

Rien ne va plus entre le maire de Kita-Ouest (Commune de Kofeba) Soloba Mady Kéita et l’ancien président fondateur du Syndicat des producteurs de coton de Kita, Djanguiné Kéita. Le second a été battu par le premier lors du renouvellement du bureau du syndicat. Une défaite que Djanguiné Kéita n’a jamais acceptée. Il a ainsi porté plainte pour vice de procédures contre le nouvel édile Soloba Kéita qui est en même temps le maire de la Commune. Et depuis, les deux hommes sont fréquemment au tribunal de Kita où ils passent de procès en procès. Le Conseil du cercle de Kita a entamé lundi une médiation entre les deux hommes pour un règlement à l’amiable.

 

Route de Kita : 50 km de goudron déjà

Les travaux de construction de la route Kati-Kita avancent bien. L’entreprise Razel a déjà goudronné une cinquantaine de kilomètres sur les 160 qui séparent les deux localités. La construction de cette route, qui est une vieille revendication des Kitois, sera bientôt une réalité palpable. « Auparavant, cette route représentait un vrai calvaire pour nous. Après le voyage Kati-Kita, on devait aller directement au dispensaire à cause de la poussière et des secousses », témoigne un habitant qui attend impatiemment la fin des travaux.

 

Mairie : un élu URD menace de démissionner

« Le conseil communal suppose un débat démocratique sur les voies et moyens permettant un développement harmonieux de la cité. Mais, si certains se croient les maîtres absolus et refusent d’écouter les autres tout en les excluant et les menaçant, c’est la catastrophe et moi, je ne veux pas de catastrophe… », C’est en ces termes que M. K. justifie sa volonté de claquer la porte du conseil communal. Cet ancien secrétaire général de l’Adéma qui s’est par la suite retrouvé à l’URD ne décolère pas contre les responsables politiques du Mali qu’il accuse de tous les maux. « Aucun responsable politique malien ne peut enseigner la morale à ses enfants. C’est la honte ce qui se passe sur la scène politique du Mali. Je préfère garder ma dignité. C’est pourquoi, j’ai démissionné de mon poste au sein de l’URD »., explique-t-il.

Rassemblés par S. Y. D.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER