Les brèves… : Aly Nouhoum Diallo A la conférence-débat de l’Adema association : « IBK semble avoir oublié qu’il a dit que l’Accord d’Alger signé par ATT est mauvais »

7
Aly Nouhoum Diallo
Aly Nouhoum Diallo

Lors de la conférence-débat de l’Alliance pour la démocratie au Mali, l’ancêtre de l’Adema Pasj, tenue le samedi dernier à la Pyramide du souvenir, le professeur Aly Nouhoum Diallo,   fidèle à son franc parler, n’a pas fait de cadeau au locataire de Koulouba  concernant l’Accord de Bamako issu du processus d’Alger. A l’en croire,  cet Accord  n’est pas  un bon accord, «IBK semble avoir oublié  qu’il a dit que l’Accord d’Alger signé par  ATT est mauvais ».Toutefois, il a invité le pouvoir en place avant toute chose dans la mise en œuvre de l’Accord de convoquer une conférence d’entente nationale sur le mot ‘’Azawad’’.Car, estime t-il, l’Azawad ne saurait recouvrir  tout le  Nord du Mali. Chaque portion a ses spécificités géographiques. Donc, la région en gestation de Ménaka devrait s’appeler Azawak et la capitale sera Anderaboukane, car,  explique t-il, Firhoun est tombé avec les armes avec ses troupes là-bas .Et la région de Kidal devrait s’appeler la région de l’Adrar, etc.

 

POUR AVOIR SOULIGNE LES INSUFFISANCES DES POLITIQUES

Aly Nouhoum Diallo répond à la  presse

Lors de la conférence débat organisée par l’Adema association sur les enjeux et les défis de l’Accord, Ibrahima Coulibaly dit IC, directeur de publication du journal « La Nouvelle Tribune »  et vice président de  l’Association des éditeurs de presse privée, n’est pas passé par quatre chemins pour accuser  les partis politiques au  Mali qui ne  jouent  pas correctement leur jeu  conformément au système démocratique. Selon lui, la vie des partis politiques au Mali se résume uniquement  aux élections et au partage des postes, et le peuple est laissé pour compte. A l’en croire, rares sont les partis politiques qui ont pris leurs bâtons de pèlerin  pour  descendre à la base  et expliquer en terme compréhensible le contenu de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Toutefois, il  a invité les chefs des partis politiques à revoir leur gouvernance politique. Répliquant à cette attaque, le doyen Aly Nouhoum Diallo se dit d’accord que les journalistes les attaquent pour souligner leurs insuffisances. Mais le fait que la presse nationale soit tenue à carreau par le mouvement national de libération de l’Azawad en termes de communication n’est pas la faute des hommes politiques Maliens.

 

HAUT CONSEIL DES MALIENS DE L’EXTERIEUR    

Des grincements de dents contre Habib Sylla

Mais qu’est ce qu’il se passe en ce moment dans le pays. Car tous les secteurs d’activité et les structures étatiques du pays sont en ébullition. Si ce n’est pas des coups de gueule, se sont des grèves en cascade qui sont en vue. Et c’est dans ce remue ménage qu’Adjouma Doumbia membre du bureau exécutif du haut conseil, sort ses griffes. Résidant en Sierra Leone, chef de département à l’Université, ce dernier soutiendra que cela fait six ans que cette structure n’a pas tenu une seule réunion. Selon Adjouma Doumbia, les actions menées par Habib sont solidaires, toute chose qui a poussé son  vice président résidant en Arabie saoudite de claquer la porte, car le président Habib Sylla est incapable de dresser un bilan à plus forte raison convoquer une réunion. Monsieur Doumbia soutiendra que le président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur a été imposé par ATT, car cette structure constitue un bétail électoral en temps de campagne pour les Chefs d’Etat. Sans élection, elle n’a pas sa raison d’exister. Et Adjouma de conclure ses propos en incriminant les autorités maliennes.         Selon lui,  l’épidémie d’Ebola qui a frappée la Guinée et la Sierra Leone, n’a pas eu un écho de compassion  des  autorités maliennes, il en veut pour preuve qu’ils n’ont même pas bronché pour avoir les nouvelles des maliens résidant dans ces pays.

FETE DE TABASKI

Le Mali au secours du Sénégal pour les moutons

Le Mali a atteint le point culminant de l’intégration sur le continent africain, surtout au niveau de la Cedeao. Pour la simple raison que ce pays s’est toujours montré prêt à voler au secours des autres Etats du bloc sous régional. Et pour cette fois-ci, ce n’est pas le Sénégal qui va nous démentir. Depuis bientôt un mois, ce sont des camions remplis de moutons qui prennent la direction du pays de la Teranga. Raison évoquée, le pays de Macky Sall fait face à une pénurie d’ovins, à l’approche de la fête de Tabaski qui s’annonce à grands pas. Et comme ce pays est à plus de 90% musulmans, comme le nôtre alors, il lui faut voler au secours. Raison pour laquelle, les autorités maliennes ont répondu favorablement au cri de détresse des Sénégalais. Merci aux autorités maliennes pour cette belle preuve d’intégration, mais nous osons aussi croire que vous n’allez pas tout importer au pays des Wolof.

 

BAVURE DES AGENTS DE LA GARDE NATIONALE

Amadou Dadié Bah hospitalisé à l’hôpital du Mali

Cette histoire montre à suffisance l’insécurité dans notre capitale. Mais qu’est-ce qu’il a bien pu se passer dans la nuit du mercredi 29 au vendredi 30 août 2015 entre le fils du richissime opérateur économique El Hadj Dadié Bah de Niono, Amadou Dadié Bah, et les éléments de la garde nationale ce jour-là ? Plusieurs versions sont livrées en fonction des mœurs des témoins. Mais il urge de retenir que ce jour-là, selon des versions proches des éléments de la garde nationale, le fils de l’opérateur économique Dadié Bah aurait refusé de s’arrêter à un poste de contrôle des éléments de la garde nationale en service ce jour-là dans une zone de Faladié à une heure tardive. Faux du côté des témoins de la victime. Eux soutiennent plutôt que c’est face au refus d’Amadou Dadié Bah de se laisser escroquer par cet agent véreux de la garde nationale, qu’il a reçu une balle qui lui perfora le bas ventre. Une chose est certaine, le fils de Dadié Bah est atteint et est interné pour des soins intensifs à l’Hôpital du Mali. Dieu merci sa vie n’est pas en danger ! Nous vous donnons rendez-vous dans les jours à venir dans les colonnes de votre journal pour plus de détails.

 

HADJ 2015

L’arrivée des pèlerins retardataires en Arabie Saoudite

Suite à notre article intitulé «Des pèlerins recalés faute de visas» paru dans le n°440 du lundi 31 août 2015, lesdits pèlerins ont pris leur vol pour l’Arabie Saoudite le 2 septembre 2015 accompagnés d’un délégué pour la circonstance et sont bel et bien arrivés sur la Terre Sainte. Leur rêve s’est enfin réalisé grâce aux moyens déployés par le Directeur général de la Maison du Hadj et à son équipe qui ont joué un rôle décisif dans le dénouement de ce problème.

Selon Abdoul Aziz Mahamadou Maïga, Directeur général de la Maison du Hadj, le problème du retard des pèlerins retardataires était dû au logiciel installé à la Maison du Hadj pour les demandes de visas, lequel est connecté au site électronique basé en Arabie Saoudite. «Je précise par la même occasion que l’Ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite a émis des visas validés pour tous les pèlerins maliens des deux filières (gouvernementale et privée) organisatrices du Hadj. Je confirme que la section visa de l’Ambassade a battu le record en livrant une quantité de 550 visas en quatre (04) heures de temps pendant la campagne du Hadj 2015», se réjouit M. Maïga. A cela, on ajoute l’implication du Chargé d’Affaires du Royaume d’Arabie Saoudite pour sa franche collaboration et son engagement personnel à faciliter l’obtention de visas à tous les organisateurs du Hadj au Mali. Pour la circonstance, Abdoul Aziz Mahamadou Maïga adresse ses sincères remerciements aux différents services techniques, notamment le service chargé de la délivrance des passeports, la Direction nationale de la Santé à travers l’Inrsp et le service de vaccination, le service de la BDM-SA, la Direction nationale de la police et du 5è Arrondissement pour leur accompagnement qui a permis à la Maison du Hadj d’organiser les départs des pèlerins dans de meilleures conditions.

 

INCIVISME A L’AEROPORT DE BAMAKO-SENOU

Le fonds de commerce des agents de sécurité

Chassez le naturel il revient toujours au galop. Cette citation sied bien à certains agents de sécurité au niveau de l’aéroport de Sénou. Et si rien n’est fait de sitôt pour parer à cette pratique, ce sera un de ces jours, la désolation totale dans notre pays.

La raison  de ce coup de gueule est toute simple. En effet, le vendredi 5 septembre dernier à l’Aéroport international de Bamako Sénou, une scène des plus surréalistes a attiré notre attention. Depuis un bon moment, les responsables de cet aéroport, la première de notre pays, pour faire face à la montée des attentas jihadistes et terroristes ont opté pour de nouvelles consignes au sein d’un des fleurons de l’économie malienne. Mais comme certains citoyens de ce pays ont du mal à se débarrasser de la malédiction appelée pour la circonstance l’incivisme, ils feront payer un de ses jours le prix fort à ce pays qu’ils prétendent tant aimer.

Ce jour-là, un jeune homme venu accompagner sa copine qui se rendait en l’Europe n’a pas eu droit à l’accès à la salle  d’embarquement, car les mesures sont maintenant très strictes au niveau de l’aéroport. Il sollicita alors le service d’un agent de sécurité qui le fit entrer dans la salle sans difficulté avec un badge de service en plus. Motif évoqué par ce gardien à ses collègues, ce serait le fils d’un  fonctionnaire expatrié de l’Ascena, qui autorise son fils à dire un au revoir à sa tante en partance pour l’Europe. Chose bizarre dans cette histoire, c’est que ce gardien n’est pas à son premier essai, car il aurait fait savoir à ce jeune homme qui risquait sa vie pour une peine de prison, qu’il maitrisait la situation au niveau de l’aéroport et qu’il a plusieurs badges pour arriver à ses fins. Tout ceci moyennant la somme de 10.000 Fcfa, pour service rendu. Il y a donc péril  en la demeure et nous interpellons le ministre des transports pour cette scène que nous avons vécu en direct.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. “….. rares sont les partis politiques qui ont pris leurs bâtons de pèlerin pour descendre à la base et expliquer en terme compréhensible le contenu de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale”
    On peut expliquer ce que l’on comprend donc ce qui est clair. Tous les partis politiques ne sont pas d’accord avec cet accord pour quoi expliquer et sensibiliser………….

  2. LA signature D’ATT 2006 à ALGER cette catastrophe il a faible nos forces armées et des sécurités et il a brûlé notre pays le 17 janvier 2012 il faut qu’il vient au MALI pour expliquer devant les maliens comment notre pays est arrivé jusqu’à-là ❓

Comments are closed.