L’esclavage et toujours l’esclavage !

0

Il ne faut point que les Maliens rêvent, il faut plutôt qu’ils osent car l’insolite domine du nord au sud d’un pays au peuple progressivement méconnaissable. De la semaine écoulée à ce dimanche 28 juillet 2019, c’est un regain de tension constaté dans plusieurs localités de Kayes, surtout dans les milieux soninké. Selon des sources sécuritaires, plusieurs populations sont considérées comme des esclaves et deviennent victimes d’exactions systématiques de la part de certains membres de la  communauté soninké de la région Kayes. Environ 400 déplacés ont été enregistrés dans les localités de Diema, Kayes et Bafoulabé avec des étrangers (non soninké) victimes de l’esclavage. Certaines populations, à cause de leur nom de famille, sont  marginalisées, brutalisées, volées et chassées de leur localité par des compatriotes autochtones qui se réclament être les maîtres des lieux.

Les sans-abris de Tessalit

Plusieurs centaines de familles se retrouvent sans abri après de fortes pluies cette semaine. Le village d’Ikadawatene se trouve à 70km de Tessalit, dans la région de Kidal. Jeudi soir, de fortes pluies se sont abattues sur la localité, accompagnées de vents violents. Selon des sources locales, quelque 400 familles se retrouvent désormais sans abri. «Les écoulements des oueds environnants ont inondé le village provoquant la destruction ou l’endommagement des concessions à usage d’habitation et commerciale, les services sociaux de base et la mosquée», note le rapport d’une commission de crise mise en place. Des animaux ont aussi été emportés par les eaux. Et la catastrophe a poussé les populations à «se réfugier sur une crête située au sud du village.» Toujours selon cette commission qui a établi un bilan, «450 ménages sont à ce jour sans abri, sans moyen de survie et sans accès aux soins d’où la nécessité d’une assistance humanitaire d’urgence.»

D’autres victimes

Le 27 juillet 2019, il y a eu des dégâts à Tessit suite à une tornade. Certains panneaux solaires du réseau Malitel ont été emportés, le château d’eau de la médersa du village s’est effondré ; des cases emportées, la toiture de la maison du gardien de la radio Adouf a été arrachée. Par ailleurs, des arbres ont été déracinés pour ne citer que ceux-ci.

Drame à Niono

Le dimanche 28 juillet 2019, Papou, un motocycliste a été blessé par un policier ainsi que la personne qu’il transportait, Guimbarde Coulibaly. La population de Niono a été choquée par cet acte de ce policier. La jambe du motocycliste est cassée. Le policier a projeté Papou contre un  panneau publicitaire. Le policier contrôlait la vignette d’un autre usager quand Papou passait, c’est alors qu’il lui a donné un coup de pied violent. Cette situation a provoqué une vive tension à Niono, des pneus ont été brûlés partout, la route était coupée à la circulation.

Une conviction

Nous sommes convaincus d’une chose dans ce pays «Mali». Des puissants politiciens, faisant croire d’avoir des pensées différentes, font semblant de se «battre» pour berner les citoyens. Ceux-ci, à leur tour, sont abrutis par les médias qui se livrent à une guerre stupide de positionnement. Pendant ce temps, ceux qui ont un peu d’argent nous diront «Ça va mal, on a plus d’argent, il faut nous aider !». Eux, ils continueront à s’enrichir et les pauvres resteront dans la pauvreté. Vive la démocratie et la politique au Mali.

Une seule Plateforme

Des divergences sont nées dans la gestion de la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014. Cette situation a occasionné la révocation de Me Harouna Toureh de son poste de porte-parole. Pour mettre un terme à ce bicéphalisme, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de la Réconciliation ont regroupé les deux parties, en présence de personnes ressources et de notabilités. Selon Tiébilé Dramé, il n’y a qu’une seule Plateforme. Il a invité les membres de cette plateforme à organiser des réunions régulières en leur sein pour permettre une présidence tournante. La médiation sera saisie à travers le comité de suivi, a-t-il annoncé. Avant de souhaiter l’implication des femmes.

DEF exceptionnel

Le lundi 29 juillet 2019, les épreuves du DEF (Diplôme d’études fondamentales) ont débuté au Mali. Contrairement aux autres années, c’est au mois de juillet que cet examen se tient, à cause des grèves des enseignants. Lesquelles ont duré 6 mois. Conséquence : l’année scolaire, au lieu de prendre fin en juin, est toujours en cours. Les épreuves ont démarré sur l’ensemble du territoire dans les écoles publiques et privées. Des membres du gouvernement ont été dépêchés à l’intérieur du pays. C’est à Koro que le ministre de l’Environnement a donné le coup d’envoi de l’examen alors que le chef de l’exécutif était à l’école Mamadou Konaté de Bamako.

L’équation difficile

Tout le monde est d’accord qu’il y a une accalmie dans les régions de Ségou et Mopti, grâce aux efforts des uns et des autres. Les communautés ont décidé de faire la paix, des concertations se sont bien déroulées. Les échanges et les témoignages dans les villages, les engagements pris par les populations pour le retour de la paix. Tout cela est conditionné à la sécurité des personnes et de leurs biens. Partout où les délégations sont passées, les populations ont exigé la présence des Fama (Forces armées maliennes. Certains estiment que la présence des Fama pourrait prévenir les conflits. Les 3000 à 4000 hommes annoncés ne suffiront pas, parce que la demande est estimée à plus de 50 mille hommes.

Plus opposant

Certains militants du Parena veulent nous faire croire l’impossible, leur parti est actuellement dans le gouvernement. Mais ils se réclament toujours de l’opposition. Même lors des émissions radio, les représentants du Parena disent que c’est grâce à l’accord politique de gouvernance qu’ils sont dans le gouvernement, mais qu’ils restent dans l’opposition. «Dites au représentant du Parena, s’il est républicain, respectueux de la loi, que selon le statut de l’opposition, le Parena a perdu son statut d’opposant du fait de son entrée au gouvernement. C’est ce qui dit la loi» nous confie un juriste.

À beau mentir…

Un politicien s’est rendu dans un village pour battre campagne, puis il a demandé aux villageois de mentionner deux de leurs principaux problèmes. Ils l’ont informé que l’un de leurs problèmes était le manque de médecins qualifiés. Le politicien a rapidement sorti son téléphone portable pour passer un appel. Il leur a dit plus tard : «Votre problème est résolu. Quel est l’autre problème?» Ils ont répondu : «Nous n’avons pas de réseau dans le village.»

Toujours les mêmes

Le 26 juillet 2019, un véhicule d’une organisation internationale a été enlevé par des bandits armés entre Douentza et Boni. Toujours dans la même région de Mopti et à Douentza, une équipe d’une ONG a été interceptée vendredi 26 juillet vers 17h entre Bore et Gnimignama, puis détenue pendant quelques heures par des individus armés non identifiés, présumés djihadistes. Après quelques heures, l’équipe a été relâchée mais les assaillants ont emporté le véhicule. Ils ont pu rallier Bore tardivement dans la soirée.

Pensée pour Kola

Ce jour, nous avons une pensée pieuse et un devoir de mémoire envers un homme à grande dimension sociale, généreux, tout aussi élégant et imposant, connu comme un responsable sportif exemplaire et un valeureux gestionnaire. Le dimanche 26 juillet 2015, Hammadoun Kolado Baourou Cissé, en l’occurrence, s’en est stoïquement allé, non sans laisser orphelins sa famille, le monde sportif et politique. Kola était si bon qu’il ne pouvait souffrir en répondant à l’appel de l’Éternel. La souffrance est pour nous autres qui avions partagé avec lui des soucis et des projets, dans la gestion de l’instance fédérale. Avec lui, nous avions une vision partagée de l’administration du football malien. Nous pouvons témoigner de sa satisfaction d’avoir porté notre football au niveau des sommets africains ; ses successeurs ont la charge de le porter toujours plus haut, conformément à son leitmotiv : «mieux gérer pour obtenir de meilleurs résultats». Dors en paix, BLANC, dans la grâce éternelle du TOUT-PUISSANT.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here