Mali-France : Macron au Mali

1

Selon « Jeune Afrique », le président français Emmanuel Macron se rendra ce 20 décembre 2021 au Mali. A Bamako, le locataire de l’Elysée aura un entretien avec le président de la Transition, Col. Assimi Goïta, avant de se rendre à Gao où il passera la nuit avec les militaires de l’opération Barkhane. « Accompagné de Florence Parly, la ministre des Armées, il rendra visite aux troupes et fera un point sur le processus de transformation de la force Barkhane enclenché depuis trois mois. Il partagera ensuite un dîner de Noël avec les militaires français puis dormira sur place », précise le confrère. Toujours selon Jeune Afrique, Emmanuel Macron qui doit prendre la présidence tournante de l’UE à partir du 1er janvier 2022 « échangera aussi avec les contingents européens de la task force Takuba, dont Paris entend faire un maillon essentiel de son futur dispositif militaire au Sahel ».

Avec le président de la Transition, Emmanuel Macron évoquera plusieurs sujets sensibles. « Lors de cet entretien, il sera essentiellement question des tractations autour de la possible arrivée des mercenaires russes de Wagner au Mali et de l’organisation des élections censées mettre fin au régime de transition. Emmanuel Macron tentera une nouvelle fois de dissuader son hôte de passer tout accord avec le groupe paramilitaire sous peine de s’exposer à de lourdes sanctions internationales. Partageant la fermeté de la Cédéao, il lui répètera aussi l’importance de tenir des élections d’ici à la fin du mois de février, comme il s’y était engagé au début de la transition ».

Le HCUA accuse Barkhane d’assassinat

Le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (Hcua), l’une des composantes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (Cma) accuse Barkhane « d’assassinat horrible et extrajudiciaire par les forces françaises de Barkhane de l’un de ses officiers, M. Eghlass Ag Babaye et de son jeune compagnon Attaher, samedi 11 décembre 2021 ». Selon le Hcua, ce forfait s’ajoute à d’autres des forces françaises qui n’épargnent ni femmes, ni enfants, ni vieillards.

Des blindés en arrêt en pleine circulation

Avant-hier mardi 14 décembre, trois blindés de l’Armée malienne ont passé quelques heures en arrêt en pleine circulation au niveau de la direction générale de la police avant de monter sur le Pont Fahd. L’un de ses véhicules était-il en panne ? Ces engins font partis des véhicules remis en grande pompe par le président de la Transition, Col. Assimi Goïta.

Partenariat Principauté de Monaco-DGPC : don d’un lot important de matériel

Le lundi 13 décembre 2021, la direction générale de la Protection civile a abrité la cérémonie officielle de remise d’équipements offerts par la Coopération monégasque à la DGPC dans le cadre de la convention de partenariat liant les deux parties.

La donation comprend des lances, des pièces de jonction, des roues complètes, des échelles, des gilets porteurs d’eau…

La cérémonie s’est déroulée en présence du Consul de Monaco, M. Mossadeck Bally et du directeur général de la Protection civile, le général de Brigade Boukary Kodio.

L’UE tente de verrouiller la route de Bamako pour Wagner

L’Union européenne (UE) a pris, le 13 décembre dernier, certaines sanctions contre la société de sécurité privée russe Wagner. Elles concernent une interdiction de visas pour les personnes et le gel des avoirs dans l’UE. « La décision a été approuvée à l’unanimité par les ministres des Affaires étrangères de l’UE, réunis à Bruxelles, et a été publiée au Journal officiel de l’Union européenne pour une entrée en vigueur immédiate. Le Groupe Wagner est accusé d’avoir « recruté, formé et envoyé des agents militaires privés dans des zones de conflit du monde entier afin d’alimenter la violence, de piller les ressources naturelles et d’intimider les civils en violation du droit international, notamment du droit international des droits humains », précise le Conseil de l’UE dans un  communiqué.

Selon « Le Monde », « les sanctions européennes frappent le fondateur et commandant militaire du Groupe Wagner, Dmitri Outkine, un ancien officier du renseignement militaire russe (GRU), et plusieurs de ses collaborateurs, dont Valery Zakharov, conseiller pour la sécurité du président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, Denis Kharitonov, chef militaire dans la région séparatiste du Donbass, en Ukraine, et Andreï Troshev, directeur général du groupe pour les opérations en Syrie. Les quatre autres personnes visées sont des mercenaires actifs en Ukraine, en Syrie et en Libye ». « Trois sociétés liées au Groupe Wagner, Evro Polis, Mercury et Velada, sont également visées ».

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Quand la non-confiance s’installe entre deux personnalités, les relations deviennent insupportables entre ces dernières et par ricochet l’ensemble de leurs acolytes directs et indirects. Nous sommes dans une situation dont la seule responsabilité revient à la France, car les dirigeants maliens se sont engagés à tout donner depuis 2012, mais la France s’est très mal comportée en considérant les autorités maliennes comme de moins que rien, mais comme toutes les bêtises du monde ont une fin, la fin de celle-là vient d’être annoncée.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here