Plus de 22 ex-combattants réintègrent les forces armées maliennes

0

Le jeudi 18 juin 2020, le camp Abdoulaye Soumaré de Kidal a servi de cadre à la phase de rattrapage du processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) des anciens combattants au sein des forces armées maliennes. Sur le site internet des FAMa, il est indiqué que cette opération a enregistré plus de 22 ex-combattants, qui viendront remplacer numériquement les éléments qui avaient été jugés inaptes sur le plan médical.

Selon le chef de l’antenne régionale de la commission nationale du DDR à Kidal, Abdoul Karim Matafa, l’opération se déroule bien et sans problème. Il ajoute que cette phase va consister d’une part à orienter les éléments aptes à intégrer les FAMa et d’autre part, à amener les éléments inaptes vers des projets socio-économiques qui permettront leur réadaptation au sein de la société et dans leur communauté respective.

Selon nos sources, le premier à être enregistré est un ancien combattant de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Moussa Ag Amassara et s’est montré ravi. A savoir que cette opération est organisée par la MINUSMA à travers sa section régionale du DDR et de la réforme du secteur de la sécurité (DDR/SSR). C’était en présence des responsables de la commission nationale du DDR, les membres de la section désarmement de la Minusma et plusieurs autres personnalités.

Dire : le sous-préfet central libéré ce dimanche

Après quatre(4) jours de détention par des ravisseurs, le sous-préfet central de la ville de Diré, région de Tombouctou, dans le nord du Mali, Sékou Sidiya Coulibaly a été libéré, ce dimanche 21 juin 2020.Il avait été enlevé le mercredi 17juin 2020 avec un autre sous-préfet de la commune rurale de Dangha, Oumar Traoré. Des hommes armés se sont introduits dans la cour de la préfecture à bord de pick-up. Après les tirs des malfrats sur la population, deux personnes ont été blessées et un enfant a perdu la vie. Selon des témoins, ils ont ensuite emporté deux motos.

Gao : les FAMa viennent en aide à la population de Labbezanga

Dans le cadre des actions civilo-militaires des FAMa, la population de Labbezanga a bénéficié uneimportante donationdevivres, de produits pharmaceutiques, de kits scolaireset sportifs, des jeux d’enfants. Cette donation a été faite le jeudi 18 juin 2020, par les FAMa avec le soutien de la force Barkhane. Cette action a été organisée et dirigée par le commandant du secteur 1 de l’opération Maliko, le colonel Issa Mamadou Coulibaly. Selon le lieutenant FaïssalAbdrahamane Touré, chef des actions civilo-militaires du poste de sécurité de Labbezanga, venir au secours des nécessiteux rentre aussi dans le cadre de la mission de défense.Le  commandant Abdoulaye Koné, médecin-chef et directeur de la santé zonale de la 1ere  région militaire, a fait  savoir que l’infirmerie  de Labbezanga est opérationnelle depuis l’arrivée des FAMa sur le lieu.

Les chefs militaires de la force Barkhane, le sous-préfet de l’arrondissement d’Ouatagouna, l’adjudant-chef Mohamed Ag Alwalide, le maire de la commune d’Ouatagouna M. SalihouMaïga et différents notables religieux et coutumiers ont pris part à cet évènement.

Ségou : les recrues duCentre d’Instruction de Markala ont fait leur entrée

Le Centre d’Instruction de Markala (Ségou) a reçu ce mercredi 17 juin 2020, un millier de recrues dont près de 400 personnels féminins sortis du contingent 2019. L’inquiétude des plus hautes autorités du pays est d’engager des personnels efficaces au sein de l’armée pour faire face aux défis sécuritaires actuels. Afin que ces jeunes puissent obtenir les fondamentaux du métier de Soldat, cette formation commune de base durera quelques mois. Selon le lieutenant-colonel Moussa Ongoiba, Coordinateur des centres, des dispositions sécuritaires et sanitaires claires ont été prises pour chacun des 5 centres, sur l’ordre du Chef d’état-major général des armées, afin de prévenir une possibilité de contaminations au coronavirus. Le directeur du centre d’instruction de Markala, le Capitaine Missa Dioma espère qu’après cette formation ces jeunes seront aptes au sein des différentes unités.

Fin de la formation des formateurs sur les méthodes et techniques de protection contre le coronavirus…

Après 05 jours de formation sur les violences basées sur le genre en ce temps de Covid-19, une formation des formateurs a pris fin ce vendredi 19 juin 2020. Il s’agitdes formateurs des fonctionnaires de la police nationale et des acteurs de la société civile. La cérémonie de clôture a eu lieu au Centre Aoua Keita. Elle a été initiée par le point focal genre de la police nationale avec le soutien du centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF).

Du 15 au 19 juin 2020, les participants ont adopté les méthodes et techniques de protection contre le Coronavirus et les violences basées sur le genre (VBG) en cette période de crise sanitaire. Le divisionnaire Aminata Diallo nous a fait savoir que le but de cette formation était de satisfaire les besoins et attentes des populations dans la lutte contre les VBG au Mali. Cette clôture a été marquée par une remise d’Attestation. Ces échanges d’avis et de décision étaient dirigés par le représentant du Directeur général de la Police, le Contrôleur général Joseph DOUMBIA, Directeur de la Police judiciaire en présence du Point focal Genre de la Police nationale, le Commissaire divisionnaire Aminata DIALLO et du Coordinateur résidant par intérim du DCAF, Boubacar THERA.

Mutilation des logements pour la gendarmerie nationale

Deux cent vingt (220) logements sont à la disponibilité de la gendarmerie pour des mutilations. L’annonce a été faite par le président du Conseil d’Administration de la Mutuelle- Gendarmerie, le lieutenant-colonel Alpha Yaya Sangaré. C’était lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à l’école nationale de la gendarmerie de Faladiè, ce jeudi 18 juin 2020. Ces logements ont été financés par la Banque malienne de Solidarité (BMS). Seuls les Gendarmes qui fourniront les garanties de remboursement à la Banque en auront un. Afin de faire face aux intérêts bancaires en cas de non-paiement avant la fin de l’année 2020, le conseil d’administration a proposé à la BMS d’étendre l’acquisition de ces logements à d’autres institutions. Selon le lieutenant-colonel Sangaré après l’examen des dossiers, c’est seulement 36 gendarmes qui remplissent les critères de garanties de paiement à la date d’aujourd’hui. Il a rappelé aussi l’augmentation de la cotisation mensuelle à la somme de 10.000 F CFA  par mois au lieu de 5.000 FCFA à compter de ce mois. Il a fait savoir que cette augmentation permettra une valorisation des prestataires à la retraite comme suit : 1.750.000F CFA à la fin du 31 décembre 2020 ; 2.000.000 F CFA à la date du 31 décembre 2021 ; 3.000.000. F CFA à partir du 31 décembre 2025.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here