Toussaint Siané quitte les planchers pour de bon

1

“Pi pi a bee ndoloni la, pipapi a bee ndoloni la”. Oui, mes chers amis, ce refrain emblématique du Super Biton de Ségou a perdu son parrain. Toussaint Siané dit Johny ou encore Le Saint s’en est allé. Eh oui, Toussaint s’est définitivement endormi le 9 décembre 2015 à Ségou, terrassé par sa maladie à l’âge de 64 ans.

Dans les années 70, il abandonna le football pour embrasser une carrière de chanteur avec le Super Biton National et d’ailleurs, tout récemment, ils viennent de remixer quelques anciens morceaux du répertoire du Super Biton dont le plus prisé est Chee. Toussaint s’est fait remarquer également par son talent créateur et ingénieux en utilisant comme flûte, une bouteille de Coca dans l’interprétation des morceaux de Salsa. Il a été très applaudi à Paris à la rue Lappe du 11ème Arrondissement, juste à côté de la Bastille, lors de son passage avec Mama Sissoko.

“O bi la “, c’est-à-dire “je t’ai eu”, était notre mot de ralliement quand on se voyait, car Toussaint aimait beaucoup plaisanter et faire rire les amis. Je me souviendrais de lui dans l’équipe de foot de la Mission catholique de Ségou avec feu Aimé Christophe Diarra, Vital Ky, Roger Koné, Cyprien Traoré, feu Antoine Sangaré, Godefroy Traoré, Jean Philippe Dao et moi-même, où il ne pardonnait pas de fautes et surtout quand un attaquant ratait un but.

Eh oui, les études nous ont séparés et chacun de la génération a pris le chemin de son destin. Son Excellence Bruno Maïga, actuel ambassadeur du Mali en Italie, qui aura d’ailleurs la chance de l’accompagner en sa dernière demeure, le regrettera beaucoup, car Toussaint lui interprétait son morceau fétiche à chaque fois qu’il venait à leur prestation. Depuis ces dernières années, Toussaint a beaucoup souffert de diabète, mais se relevait toujours de ses crises. Mais cette fois-ci, hélas, il nous a faussés compagnie. Il s’en est allé sur la pointe des pieds.

Ségou se souviendra du duo Bebel-Toussaint dans les centres culturels de la ville ou lors des fêtes sociales comme les mariages et baptêmes.

Merci Toussaint, de tout ce que tu as pu faire pour nous réjouir ; merci pour ta jovialité et merci pour ta constance dans l’amitié ! Je me souviendrais de la soirée du 20 août 2006 où tu as animé la fête de mon anniversaire dans ma famille paternelle au bord du fleuve Niger, au 1er quartier de Ségou. Oui, Toussaint, je ne l’oublierai pas, car en même temps, tu avais chanté les louanges de mon papa qui était parmi nous. Ma grande sœur Germaine t’a d’ailleurs offert ce soir-là un pagne, tellement elle était émue.

Oui, Toussaint, nous te pleurons aujourd’hui car tu nous manqueras. Tu as été parmi ceux qui ont fait connaître le quartier de la Mission catholique de Ségou, autant que Vital Ky, Bruno Traoré le gardien de but, André ton grand-frère, Emanuel Berthé, Leger Traoré, Nicolas Traoré de la Comatex, Paul Koné de le JSS, Antonio Franco…

Toussaint, tu as commencé à chanter avec le morceau de Johnny, Le Pénitencier dont les premiers mots sont “les Portes du pénitencier, bientôt vont se fermer et cela, que je finirai ma vie comme d’autres gars l’ont fini.” Ce jour pour toi est arrivé, nous retiendrons ta voix ; cette voix en son genre unique ; cette voix nous rappelant notre jeunesse, notre enfance, car tu as su adapter de petits chants de notre enfance à la musique moderne et à chaque fois que nous entendons ces morceaux, nous ne pouvons que secouer la tête en disant : ” Si vieillesse pouvait et si jeunesse savait”.

Au moment où nous nous séparons, mon cher ami, nous te faisons la promesse de ne pas t’oublier. Tu seras Toussaint dans nos cœurs et ton nom sera à jamais gravé dans la mémoire collective de tous ceux qui ont connu et aimé le Super Biton National de Ségou.

Dors en Paix Johnny ! Dors en paix Le Saint ! Requiem scat in pace. Que le Christ Notre Seigneur t’accorde de voir son visage illuminé. Ti da Matigui ka So la ti da. An yafara i ma Toussa.

Guillaume Mamadou Hachim DIALLO

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.