Mouvement citoyen : Le PDES sera-t-il un cheval de bataille ?

0

Dans une récente interview d’un de nos confrères, Ahmed Sow, ancien ministre de l’Energie, des mines et de l’eau, a déclaré : ‘’Je regrette quand même qu’on n’a pas pu mener une étude sur certains objectifs du PDES. On n’a pas pu s’asseoir pour évaluer le PDES afin de corriger certains tirs. Aussi, au lieu de faire du PDES le cadre de référence pour le développement de notre pays, ce programme que nous avons nous même élaboré, c’est le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP) qui continue d’être la référence unique pour les bailleurs de fonds. On doit mettre fin à cette incohérence.‘’ On peut déduire de ces déclarations que l’ancien ministre de l’Energie, des mines et de l’eau veut mettre sur la sellette le Cscrp pour faire valoir le programme de développement économique et social. Au cours de l’interview, il a ajouté : ‘’Le président de la République a été réélu par les Maliens sur la base du PDES.

Ce projet devrait être expliqué et divulgué pour que chacun des Maliens puisse s’en approprier. C’est dans la haute administration que le déficit de communication est surtout perceptible. Il nous faut corriger cette insuffisance pour que les acteurs du développement du pays se sentent concernés et que les segments du PDES soient le mieux connus de tous les Maliens. ‘’ C’est dire que Ahmed Sow veut faire du Pdes le projet de société dont les Maliens doivent s’approprier. Il a raison de parler d’incohérence, car le gouvernement ne souffle pas dans la même trompette que lui. En effet, dans les termes de référence de la revue 2009 du Cscrp, on lit : ‘’lancé le 20 décembre 2006 par le gouvernement de la République du Mali, le Cadre stratégique pour la croissance et de réduction de la pauvreté est à sa troisième année de mise en œuvre.

 Unique référentiel des politiques et stratégies de développement, le cadre stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté constitue le principal instrument de négociation avec les partenaires au développement.

 C’est pourquoi, il est considéré par l’ensemble des acteurs de la lutte contre la pauvreté comme l’unique cadre privilégié de mobilisation et de mise en synergie des efforts de développement. ‘’ Le gouvernement a tenu, le lundi 7 juin dernier, la revue du Cscrp. Il a indiqué qu’il s’avère opportun, après trois années de sa mise en œuvre, d’ en faire l’évaluation afin d’examiner les résultats atteints par axe, les forces et les insuffisances des résultats acquis et de faire des recommandations pour une meilleure atteinte de l’objectif global. L’objectif de la revue, selon le gouvernement, est de s’assurer que les politiques et stratégies gouvernementales sont mises en œuvre de manière satisfaisante pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement.

Quant à l’ancien ministre de l’Energie, Ahmed Sow, il lui sera difficile de convaincre ses interlocuteurs s’il leur répète qu’il regrette que des études ne soient pas menées sur les objectifs du Pdes et qu’ils n’ont pas pu l’évaluer pour corriger les tirs. Ces déclarations d’Ahmed Sow sonnent comme un aveu d’échec de la mise en œuvre du Pdes. Alors que le gouvernement est arrivé à tenir la revue 2009 du Cscrp en présence des membres du gouvernement, des représentants des institutions de la République, des gouverneurs de région, de la société civile et du secteur privé.

 De ce fait, il ne sera, non plus, pas facile de faire du Pdes le fonds de commerce du probable candidat à la présidentielle des acteurs du Mouvement citoyen. Concernant la transformation du Mouvement citoyen en parti politique, Ahmed Sow pense qu’il faut laisser l’association comme telle. Dans l’interview, il a précisé : ‘’Nous devons travailler à mettre en place un grand rassemblement qui va recevoir toutes les formations qui se réclament d’ATT et le Mouvement Citoyen peut s’y dissoudre. Nous sommes encore dans les discussions et je suis sûr que nous allons trouver la meilleure formule. ‘’ C’est dire que l’ancien ministre n’est pas dépourvu d’ambitions politiques.

Baba Dembélé


Commentaires via Facebook :

PARTAGER