Mouvement citoyen : La bête à abattre

0

Le Mouvement Citoyen est une organisation politique qui joué un grand rôle dans l’élection du candidat Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle de 2002. De cette date à ce jour, il y a eu beaucoup de remous autour de cette association politique. Au-delà des problèmes internes du Mouvement Citoyen, il est constamment pris à partie par plusieurs acteurs politiques de divers horizons. A tort ou à raison. Dans tous les cas, il s’agit ni plus ni moins que de querelles de positionnement par rapport à la conquête du pouvoir.

Le processus démocratique malien, depuis son début se caractérise par des dissensions: des acteurs politiques qui ont fait la lutte au coude à coude pour l’avènement de la démocratie au Mali ne parlent plus le même langage, plusieurs partis politiques ont subi des scissions en raison des divergences d’intérêts des cadres qui les animent, l’Adéma qui a fait dix ans au pouvoir était la bête à abattre par des acteurs politiques de plusieurs sensibilités à la veille des élections générales de 2002.

Le mot d’ordre était la réalisation de l’alternance politique. Dans ce processus, le Mouvement Citoyen, en synergie avec les représentants de plusieurs partis politiques, a assuré la victoire à ATT à ces élections. C’était à un moment où de nombreux concitoyens affirmaient que ATT avait tort de se présenter aux élections présidentielles. Et pour certains, ATT n’avait pas les moyens humains pour remporter ces élections. Puisque le contraire a été démontré par lui, alors certains ont estimé qu’il fallait travailler à l’ affaiblir. Sont-ils au bout de leur peine? Sûrement pas. Mais le constat est qu’ils ne démordent pas.

ATT ET LE MOUVEMENT CITOYEN

Bref, avec l’émergence du Mouvement Citoyen et la conjugaison de plusieurs facteurs, le candidat ATT est sorti victorieux des élections présidentielles de 2002 au second tour. C’est ainsi que, le long du premier mandat d’ATT, surtout à l’approche des élections générales de 2007, les adversités ne cessent de faire rage à l’endroit du Mouvement Citoyen. Un moment, on parlait de l’immense de la transformation du Mouvement Citoyen en parti politique.

Cette idée a paniqué plus d’un au sein de la classe politique à un moment où le président de la République avait été formel qu’il ne créerait pas un parti politique. Et il a respecté la parole donnée. On ne sait pas comment il procédera à l’occasion de son second mandat, mais, pour le premier, il s’est contenté, comme il l’a promis, de gouverner avec la majorité que le peuple lui a offerte. D’où le consensus politique qui a consisté à faire représenter toutes les grandes sensibilités de la société au gouvernement.

MOUVEMENT CITOYEN, LA CIBLE DES ACTEURS POLITIQUES

A la veille des élections générales de 2007, le Mouvement Citoyen était devenu la cible des acteurs politiques de sensibilités diverses. On a vu en lui un rival des partis politiques pour l’avenir sur le terrain politique. C’est pourquoi, ceux qui le craignent ont tenté de prendre les devants en tentant vainement de l’anéantir. Cette organisation est en réalité très différente des partis politiques. En son sein, il y avait des inconditionnels d’un homme qui a l’avantage de réunir plusieurs qualités et dont l’ambition était de conquérir le pouvoir en 2002. Les acteurs politiques qui alimentaient la fronde contre le pouvoir ATT avaient estimé qu’ils avaient tout intérêt à briser l’allure du Mouvement Citoyen afin que son apport soit insignifiant dans les efforts de réélection d’ATT en 2007.

QUEL AVENIR POUR LE MOUVEMENT CITOYEN?

Mais peine perdue. Certes, à l’occasion des élections présidentielles de 2007, il est difficile de quantifier l’apport du Mouvement Citoyen et celui des autres partenaires d’ATT, mais le score qu’il a enregistré dès le premier tour est considéré comme le fruit d’un effort collectif qui ne prouve pas que tel ou tel a le plus ou le moins mérité. La fin justifie les moyens, dit-on. Malgré la réélection d’ATT, le Mouvement Citoyen demeure la cible de certains acteurs politiques.

En effet, en dépit de la création du Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR) sorti des entrailles du Mouvement Citoyen, il tient toujours bon. Avec ce beau reste, le Mouvement Citoyen représente toujours une menace pour la classe politique. Or, le président de la République est logiquement à son dernier mandat. C’est pour cette raison qu’on craint le Mouvement Citoyen dont les animateurs pourraient se révéler plus ambitieux en fin de second mandat d’ATT. En effet, le Mouvement Citoyen étant une organisation bien structurée, représentée sur l’ensemble du territoire national, il y a lieu de le craindre, mais l’abattre n’est pas un travail facile pour ses adversaires et ses détracteurs.

Moussa SOW

Commentaires via Facebook :

PARTAGER