Abdoulaye Amadou Sy, COFOP : « la transition ne peut ni refonder l’Etat ni réviser la constitution du Mali »

3

La Collation des Forces patriotes (COFOP), organisation qui regroupe plusieurs formations politiques, a tenu une conférence de presse, ce samedi 16 janvier, sur les 100 jours de la transition en cours au Mali. L’objectif était de « dénoncer » et de « faire des propositions » sur la transition.

maliweb.netLa COFOP a toujours été une force de dénonciation et de proposition depuis sa création, a indiqué le président de la coalition Abdoulaye Amadou Sy. A ses dires, le « putsch » du 18 août marque la quatrième irruption de l’armée dans la vie politique. « Il y a lieu de « déplorer cette irruption qui viole l’article 121 de la Constitution du Mali », a dénoncé Abdoulaye Amadou Sy dans ses propos liminaires à la conférence.

Selon le conférencier, seulement trois principaux défis attendent les autorités de la transition. D’abord la création d’un organe unique et indépendant en charge des élections. Ensuite, l’organisation des élections législatives conformément aux recommandations du Dialogue national inclusif. Enfin, l’organisation des élections présidentielles.

Cependant, explique Abdoulaye Amadou Sy, en vertu des articles 118 de la constitution et 02 de la Charte, les autorités de la transition n’ont pas la légitimité nécessaire pour exécuter certaines missions. « Elles ne peuvent procéder à la refondation de l’Etat malien encore moins à la révision de la constitution », a décrié le président Sy. Pour en arriver là, ajoute le conférencier, il faut une « large concertation » avec toutes les forces vives du pays.

Vers une dérive autoritaire ?

« Moi, je ne vois pas de résultats à l’issue des 100 jours de la transition », a affirmé Mamadou Traoré, ancien candidat à la présidentielle de 2018.  Cependant, tout n’est pas de la faute des autorités de transition, il faut prendre en compte le contexte de pandémie de Covid-19. Le vrai problème de la transition au Mali, explique Mamadou Traoré, c’est qu’elle n’est pas inclusive.

Sur l’arrestation des personnalités civiles, l’ancien candidat à la présidentielle estime qu’il s’agit d’actes inadmissibles dans une démocratie.  « On n’a jamais vu des civils seuls faire un coup d’Etat ». « Aujourd’hui, tout le monde est inquiet parce que des gens débarquent chez vous et on vous amène sans que l’on ne sache où vous êtes ».« La transition est en train de nous amener vers une dictature », a conclu Mamadou Traoré.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. C’est pourtant une transition sous ATT qui a cree la Constitution qui existe aujourd’hui! Je dirai sans les partis politiques! Nous risquons d’aller vers une transition sans FIN, et aux politicines de decider!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here