Le président de l’Assemblée nationale se trompe de cible

31
Issiaka Sidibé diabolise la presse : Des députés désavouent le président de l’Assemblée nationale
Issiaka Sidibe, président de l'Assemblée nationale

En s’attaquant à une certaine presse de manière tout à fait anonyme, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé a encore une fois révélé ses carences. Ce n’est pas la première fois qu’Issiaka Sidibé fasse preuve de légèreté dans ses jugements. On se rappelle, en effet, qu’au cours d’une séance d’interpellation de l’ancien ministre de la Sécurité, Sada Samaké, il avait pris fait et cause pour le ministre, retirant la parole à Mariko. La retransmission des débats télévisés à l’ORTM avait mis à nu les allégations du président de l’Assemblée nationale, en montrant que c’est bel et bien l’ancien ministre de la sécurité qui avait commencé par jeter le pavé dans la mare, traitant Mariko d’agitateur professionnel sans vergogne, contrairement à l’avis du président de l’Assemblée nationale qui avait demandé au député de retirer ses paroles. Oumar Mariko, qui n’avait fait que répliquer, avait refusé une telle injonction. Issiaka Sidibé lui avait retiré la parole. Lors du vote du projet de loi portant code des collectivités territoriales, Issiaka Sidibé n’a pu contenir la furie du député Zoumana Tji Doumbia qui voulait s’en prendre à son collègue Al Kaïdi Touré, qui était opposé à la clôture des débats. Dans l’immédiat, Il n’a fait aucune remarque pour que pareille situation ne se reproduise à l’Assemblée. C’est dire que le président de l’hémicycle ne dispose vraiment pas des atouts lui permettant de s’attaquer à une certaine presse. Il faut, à l’occasion, signaler que malgré les difficultés que la presse rencontre à l’Assemblée nationale, dont l’indisponibilité  des documents, les journalistes couvrent régulièrement les séances plénières de l’hémicycle jugées importantes. On a même appris qu’il a été interdit de donner à boire aux journalistes. Que veut-on cacher à l’Assemblée nationale ?

B.D.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

31 COMMENTAIRES

  1. IBK est l’homme de la situation, il est la solution à tous nos problèmes.
    On sait que les journalistes Maliens ne réfléchissent même pas avant de rédiger leurs articles

  2. Quand le singe veut mourir, il dit qu’il fait chaud dans la foret. Cet article montre votre faiblesse et votre incompétence dans le domaine du journalisme.

  3. On reconnait la capacité d’un journaliste à travers ses articles et ces idées qu’il évoque.
    Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises sur l’autorité du pays.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  4. L’assemblée nationale est une institution qui se respecte et à besoin d’être respectée. Comment le président de cette institution peut accepter que des personnes viennent y foutre le désordre sans piper mot. Issiaka Sidibé ne se trompe pas il met juste les pendules à l’heure.

  5. Les autorités du pays sont conscientes de que la liberté d’expression est l’oxygène de la démocratie et en tant que démocrate ils n’ont jamais attenté à la liberté d’expression qui force est de le constater de nos jours est devenu le libertinage d’expression. Si notre presse ne veut pas recevoir des coups de ce genre; elle ne doit pas désinformer le peuple.

  6. Vraiment avec le manque de professionnalisme qui est le qualificatif de certains organes de presse à la solde de certaines personnes véreuses; on ne sait plus quoi penser. Il faut que la presse soit un peu plus professionnel.

  7. La liberté de la presse de nos jours est de nature à tendre vers le libertinage de la presse. Des hommes de médias vont jusqu’à injurier ouvertement les plus hautes autorités de ce pays sans que personne ne dise mot. Ce n’est pas du tout normal pour un pays qui se veut respecté.

  8. Ce manque de crédibilité qui est l’apanage de notre presse de nos jours est le fait que notre autorité de la communication n’ont vraiment pas encore pris fonction pour un tant soi peu réglementer ce domaine. Nos journalistes n’ont aucune notion de l’éthique encore moins de la déontologie et tout le monde s’adonne à tout genre de pratique qui n’honore pas ce noble métier.

  9. Le président de l’assemblée nationale a eu raison de dire que la presse écrite est nuisible pour le pays.Une presse qui est devenue partisane.Elle ignore toutes les règles d’éthiques et déontologies qu’exige la profession de journaliste.

  10. la liberté d’expression est respectée sous le régime IBK.C’est pourquoi des gens comme YALCOUE font des bêtises sans être inquiétés.C’est pourquoi le président de l’assemblée nationale dit que la presse écrite est nuisible pour le pays.

  11. De l’impunité, elle existe dans notre pays.Ces journalistes ennemis du pays tiennent des propos mensongers sur la vie de l’Etat,ou encore médisent au sujet d’honnêtes citoyens qui veulent le bien de notre pays ne sont nullement inquiétés, il y’ a problème.

  12. Quel est le rôle de la presse dans un système démocratique?Dire à la population la vérité sur la gestion du pays.Malheureusement la presse malienne a failli à cette mission là.Elle se fait manipuler par des politiciens pour dire que tout va mal au pays faisant haïr par le citoyen son propre pays.

  13. La liberté d’expression a ses limites.La liberté de la presse ne doit pas annihiler celle des citoyens.comme on le dit ta liberté s’arrête là où commence celle d’autrui.Je crois que sous l’autel de la liberté de la presse d’autres font du libertinage.

  14. Les journalistes mal intentionnés racontent toujours des sordides sur tous les actions gouvernementales. Ils sont corrompus par les opposants et les détracteurs assoiffés de pouvoir. Nous avions besoin d’article informateur et non de baliverne.

  15. Je pense que ce dont le président de l’Assemblée National a dit purement et simplement la vérité à la presse malienne. C’est la réalité de la presse malienne et aussi le problème qui range la presse malienne. La presse malienne depuis longtemps a arrêtez son bout primordiale qui reste la circulation d’information véridique.

  16. L’honorable Issiaka Sidibé est un homme qui ne marche pas ses mots, il a la réputation de dire la vérité comme bon le semble et à qui de droit. Issiaka est connu pour sa franchisse, seulement que la vérité est dure à accepter pour les malhonnêtes.

  17. Les journalistes mal intentionnés racontent toujours des sordides sur tous les actions gouvernementales. Ils sont corrompus par les opposants et les détracteurs assoiffés de pouvoir. Nous avions besoin d’article informateur et non de baliverne.

  18. Des journalistes mal intentionnés qui se permettent de mentir sur le régime en place pour des miettes. L’information n’est plus devenue leur soucie primordiale. La presse malienne de nos jours est devenue plus diabolique et plus apatride que l’opposition.

  19. Le mensonge est devenu l’instrument d’attirance par les journalistes maliens. Ce titre diffère du contenue. Les journalistes maliens sont depuis très longtemps corrompus par les opposants malveillants qui sont prêt à tout pour porter atteinte au régime au pouvoir.

  20. La vérité est le totem de la presse malienne. La presse malienne est téléguidée que pour porter atteinte au régime d’IBK. Elle n’informe plus mais elle désinforme, elle devenu une arme contre la stabilité politique du pays.

  21. La presse malienne, depuis fort longtemps a stoppé son rôle primordiale qui reste celui de l’information, elle a maintenant pour rôle de perturber la conscience publique et stabilité politique.

  22. La presse malienne a perdue toute sa crédibilité et sa dignité, parce que le manque de professionnalisme manque le plus dans ce milieu. Les journalistes maliens racontent toujours des balivernes.

  23. Le président de l’Assemblée National Issiaka Sidibé a raison, la presse malienne est devenue l’un des facteurs primordiales qui porte atteinte aujourd’hui à la stabilité de ce pays. La presse malienne est aussi corrompus par des personnes de mauvaise fois voilà pourquoi la presse malienne est toujours e mauvaise foi.

  24. La presse malienne, contrairement à ce qu'elle doit représenter, est devenue une bande d'incapables et de fripouilles, je m'excuse du terme. Le président de l'Assemblée Nationale n'a rien dit de mal. Toit ce qui sort dans cet article sur les dires d'Issaka contre la presse fait objet d'actualité tous les jours qui passent dans ce pays. L'article de ce journaliste atteste cela.

  25. La presse malienne, contrairement à ce qu'elle doit représenter, est devenue une bande d'incapables et de fripouilles, je m'excuse du terme. Le président de l'Assemblée Nationale n'a rien dit de mal. Toit ce qui sort dans cet article sur les dires d'Issaka contre la presse fait objet d'actualité tous les jours qui passent dans ce pays. L'article de ce journaliste atteste cela.

  26. Je crois que la presse malienne d’aujourd’hui n’a pas démérité l’attaque du président de l’Assemblée nationale. Si certains hommes de médias n’ont aucun sens du respect c’est parce qu’ils n’ont pas reçu de bonne éducation journalistique et de base.

  27. La liberté d’expression a été mal comprise par certains éditeurs de ce pays. ON n’est pas journaliste pour passer toute sa vie dans toutes ses publications à ne faire que des critiques seulement. Le président de l’Assemblée qui a fait plus de deux ans à observer certaines publications de la presse malienne s’est rendu compte de ce qu’il a dit à cette presse.

  28. Quand une presse ne peut plus informer le peuple, elle doit disparaitre pour de bon. Si non elle risquerait de freiner le développement. C’est le cas de notre presse qui est remplie de journalistes sans aucune qualification en la matière.

  29. Le Mali n’a plus de presse. On a une sorte de pièce remplie de bavards. Si le président de l’Assemblée Nationale a dit ce qu’il pense de la pratique en longueur de journée des hommes de médias à travers le comportement de ces gens, je ne vois pas de problème. Cela doit servir de leçon pour ces hommes pour qu’ils changent d’attitude.

  30. Les journalistes maliens sont en grande partie des personnes qui ne savent pas réellement ce qu’ils doivent dire dans les médias. Le président de l’AN a dit la vérité. Si cela ne vous plait, M. le journaliste, et bah allez-y au diable.

  31. Souffrez que l on vous critique Messieurs de la presse. Vous passez tout votre temps a faire des critiques non constructives vous mentez tres souvent vous salissez l image d honnetes citoyens et vous ne souffrez pas que l on parle de vos derives. Cest quelle democratie ca? Lisez vos publications et jugez en vous memes.

Comments are closed.